Oldalképek
PDF

Medire d'eux, s'en plaindre ou murmeurer en son cœur, publier leurs desordres Ou infirmitez cachées. Leur respondre insolemment, leur donnant subjet de se fascher et de se mettre en cholere. Avoir honte d'eux, ou les mespriser à cause de leur pauvreté ou autre infirmité. Leur porter hayne ou adversion dans son cœur. Leur souhaicter la mort Ou autre mal, pour ne pouvoir souffrir leur chastiment ou reprehension. Leur desobeyr en chose notable ou legere, par mespris de leur personne. Lever la main sur eux, les frapper, ou en avoir la volonté. Souhaicter leur mort pour en estre deffaict, ou avoir leurs biens, charges , dignitez ou heritaiges. Leur manquer en leurs besoins, necessitez et maladies. Manquer à l'execution de leur testament, legs pieux, et à fayre prier Dieu pour leurs ames. Par trop d'attache ou interest de famille, ne se pas soucyer d'offenser Dieu pour venger leur querelle. Manquer à l'obeyssance et respect deus aux superieurs ecclesiastiques et civils, en choses justes et raysonnables. Parler mal des superieurs ecclesiastiques et seculiers, ou prester l'aureille à ceux qui en disent du mal. N'assister pas ses parens (qui sont les premiers pauvres) dnns l'extresme pressante necessité, par dureté de cœur, les renvoyant ou traittant rudement de parolles. Desrober le bien des parens pour friponner et fayre desbauche.

PoUR LES PEREs ET MERES. — Donner des maledictions et impreCations aux enfans. N'avoir pas soing de leur instruction et education en la crainte de Dieu et choses necessaires à Salut. Ne les chastier et corriger de leurs fautes. Ne veiller pas sur eux et sur leurs † ", ne les occupant † en des exercices honnestes qui les destournent de l'oysiveté et es mauvaises compaignies. Leur commander choses mauvaises, ou ne les en destourner pas, s'ils s'y portent. Leur donner mauvais exemple par jurement ou blasphesmes, parolles deshonnestes, emportemens, yvrogneries, ou autres actiôns mauVaises. Les destourner du service de Dieu par une affection trop tendre et desreglée. Ne les occuper pas, ny ne leur fayre pas apprendre quelque voca tion, pour les pourvoir én des estats et conditions selon Diêu. Amasser des biens par des voies injustes, pour les advancer à des charges ou professions par dessus leur estat et condition. Desirer leur mort, les outrager sans rayson, ou donner des imprecations par emportement et cholere.

' Manière de vie, bonne ou mauvaise.

Preferer les uns aux autres, et leur donner subjet de haynes, de querelles et jalousies. .

Les engager temerairement, et sans vocation, à la religion ou à l'estat ecclesiastique, par voies illicites et simoniaques, ou les maryer contre leur gré, etc.

#proprier et employer à son usage les revenus de leurs beIlGJ1CeS.

Les meres hazardant leur fruict, pour ne se pas choyer et conSerVer.

Differer le baptesme des enfans par des raysons et considerations humaines, ou par nesgligence.

PoUR LES PERsoNNEs MARYÉEs. — Avoir des haynes ou adversions l'un contre l'autre.

Fayre mauvais mesnage, ou vivre en querelle ou divorce, et combien de tems.

Pecher dans l'ordre du maryage, crainte d'avoir trop d'enfans, ou par autres desreglemens, et se refusant ou ne se rendant pas ce qu'ils se doivent, sans †

Outrager, exceder et maltraitter sa femme.

Ne se rendre pas les secours et assistances reciproques dans les maladies, ou autres besoins et necessitez.

Desobeyraumary sans cause legitime, et le provocqueràjurement, cholere et à offenser Dieu.

POUR LES SERvITEURS ET SERVANTES, ET AUTRES DOMESTIQUES OU #onrsrrs. — Mespriser leur maistre et maistresse, et en mal parler. Leur manquer de respect et d'obeyssance és choses justes et raySOnnables. Par leur mauvais soing et nesgligence, leur causer quelque dommalge. Manquer de fidellité, faysant tort à leurs biens, les dissipant ou en mal usant contre leur gré. Desobeyr aux choses notables, et donner subjet de cholere. Qbeyr en choses mauvaises, par respect ou molle complaysance. Reveler les secrets prejudiciables aux affaires des maistres et maistreSSeS.

PoUR LES MAISTRES ET MAISTREssEs. — Manquer à l'instruction necessaire à salut aux serviteurs et domestiques.

Ne veiller pas sur leurs desportemens, et par là donner lieu à quelque desreglement ou offense de Dieu.

Manquer à les corriger quand ils offensent Dieu, ou manquent à leur devoir en chose considerable.

Leur tolerer ou commander le mal, ou ne les en destourner pas, par lascheté ou nesgligence.

Les y porter par commandemens, sollicitations ou mauvais exemples.

Ne les assister pas corporellement et spirituellement dans leurs maladies.

Les empescher d'assister à la messe les jours d'obligation, de recevoir les sacremens, et de s'acquitter des autres devoirs d'un chrestien.

Les injurier, exceder et mal-traitter sans rayson, par emportement et chOlere.

Les surcharger de travail par dessus leurs forces.

Manquer à leur enseigner et monstrer legitimement ce qui est de leur vocation dans le tems de leur apprentissage.

Retenir ou retrancher leur salaire, ou en differer le payement avec dommaige.

(ley tout superieur, soit ecclesiastique on seculier, selon son degré, son pouvoir et authorité, - exem =-re sur ces obligations, et ce qu'il doit à ses inferieurs; et reciproquement tout infericnr a l'esgard de ses --,erieurs.)

CoMMANDEMENT V. Homicide point ne seras.

Porter hayne à quelqu'un avec desir de luy fayre tort ou de se venger. Dire le temps et la durée. Souhaicter la mort ou quelque grand mal à quelqu'un. Dire quel mal, et en quoy. S'emporter de cholere contre quelqu'un, avec desir de luy nuyre. Prendre playsir et s'arrester aux pensées et intentions de se venger, quoyqu'on n'ayt pas dessein de l'executer. Commettre homicide par effect ou de volonté seulement; user de sortilege, poison, ou autre chose à cest effect. Procurer l'avortement par drogues, ou pour ne s'estre pas assez conservée, par nesgligence, desespoir, ou autrement. Causer la mort ou estouffement des petits enfans, les couchant dans le lict, ou par quelque autre nesgligence notable. Par querelle, battre, frapper, outrager, blesser, tüer, authoriser et appreuver, et porter à le fayre en son nom, donner ayde, conseil et protection à cest effect. Dire la qualité des personnes; si pere, mere, freres, parens, prestres, religieux, etc., y ayant excommunication en ce cas. Ne vouloir pas se reconcilier ou demander pardon, ou le refuser en estant sollicité, ny satisfaire à l'injure qu'on a faite. Par hayne et rancune ne vouloir ny parler, # voir, ny salüer le prochain, au scandale de ceux qui le voyent et le cognoissent. Protester de pardonner, mais ne vouloir ny voir, ny salüer apres la reconciliation et le raccommodement accordé. S'exposer à quelque danger de la mort sans une juste necessité. S'exposer volontairement au danger d'offenser Dieu, quoyque cela ne soit pas arrivé. Procurer la mort spirituelle au prochain, ou par mauvais exemple, en luy commandant, conseillant, consentant, le loüant et le flattant dans son peché; ou luy donnant et promettant retraitte et protection pour mal fayre, profittant avec luy du mal, ne disant mot, n'empeschant point et ne s'opposant point au mal, le pouvant et y estant obligé; ou enfin ne le descouvrant point à qui il appartient, pour y remedier. Porter envie au prochain, s'attristant de son bien, et se rejoüyssant de Son mal.

L'offenser notablement par injures, mocqueries, emportement et Scandale.

Estre autheur de querelles, de procez, de haynes, d'aversions et inimitiez entreparens, amys et estrangers. Dire le mal ou dommaige qui s'en est ensuivy.

† en düel, respondre à l'appel, ou servir de second, s'en glorifier et s'en vanter.

Dans les pertes et afflictions et infortunes, se desirer la mort ou quelque autre mal ; se dire des imprecations.

Manquer à fayre l'aumosne et assister le prochain en sa pressante ou extresme necessité, le pouvant, et voyant en conscience estre obligé de le fayre.

COMMANDEMENS vI ET Ix. Luxurieux pount ne seras.

S'arrester volontairement et prendre playsir aux pensées deshonnestes , ou mesme aux choses que l'on a pensées avec desir de les ellectuer. Dire la qualité des chOses et des personnes que l'on a pensées ou desirées. Avoir des entretiens en choses deshonnestes avec d'autres pour s'en instruire, ou pour provocquer les autres au mal, ou pour le simple playsir qu'on y prend. Dire des parolesà double entente, par galanterie ou pour solliciter à pecher, avec scandale de ceux qui les entendent ; en dire par maniere d'injure et par cholere, avec scandale. Entendre les mesmes choses de ceux qui les proferent, en rire, et n'avoir point le courage de les corriger et d'en destourner le disCOUlrS. Lire des livres ou escrits des choses deshonnestes, avec playsir et danger de quelque deshonnesteté; ou mesme d'autres livres, quoy† bons, avec le mesme peril, par curiosité et sans aucune necessité. Donner consentement au desir de quelque action deshonneste, quoyque peu de durée dans la volonté. Fayre des regards lascifs sur des figures, tableaux, nuditez, ou trop curieux et trop arrestez sur des personnes ou sur quelque partie indecente, sur soy ou sur d'autres, sans necessité. Dire quel mal ou accident il en est arrivé. S'exposer au danger de pecher, allant ou passant par des lieux suspects, ou à dessein d'y voir ou d'estre veu sans necessité. Avoir des attaches et des amytiez sensuelles avec des personnes de mesme ou different sexe, et par des entretiens trop libres et dangereux pour la pureté. Dire le tems, la durée, ce qui en est arrivé, et le scandale qu'on en a donné. Se playre volontairement au ressouvenir du peché commis : quel il est, et combien de fois, Fayre des attouschemens impurs sur soy ou sur d'autres. Quel desordre ou accident s'en est ensuivy; dire si on a pensé à femme ou à fille en ces Occasions. Fayre des baysers lascifs et semblables folastreries. Dire l'intention et le motif, et ce qui s'en est suivy.

Commettre par effect le peché d'impureté. Dire avec quelle personne, parente ou allyée, maryée ou non, ou consacrée à Dieu, Ou d'une maniere encore † execrable. S'entremesler ou solliciter pour fayre commettre le peché deshonneste aux autres, par lettres, messages, presens, signes ou actions deshonnestes, quoyque le mal n'ay esté executé. Fayre des cajolleries ou muguetteries, promesses de maryages, †er ou user de violence, Ou autres artifices pour commettre 6 II131. Se vanter du mal commis en secret, et diffamer les personnes dont on a abusé. Quel mal ou scandale en est arrivé. Demeurer dans l'occasion prochaine, nourrir les mauvaises habitudes de ce peché public ou secret, sans se mettre en peyne de se retirer ou corriger. Aller aux danses, comedies, et autres compaignies, avec danger de consentir au peché. S'habiller, parleret farder, à dessein de provocquer à lubricité, etc.

CoMMANDEMENs vII ET x. - Biens d'aultruy ne prendras
my convoiteras, etc. -

Desirer d'avoir et posseder le bien d'aultruy injustement, estre determiné d'en amasser à tOuteS mains. Le prendre, le desrober, et retenir effectivement contre son intention. Dire quelle somme, la nature, et combien. Porter dommaige aux biens d'aultruy, comme bleds, vignes, heritaiges, animaux, etc., quoyqu'on n'en ayt pas profitté. Obligati0n de restitüer. Ne pas payer ses debtes, ou restitüer, le pouvant. Dire quel dommaige en ont souffert les creanciers. Intenter des procez injustement, # fayre † fraude, ou nuyre au bon droit d'un autre en justice. Dire quel dommaige s'en est enSuIVy. Ne pas rendre les choses treuvées, et se les approprier, sçachant à qui elles appartiennent : ou ne s'en voulant informer. chepter des choses qu'on sçayt ou doubte estre desrobées, receler ou proteger ceux qui en font mestier. Perdre ou mal mesnager les choses que l'on a par emprunt, en garde ou en depost, par nesgligence ou autrement. #auder en vendant ou acheptant, en quelque maniere que ce S0lU. Jurer pour vendre plus cher ou achepter à meilleur marché. Bailler son argent à interest, et commettre usure en quelque maniere illicite]que ce soit, soit dans les contracts ou dans les prests. Employer la fausse monnoye, le sçachant Ou en doubtant. Recevoir salaire pour quelque charge, office, commission ou employ , et ne s'en point † fidellement. fjifferer ou fraud les oyers des serviteurs ou le salaire des Ouvriers. Dire le dommaige qu'ils en ont souffert, et restitüer. User de fraude au jeu, et joüer avec des enfans de famille, 0u personnes qui ne peuvent pas aliener.

« ElőzőTovább »