Quellen zur Schweizer Geschichte, 5-6. kötet

Első borító
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Más kiadások - Összes megtekintése

Népszerű szakaszok

166. oldal - ... lui firent tous raison ; et voulut aussi que les cardinaux de Gondi et de Joyeuse bussent semblablement. Quoi fait , Sa Majesté se retira pour les laisser achever leur dîner. La Reine y vint aussi jusques à la porte, et les regarda long-temps s'escarmoucher à coups de verres. En la salle basse y avoit aussi une grande table couverte pour les serviteurs des Suisses , qui triompherent de boire et manger.
16. oldal - Chrestienté, dont ja sont ensuivys infinis maulx, ruines et calamitez, et plus en mon royaume que en nul aultre endroict, neantmoins estant assize en telle assiette qu'elle est, elle ne pourroit estre reduicte en l'obéissance de quelque prince que ce soyt de mes voisins, qui ne tint en grande subjection les S...
165. oldal - Un peu de temps après, l'évêque de Valence, voulant commencer à dire la messe, lesdits Suisses protestans sortirent l'un après l'autre hors du chœur, après avoir fait une profonde révérence à Sa Majesté, passans devant sa cliaire, et se retirèrent au haut du pulpitre, ou étaient M.
62. oldal - ... Eidgenossenschaft wissenschaftlich, gibt ihre Ausdehnung nach allen Richtungen in bestimmten Massen an und knüpft hieran eine vollständige topographische Beschrei-io bung des ganzen Gebietes der damaligen zehn Orte, sowie der zugewandten Orte und der gemeinen Herrschaften. Dabei verfährt der Verfasser so, dass er an die Beschreibung des Hauptortes diejenige der zugehörigen Landschaft derart anführt, dass unter Bezeichnung der Lage und Beifügung kurzer Bemerkungen zunächst is die sämmtlichen...
163. oldal - Suisses éto'ient fort en point, tous habillez de veloux, portant chaînes d'or au col. Au surplus, beaux hommes, forts, et qui avoient bonne trogne, et les faces cramoisies. Sur quoi il y en eut un qui, les voyant entrer avec si bon minois et visage dans la chambre du Roy, fit par plaisir sur l'heure le quatrain suivant : Voyant passer ces gens étranges, ' Au teint vermeil et aux gros culs, Je pensois voir maints dieux Bacchus Qui viennent de faire vendanges.
24. oldal - ... Maisse (ambassadeur à Venise) fait ,,entendre qu'il ya des bagues de ceste Couronne en Italie, sur lesquelles se pourroit ,,recouvrer quelque bonne somme, outre ce qui est den à celuy qui les a, je luy ay ,,envoyé pouvoir pour faire ce mesnage.
177. oldal - von dem Ursprung der durchlauchtigen Fürsten von Oesterreich", welches aus dem Kloster Königsfelden stammte. Der Auszug wenigstens, den Clewi Fryger von Waldshut gemacht hat, hat mit F. sehr wenig gemein. Fryger's Arbeit befindet sich in Gerbert „de translatis Habsburgo-Austriacorum principum cadaveribus".
166. oldal - Après toutes ces solemnitez, la musique, les orgues et les instrumens sonnerent un fort long-temps ; et oyoiton en même-temps les canons de M. de Rosni qui tonnoient de l'Arcenal. Entre une et deux heures après midi , le Roy s'en alla à l'evêché accompagné des Suisses , lesquels il festoya très-magnifiquement. Sa Majesté dîna en une chambre avec la Reine, et les Suisses en la grande salle. Monseigneur le prince de Condé se mit au haut bout , puis M. le comte de Soissons, M. de Montpensier;...
159. oldal - Testât qu'il vouloit tousjours faire de leur alliance. Que l'on a tousjours estimé les estats plus puissants et asseurés qui ont esté appuyés de plus grand nombre d'alliances; mais qu'il s'estoit peu souvent veu , qu'au besoin des potentats se voulants fortifier de l'alliance de leurs voisins , qu'il ne soit demeurés quelques desfiance de leur accroissement au cœur de leurs alliés. Que l'alliance de la France avec la nation des ligues avoit tousjours esté exempte de soupçon , et qu'il n'y...
25. oldal - . lust gelegen, ein bürg uf einem wunsamen berg an einem wald foil gewilds wol erbuwen, mit schönen wingarten, das » man die göttin Ceres und den gott Lieuus gedenken möcht daselbs iren gunst haben angeleyt. In der statt ein closter sant Bendicten(!) ordens, das da keyser Heinrich vom stammen Peyeren ab dem berg Twiel da hin geendrot hat. Die statt Zürich begrift ouch in iro herschaft ein bergstettli, gesund...

Bibliográfiai információk