Oldalképek
PDF
ePub

SUR L'INDIFFÉRENCE

EN MATIÈRE

· DE RELIGION.

Impius, cùm in profundum venerit... contemnit.

. . Prov. XVIII, 3.

TOME PREMIER.

PARIS,
TOURNACHON-MOLIN ET H. SEGUIN,

LIBRAIRES, RUE DE SAVOIE, N.° 6.

DE L'IMPRIMERIE DE LEBLANC.

1817.

On se propose de faire paroître à une époque peu éloignée la seconde Partie de cet ouvrage. Les circonstances ont déterminé à publier séparément le premier volume ; car, dans ce siècle des lumières, tout est de circonstance, les doctrines, les mæurs, les gouvernemens même , et les lois ; et les réflexions de la veille sont rarement applicables le lendemain. Quand tout étoit stable, les livres arrivoient toujours à temps. Aujourd'hui il faut se hâter, parce que la société elle-même se hâte d'accomplir ses destins; il faut se presser de parler de vérité, d'ordre, de Religion, aux peuples, de peur de ressembler au médecin qui disserteroit sur la vie près d'un tombeau.

[blocks in formation]

KITU

INSTA

[ocr errors]

INSTI?

AL"; STY

29 JUL 1958 0."

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Le siècle le plus malade n'est pas celui qui se passionne pour l'erreur, mais le siècle qui néglige , qui dédaigne la vérité. Il y a encore de la force, et par conséquent de l'espoir, là où l'on aperçoit de violens transports ; mais lorsque tout mouvement est éteint, lorsque le pouls a cessé de battre, que le froid a gagné le cæur, et que l'haleine du moribond nc ternit plus le miroir qu'une curiosité inquiète approche de sa bouche, qu'attendre

alors qu'une prochaine et inévitable dissolution?

En vain l'on essaierait de se le dissimuler, la société, en Europe, s'avance rapidement vers ce terme fatal. Les bruits formidables qui grondent dans son sein, les secousses qui l'ébranlent , les bouleversemens inouis, qui, dans l'espace de quelques années, en ont tant de fois changé la face, ne sont pas le plus effrayant symptôme qu'elle offre à l'observateur : ces terribles convulsions peuvent n'être pas sans remède; mais cette indifférence léthargique où nous la voyons tomber, ce profond assoupissement, ce sommeil de fer, cette stupeur mortelle , qui l'en tirera? Qui soufflera sur ces ossemens arides pour les ranimer? Le bien, le mal , l'arbre qui donne la vie, et celui qui produit la mort, nourris par le même sol, croissent au milieu des peuples, qui, sans lever la tête , passent, étendent la main, et saisissent leurs fruits au hasard. Religion, morale, honneur, devoirs, les principes

les plus sacrés, comme les plus nobles sentimens, ne sont plus qu'une espèce de rêve, une illasion fugitive, de brillans et légers fantômes qui se jouent un moment dans le lointain de la pensée, pour disparoître bientôt sans retour. Les âmes énervées fuient la réflexion, frémissent comme un vil malade, et se contractent au premier rayon de lumière qui vient les frapper, et s'oubliant elles-mêmes, cherchent au sein d'une molle incurie, je ne sais quel repos agité par les songes volages du plaisir. Non, jamais rien de semblable ne s'était vu, n'aurait pu même s'imaginer. Il a fallu de longs et persévérans efforts, une lutte infatigable de l'homme contre sa conscience et sa raison, pour parvenir enfin à cette brutale insouciance. Arrêtez un moment vos regards sur ce roi de la création : quel avilissement incompréhensible! Son esprit affaissé n'est à l'aise que dans les ténèbres. Ignorer est sa joie, sa paix, sa félicité; il a perdu jusqu'au désir de connoître ce qui l'intéresse le plus.

« ElőzőTovább »