Oldalképek
PDF
ePub

dition, revenant un jour des fontaines de Moïse, situées sur la rive orientale, voulut profiter de la marée basse , et traverser la mer Rouge à pied sec; mais il fut surpris par la nuit, et, s'étant égaré au milieu de la mer montante, il eut à peine le temps d'échapper au reflux des eaux 54.

Moïse, qui avait étudié ces parages pendant tout le cours de sa vie pastorale, fit passer le soir, sur les derrières, les feux qui jusqu'alors étaient restés à la tête du peuple, soit pour cacher aux Egyptiens, au moyen d'une vapeur épaisse, les mouvemens de son camp, soit pour leur montrer, à la lueur de la flamme, une partie de ce camp immobile, tandis que l'autre exécuterait sa marche en silence *.

Bientôt le flux, aidé par un vent violent, commença; et les eaux, en se retirant, offrirent une disposition remarquable, qui rend raison des faits postérieurs d'une manière bien plus satisfaisante que l'explication naturelle proposée par Josèphe, suivie par saint Thomas , Grotius, et plusieurs savans rabbins, d'après laquelle les Israelites auraient décrit une ligne demi-circu* Le texte dit : La colonne de vapeur partit de devant eux, et se tint derrière, et elle vint entre le camp des Egyptiens et le camp d'Israël, et elle était pour les uns une vapeur et une obscurité, et pour les autres elle éclairait la nuit: et l'un des camps n'approcha pas de l'autre de tout le soir. ( Exod. xiv, 20. )

laire dans la mer pendant le flux, et seraient revenus sur le même rivage d'où ils- étaient partis55. Un haut fond transversal et beaucoup plus élevé que le reste du lit du golfe, resta à découvert, de sorte que les eaux de l'extrémité de ce golfe se séparèrent peu à peu de la masse qui rentrait sur elle-même et formèrent une espèce de lac auquel le haut fond servait de digue. Cette disposition, très-facile à concevoir, et dont les observations faites par M. du BoisAymé sur les lieux mêmes semblent confirmer l'exactitude56, est exprimée à la lettre dans la partie historique du texte qu'il faut bien se garder de confondre avec la partie poétique que je citerai plus loin. «Lamer se retira toute la nuit par un vent d'orient très-fort, et elle fut à sec et les eaux se divisèrent 57. »

Aussitôt les diverses tribus entrèrent sur le haut fond et se développèrent d'autant plus qu'il s'élargissait davantage : elles s'avancèrent, ayant à gauche la partie des eaux que j'ai nommée le lac, qui de ce côté les arrêtait, comme un mur, et à droite , les eaux de toute la mer qui , à mesure qu'elles s'éloignaient du lac, semblaient se fendre pour leur ouvrir un passage. Dès qu'ils eurent aperçu ce mouvement , les Egyptiens suivirent, aveuglés par la vengeance, les traces de l'ennemi, qui, parvenu sur l'autre rive, aurait pu se ranger de manière à repousser leurs efforts, et à les retenir dans le lit du golfe. Mais cette précaution ne fut pas nécessaire. L'obscurité d'une "huit orageuse et surtout la pesanteur des chariots égyptiens, dont les roues enfonçaient dans ce terrain de sable, accrurent au dernier point la difficulté de leur marche. Tout à coup le bruit des eaux accourant avec d'autant plus de violence que le vent les avait plus retenues, et que le golfe est en cet endroit plus resserré, se fit entendre. Un seul cri, «Fuyons! le Dieu des enfans d'Israël combat contre nous! » fut aussitôt répété de toute part. Mais où fuir? A gauche les eaux du lac retiennent leurs pas, comme un mur; les deux rives sont éloignées,

[graphic]

et le bruit croît aussi rapide que la parole

Quel désordre cette situation éclairée par une aurore sombre ne dut-elle pas jeter parmi les Egyptiens! L'effroi de la mort succède à la colère; leurs esprits s'égarent, et bientôt les eaux de la mer arrivant sur le haut-fond, se réunissent au lac et les entraînent, eux, leurs chevaux et les bagages 58.

Un hymne pompeux», dans lequel Moïse redit en poète le haut fait qu'il vient d'accomplir en capitaine, fut chanté sur le rivage même par Miriam sa sœur et par toutes les femmes, qui répétèrent le refrain en chœur, au son des tambourins et des cymbales *:

[graphic]

« Je chanterai le Dieu d'Israël qui s'est élevé » fièrement et qui a précipité dans la mer le » cheval et le cavalier.

» Il est ma force, je redirai ses louanges; il i> m'a sauvé, je lui consacrerai un temple; il a » été l'objet du culte de mon père, et je l'exal» terai. Ce Dieu est'un guerrier vaillant, du » nom de Jehovah : il a englouti les chariots » du pharaon, l'élite de ses capitaines et toute » son armée

» Que ta droite s'est montrée redoutable î » elle a froissé l'ennemi; tu as détruit ceux qui » se sont élevés contre toi; tu as lâché ta colère, » et elle les a consumés comme du chaume » Ton souffle a fait amonceler les eaux; les » courans se sont arrêtés, les abîmes se sont » condensés au milieu de la mer.

» L'ennemi disait : Je les poursuivrai, je les » atteindrai; je partagerai le butin, etmaven» geance sera assouvie : je tirerai mon épée, et » ma main les anéantira. Mais ton souffle est » accouru de nouveau; les abîmes les ont re» couverts, et ils se sont enfoncés comme du » plomb dans les eaux violentes.

[graphic]

* Comment se fait-il donc qu'on ait souvent pris à la lettre ses sublimes accords? La postérité lisant un jour le passage du Rhin chez le poète, le confondra-t-elle avec le récit de l'historiographe? Les prêtres de Memphis conservèrent long-temps, dit-on, dans toute sa simplicité, le souvenir de cette catastrophe. (Eusèbe, Ptceparat. Evangelk-, lib. ix.)

» Parmi les dieux qu'on adore, en est-il de » semblable à toi ; aussi grand, aussi digne d'être » chanté, qui fasse des choses aussi magni- » fiques? Tu as étendu ta droite, et la terre les » a engloutis. Après avoir délivré ce peuple, » tu l'as guidé toi-même': et tu le transportes » par ta force dans la demeure de ta sainteté. » Les peuples l'ont appris, et ils en frémissent: » la douleur a saisi les habitans de la Palestine, » les princes d'Edom sont épouvantés; le trem» blement s'est emparé des hommes de Moab; » tous les habitans de Canaan se dessèchent de » peur.

» Que la puissance de ton bras maintienne » sur eux la stupeur et l'effroi; qu'ils restent » immobiles comme la pierre, jusqu'à ce que » ton peuple, ô Jehovah, le peuple que tu as » acquis, soit passé.

» Tu le déposeras, tu le planteras sur la » montagne de ton héritage; dans le lieu pré» paré pour ta demeure, dans un sanctuaire » affermi par tes mains.

» Jehovah régnera à jamais, à perpétuité, » car le cheval du pharaon, son char et ses » cavaliers son entrés dans la mer, et il a fait

« ElőzőTovább »