Oldalképek
PDF

tères qui établissent la mission des envoyés divins, deux appartiennent, de l'aveu de Rousseau, manifestement à Jésus-Christ. 11 avoue également que le troisième lui appartient aussi dans tout ce qu'il peut avoir de force; et cette force est telle, comme on l'a vu, qu'il n'en existe point de plus grande. Laissons maintenant Rousseau tirer les conséquences.

« Il est clair que quand tous ces signes se trouvent réunis, c'en est assez pour persuader tous les hommes, les sages, les bons, et le peuple; tous excepté les fous, incapables de raison, et les méchans, qui ne veulent être convaincus de rien.

» Ces caractères sont les preuves de l'autorité de ceux en qui ils résident; ce sont les raisons sur lesquelles on est obligé de les croire. Quand tout cela est fait, la vérité de leur mission est établie; ils peuvent alors agir avec droit et puissance en qualité d'envoyés de Dieu. Les preuves sont les moyens; la foi due à la doctrine est la fin (1).

» Ainsi, reconnoissant dans l'Évangile l'autorité divine, nous croyons Jésus-Christ revêtu de cette autorité; nous reconnoissons une vertu plus qu'humaine dans sa conduite, et une sagesse plus qu'humaine dans ses leçons. Voilà ce qui est bien décidé par nous (2). »

Déistes, retenez bien ces* paroles d'un de vos maîtres; souvenez-vous que Jésus-Christ étoit revêtu de l'autorité divine, qu'on est dès-lors obligé de le croire}

[merged small][merged small][ocr errors]

que la foi est due à sa doctrine, qu'il a droit et puissance pour commander au nom de Dieu. Encore un coup, retenez bien ces paroles; car un jour elles vous seront rappelées, lorsqu'en présence des hommes assemblés pour rendre compte de leurs pensées et de leurs œuvres, on vous demandera pourquoi vous n'avez cru ni à Jésus-Christ, ni à ceux qu'il avoit chargés d'annoncer sa doctrine, ni à ceux même qui en ont reconnu la vérité en la combattant.

Et qu'est-ce que Dieu pouvoit faire de plus pour convaincre tous les esprits, pour persuader tous les cœurs (1)? Pendant quatre mille ans, il ouvre l'avenir aux regards de l'homme; afin de le préparer aux mystères qui devoient s'accomplir.L'histoire du Libérateur promis étoit écrite depuis long-temps, lorsqu'il parut sur la terre; et le genre humain a trois évangiles qui, parfaitement semblables pour le fond, ne diffèrent les uns des autres que par de plus grands développemens: l'Évangile de la ^tradition patriarcale , l'Évangile des prophètes, l'Évangile enfin de Jésus-Christ. Si on en rejette un seul, il faut les rejeter tous; il faut abjurer non seulement la foi des chrétiens, la foi des Juifs, mais la foi de toutes les nations; il faut dire qu'après soixante siècles d'erreur et de folie universelle, quelques hommes sont venus apporter dans le monde la raison et la vérité (2), que la

(1) Quid est quod debui ullrà facere, et non feci? /*., V, 14.

(i) La raison est toujours vomie tard ; c'est une divinité qui n'est apparue qu'à peu de personnes, foliaire, Remarq. ttir l'hist. génér., S II, p. 13.

raison c'est le doute, que la vérité c'est l'ignorance absolue de ce qu'on doit croire, et par conséquent l'incertitude de ce qu'on doit pratiquer. En vain pour confirmer sa parole, pour vaincre la résistance des esprits les plus défians,pour courber l'orgueil incrédule, Dieu aura manifesté sa puissance par des miracles avoués des Juifs, avoués des païens : les uns nieront ces miracles parce qu'ils ne les comprennent pas, les autres prétendront qu'on ne peut être certain qu'ils soient de véritables miracles; et l'homme, rebelle à tous les bienfaits de son Créateur et de son Sauveur, défendra son indépendance contre l'autorité de Dieu contre la beauté ravissante de sa loi, comme il défend ses ténèbres contre sa lumière. Que faire donc? comment l'éclairer? comment le toucher? A moins de lui ravir la liberté, est-il au pouvoir du Tout-Puissant même de l'empêcher de se perdre, s'il l'a résolu immuablement? Grand Dieu! l'étonnant spectacle que celui d'un être qui, repoussant la félicité que vous lui offrez, que vous lui imposez comme un devoir, combat obstinément pour assurer sa ruine et pour se créer au sein de la vie une éternelle mort!

Tel est le prodigieux aveuglement des ennemis du christianisme: ils s'effraient du salut, et s'irritent contre la miséricorde. Chrétiens, venez les contempler; afin de connoître jusqu'où l'on peut descendre par l'orgueil, et aussi afin de rendre grâce à celui dont la main vous arrête sur le bord de cet abîme. Regardez et humiliez-vous; voilà l'homme abandonné à lui-même, l'homme que la foi ne soutient

20.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

plus. Regardez et tremblez : le froid désespoir de la raison est mille fois plus effrayant que l'emportement d'une passion violente; son calme affreux a quelque chose de l'immobilité de l'enfer.

Oh! qu'après avoir fixé ses regards sur ces tristes égaremens du cœur humain , il est consolant de les reporter sur une religion que Dieu a marquée visiblement du sceau de sa vérité, en investissant de sa puissance les envoyés qui devoient l'annoncer au monde! Au lieu de flotter à tout vent de doctrine (1), qu'il est doux de se reposer dans des croyances invariables, et de retrouver sa foi dans la foi de tous les lieux et de tous les temps! Une sainte fraternité d'amour et d'espérance unit dans le Sauveur des hommes toutes les générations des justes. Ils passoient jadis sur la terre en désirant sa venue, et maintenant ils passent en bénissant son avénement; et tous un jour seront rassemblés dans le royaume de son Père, où lui-même il est allé préparer leur demeure (2). Céleste Jérusalem, cité de bonheur et de gloire, immortelle patrie des en fans de Dieu ! se peut-il que l'on consente à ne te voir jamais; à ne voir jamais Jésus, ni le Père, ni le Fils, ni l'Esprit qui procède d'eux! Ah! c'est là le miracle de l'enfer! Jésus, ayez pitié de ces pauvres aveugles, ranimez ces âmes languissantes, guérissez ces cœurs malades, dites à ces paralytiques: Levezvous, et venez à moi; ressuscitez ces morts pourqu'ils

[ocr errors]

ne périssent pas d'une mort plus terrible. Si une seule fois ils s'approchent de vous; si une seule fois leurs yeux vous contemplent, ils croiront et seront sauvés : car il est bien vrai que vous êtes vous-même la preuve la plus frappante de la vérité de la religion que vous avez établie; et pour confondre l'impie qui ose nier la divinité du christianisme, il suffit de lui montrer Jésus-Christ.

« ElőzőTovább »