Oldalképek
PDF

vinités égyptiennes (1), comme nousl'apprenons d'Hérodote (2). Le culte jusqu'alors s'étoit conservé pur, aussi bien que les croyances. « On n'adoroit, dit » Théophraste, aucune figure sensible; on n'avoit » pas encore inventé les noms et la généalogie de » cette foule de dieux qui ont été honorés dans la » suite; on rendoit au premier principe de toutes » choses des hommages innocens, en lui présentant » des herbes et des fruits pour reconnoître son sou» verain domaine (3). »

Tel a été le premier culte de toutes les nations. Les Romains n'en avoient pas d'autre au temps de Numa. « Ce qu'il ordonna, dit Plutarque, touchant les ima» ges et représentations des dieux, se conforme du » tout à la doctrine de Py thagoras, lequel estimoit que » la première cause n'estoit ny sensible, ny passible, » ains invisible et incorruptible, et seulement intelli» gible. Et Numa semblablement défendit aux Ro» mains de croire que Dieu eust forme de beste ou » d'homme : de sorte qu'en ces premiers temps-là il » il n'y eut à Rome image de Dieu ny peinte ny mou» lée, et furent l'espace de cent soixante et dix pre» miers ans, qu'ils édifièrent bien des temples et des » chapelles aux dieux : mais il n'y avoit dedans statue

(1) Mém. de VAcad. des Inscrip., t. XXIV, pag. 417; et t. LXI, pag. 481.

(î) Herodot., Iib.II, n° 9.

(3) Theophr. ap. Porphyr, de Abstin. Animal. — Herodot., lib. II, cap. 69. — Pausanias remarque qu'il n'y avoil aucune image dans quelques anciens temples qu'il avoit Tus à Héliarté, ville de Bcolic. In Corinlhiac.

» ne figure quelconque de Dieu, estimant que ce fust » un sacrilége de vouloir représenter les choses di» vines par les terrestres, attendu qu'il n'est pas pos» sible d'atteindre aucunement à la cognoissance de la » Divinité, sinon par le moyen del'entendement(l). »

Les temples dont parle ici Plutarque étoient consacrés aux vertus, pour signifier, dit Gicéron, que ceux qui avoient ces vertus dans le cœur, étoient les temples des dieux mêmes (2).

Varron assure également que les Romains n'eurent, pendant plus de cent soixante-dix ans, aucune image des dieux; et que ceux qui introduisirent l'usage des simulacres établirent une erreur inconnue auparavant (3).

Il est certain que la religion primitive des Celtes et des Germains étoit exempte d'idolâtrie, et qu'elle ne commença de se corrompre que lorsque ces peuples, abandonnant les traditions antiques, adoptèrent les superstitions égyptiennes et romaines (t).

(1) Plutarque, Vie de Numa. Hommes illustres, lom. I, p. 235, 236. Traduct d'Amyol. Édit. de Fascosan.

(2) Benè vero, quôd mens, pietas, virtus, fides, consecratur manu : quarum omnium Romae, dedicata publice templa sunt nt illa qui habeant (habent autem omnes boni) deos ipsos collocatos putent in animis suis. De legib., Iib. II, c. XI.

(3) biciteliam idem auctor acutissimus atqoe doctissimus (Varro), quôd bi soli ei videantur animadvritisse quid esset Deus, qui credidernnt eum esse animam motu ac ratione mundum gubernanlem... Dicit etiam antiquos Romauos plus annos centum et septuaginta deos sine simulacro coluisse. Quùd si adhur, inquit, mantisse t, castiùs diiobservurentur... Nec dubitat eum locuiu ità concludere, ut dicat, qui primi simulacra deorum populis posuerunt, eos civitatibus suis et metum demsisse, et errorem addidisse. S. August. de Civitate Dei, lib. IV, c. XXXI. Oper. tom. VII, col. 111, 112. ed. Benedict.

« Les Slaves, ou Esclavons, et les Antes n'adoroient » encore au sixième siècle, qu'un seul Dieu, sei» gneur de toutes choses, et qui lance le tonnerre,

(I) Voyez VEssai sur les Gaulois, dans l'ouvrage intitulé: Antiquités de fesoul, etc. ; par M. le comte Wlqrin de Taillefer. — • I.os différens noms de Teutatés, Belénus, Ksus, Taranis » et Dis, semblent n'avoir été dans l'esprit des druides 'autre chose

> que des attributs de la Divinité. Outre que ce sentiment se lie très

> bien avec l'idée du Dieu suprême , qui ne s'est jamais perdue to» talement chez eux , les anciens Gaulois ne connurent point d'a

> bord d'autre divinité. Les chefs mêmes des premières colonies > n'acquirent pas l'idée d'un seul Dieu par la vole du raisonnement, » mais par la tradition. Le nom de Tis fut donné dans le com» mencement à l'Etre suprême par les Germains. Il répond au mot » Theos des Grecs, dont les latins ont fait celui do Drus. Au nom » de Tis, les Gaulois ajoutèrent celui de Teulalis .. ce qui veut » dire pire des hommes. Une pareille doctrine étoit bien éloignée » du polythéisme. Esus étoitunnom appellatif; il signifie Seigneur » ou Tout-Puissant. C'est le même que le Zeus des Grees. Dieu, • dit Aristote, est ainsi appelé. Hésychius, célèbre grammairien, » assure que par le terme tsus on doit entendre l'Être suprême... » Le nom de Belénus peut également se donner au vrai Dieu. Au » reste il est certain que les Gaulois reconnurent un premier être, » d'où sont émanés tous les autres. Les forêts, les arbres et les » pierres qu'ils consacroientà la Divinité, n'étoient pas originaire» ment l'objet de leur culte. Ces consécrations se faisoient pour

> rendre plus respectable le lieu de l'assemblée. Le nom de Dieu » qu'ils donnoient aux sanctuaires, ne servoit qu'à rappeler sa pré< sence plus facilement à l'esprit. Ils l'adoroient, tantôt sous le » nom de père, pour animer la confiance qu'ils devoient avoir en » lui, et tantôt sous celui de maître du tonnerre (Taranis), de » Seigneur et de roi, pour se rappeler les droits qu'il avoit sur » eux... Tandis que les Gaulois respectèrent les traditions qu'ils te» noient des anciens, la religion primitive se conserva parmi eux » dans son intégrité, » Deric; Introduct. à l'hist. ecclésiatt. de Bretagne, tom. I, liv. I, pag. 813 et suiv.

» auquel ils immoloient des bœufs et d'autres victi» mes. C'estcequ'attesteProcope(l), quiécrivoitsous » l'empire de Justinien. Ces peuples faisoient partie » des Scythes. On sait que la première de ces deux » nations a occupé la Bohème, la Pologne, l'Escla» vonie et la Russie, et qu'elle n'embrassa le chrislia» nisme que quatre ou cinq cents ans après le temps » dont il est ici parlé. » Or l'histoire prouve qu'aucun peuple ne passa jamais de lui-même, et sans un secours étranger, de l'idolâtrie au culte d'un seul Dieu. « J'infère de là, continue Bullet, que les Esclavons » n'avoient jamais adoré qu'un seul Dieu, maître du » monde, puisque telle étoit leur religion au sixième » siècle. J'en infère encore que tel avoit été originai» rement le culte de tous les Scythes, dont les Escla» vons étoient un essaim, n'étant pas croyable que la » même nation ait eu, dans ses premiers temps, des » religions différentes (2). »

Rien n'obscurcit, rien n'altère l'éclat de la vérité, lorsqu'elle se lève comme l'astre de la vie sur les peuples naissans. Sa pure lumière pénètre dans des cœurs purs et y féconde le germe de tout ce qui est bon, de tout ce qui est saint : heureux âge d'innocence et de foi; et que ne peut-il durer toujours! Mais bientôt les passions fermentent ; elles produisent l'erreur et le vice, qui se projettent comme d'énormes ombres entre

(1) Debello golh., lib. III, p. 498.

(2) L'existence de Dieu démontrée par let merveilles de la nature, ton>. II, p. 20—22.

l'homme et la vérité. Cependant l'astre poursuit son cours, il continue de briller, mais à travers de noires vapeurs qui s'épaississent sans cesse; et vers le soir on le voit, descendant peu à peu dans des ténèbres enflammées, éclairer de ses derniers rayons un ciel sanglant et chargé de tempêtes.

Leshabitans de l'Amérique (l), de la Perse (2), et de l'Inde (3), ne rendoient originairement de culte

(1) Carti, Lettres amèric., tom. I, p. 105. — Garcilasso de la Vega nous apprend qu'avant l'arrivée des Incas au Pérou, les anciens habitans de ces contrées croyoient qu'il y avoit un Dieu suprême auquel ils donnoient le nom de Pacha-Camack {Créateur du Monde), qu'il donnoit ta vie à toutes choses, qu'il conservoil le monde. Us disoient qu'il étoit invisible... Tout son culte se réduisait à incliner profondément la tétc et à élever les yeux lorsqu'ils prononçoient son auguste nom. Cependant on lui éleva dans la suite un seul temple, dans un endroit appelé la vallée de PachaCamack : il subsistoil encore lors de la première entrée des Espagnols au Pérou. Leland , JVouv. Dèmonslr. évang., tom. I, p. 127.

(2) Suivant Mobsin Fani, la religion primitive de la Perse fut une ferme croyance dans un Dieu suprême qui a fait le monde par sa puissance et le gouverne par sa sagesse; une crainte pieuse de ce Dieu, mêlée d'amour et d'adoration ; un grand respect pour les parens et les vieillards; une affection fraternelle pour le genre humain. Sir John Malcolm, Histoire de la Perse, tom. I, p. 273. — Caïumarath ou Kalomurs , premier roi et fondateur de la première dynastie de Perse, descendit volontairement du trône et se relira, disent les historiens persans , dans sa première demeure, qui éloil une grotte où il vaquoit à prier et à adorer le Créateur de toutes choses. Il n'est pas probable que le peuple eût une autre religion que le monarque. Vouez d'Herbelot, Biblioth. orientale, art. Caïumarath; tom. II, p. 180. Paris, 1783.

(3) Le théisme a été la religion primitive du genre humain. La marche progressive du polythéisme supposeroit cette vérité, si d'ailleurs les faits ne la démontroient pas. Chez les Indiens, comme chez tous les autres peuples de la terre, on reconnoll, à travers les fables et les Actions les plus bizarres, un culte pur dans son ori

« ElőzőTovább »