Oldalképek
PDF

» germe de David... et voici le nom qu'on lui don

» nera, Jehovah notre juste (1). »

Ainsi ce nom incommunicable (2), ce nom glorieux que Dieu ne donnera jamais à aucun autre (3), et qui lui appartient pendant toute l'éternité (4), lui-même il le donne au germe de David, dans lequel tous les anciens Juifs s'accordent à reconnoître le Messie (5), en même temps qu'ils avouent que ce Messie divin existoit avant tous les temps, qu'il n'a ni commencement ni fin, qu'avant la création du monde éternel il étoit avec son Père éternel (6).

A ces caractères, qui ne reconnoîtroit le Désiré des nations, le Saint qu'attendoit Confucius, et quon pourra, disoit-il, comparer à Dieu ; le Docteur qui, selon Platon, devoit nous sauver, en nous instruisant

(1) Ecce (lies veniunt, dicit Dominus, et suscitabo David germon jnstum et hoc nomen , quod vocabunt enm : Dominas

(Jehovah) justus nosli'i-. Jcrcm., XXIII, 5, 6 ; et XXXIII, 15 et 16.

(2) Les Juifs le reconnaissent expressément, y oyez Maimonides, More Nevochim, part. I, cap. LXI et LXII.

(3) Ego Dominus (Jehovah), hoc estnomen meum : gloriam meam alteri non dabo. Is., XI,il, 8.

(4) Hoc nomen mihi est in «eternum. Exoi., UI,15.

(5) L'auteur de la paraphrase chaldéenne, Onkelos, dit positivement ( in Jerem. XXI1I, 5; et XXXIII, 15) : Suscitabo Davidi Messiam Regem Noslrum. Rabi Cahana assure que le Messie s'appelle Jehovah le Juste, conformément à ce que le Seigenr a annoncé par la bouche de son prophète Jérémie (Medras Tilim, c. I, 10.) Le même livre (in Ps. XX fIII) dit que les prophéUes que nous venons de citer se rapportent au Rédempteur : Suscilabu Davidi Messiam Juslum; et le même aveu se trouve dans l'ancien livre Jalcut.

(6) Rabi Barachias, un des Tanaïms ou rabbins de la Misna, cité par R. Moïses Hadarsin in Gen. c. XXXyII. — Zohar in Gtn. cap. III. Medr. TH. in Is. cap. y II, 14 et alias.

EN MATIÈRE DE RELIGION. 211

d* la doctrine véritable; le Maître commun, le sour vtram Monarque, le Dieu qu'annonçoit Cicéron, et dont la loi une, éternelle, immuable, régiroit tous les peuples dans tous les temps?

Mais, quoi! vous me parlez du Verbe incréé, du Fils de Dieu, de l'Éternel : qu'a-t-il de commun avec notre nature, et comment le reconnoître dans ce petit enfant dont les esprits célestes annoncèrent la naissance aux bergers de Bethlehem ? Écoutez Isaïe:

« Un petit enfant nous est né, un fils nous a été » donné; il portera sur ses épaules les marques de sa » royauté. Il sera appelé l'Admirable, le Conseiller, » Dieu, le Fort, le Père du siècle futur (1), le Prince » de la paix. Son empire s'étendra de plus en plus, » et la paix qu'il établira n'aura point de fin. Il sera » assis sur le trône de David, et il possédera son » royaume pour l'affermir dans l'équité et dans la jus» tice, depuis ce temps jusqu'à jamais. Le zèle du » Dieu des armées fera ces choses (2). »

Comprenez donc que le Verbe s'est fait chair, et

_

(•) "TJT"»3K» le Père de l'élernité. Le Medras Tilim applique tont

ce passage d'Isaïe au Messie, etreconnoil expressément qu'il y est appelé Dieu. Rabi Abraham dit que celui qui est appelé dans Isaïe, V Admirable, le Conseiller, Dieu, le Fort, est le Verbe, l'Intelligence primordiale, Splendeur de l'unité immuable , et mère de la foi. Lib. Jezirah. Scmil. I, II, III,p. 1 , 4, fi ed. Rillangelii Am•Wod. 16*2. Vid.ct. Jamieson's Vindic, lib. I, cap. V.

(!) Parvulus natus est nobis, et Filius datus est nobis, et factus est principatus super humerum ejus : cl vocabilnr nomen ejus, Admirabilis, Consiliarius, Deus, Fortis, Pater futuri saeculi, Princeps pacis. Multiplicabitur ejus imperium, et pacis non erit finis ; super solium David, et saper regnum ejus sedebit, ut confirmet illud, et corroboret in jadicio, amodo et usquè in sempilernum: zelns Domini exercituum facietboc. /*., IX, 6 seqq.

212 Essai Sur L'indifférence

qu'il a habite parmi nous (1) ; adorez le mystère de l'homme-Dieu, et dites avec le prophète : Je me jouirai dans le Seigneur, et je Iresaillerai d'allégresse en Jésus mon Dieu (2) ! Notre Dieu a été vu sur la (erre, et il a conversé avec les hommes (3).

Ne l'avez-vous pas entendu lui-même dire à son Père : Vous m'avez formé un corps (4) ? Le Dieu sauveur est un Dieu caché (5). Le voile de son humanité le dérobe à nos yeux; car il a voulu être véritablement l'un de nos frères, suivant la parole de Moïse. L'attente d'Israël, son Sauveur au temps de la Iribulation : il passera sur la terre comme un pèlerin, comme un voyageur qui se détourne de sa route pour s'arrêter un moment, comme un homme errant qui n'a point de demeure, et comme le fort qui ne peut sauver (6)! « Il » s'est élevé comme un rejeton qui sort d'une terre » aride ; il n'a ni beauté, ni éclat: nous l'avons vu, » il étoit méconnoissable; et nous l'avons désiré: » nous l'avons vu méprisé, et le dernier des hommes, » l'homme de douleur, et connoissant l'infirmité ; son » visage étoit comme caché et abaissé, de sorte que » nous n'avons fait de lui aucun cas. Il a vraiment » pris sur lui nos langueurs et porté'nos misères, et » nous l'avons regardé comme un lépreux, comme » un homme que Dieu a frappé et humilié (1)! » Aussi vient-il pour annoncer le salut aux humbles, pour guérir ceux dont le cœur est brisé, pour prêcher le pardon aux captifs, et la délivrance aux prisonniers; pour consoler ceux qui pleurent (2).

(1) Vcrbumcaro factum est, et babitavit in nobis. Joan., I, 14.

(î) Ego autem in Domino gaudebo, et exultatabo in Deo Jesu meo. Uabac, III, 18. Agg., III, 8, 9.

(3) Hic est Deus nosler... Hic adinvenit omnem viam disciplinai et tradidit illam Jacob puero suo, et Israël dilecto suo. Post hase in terris visas est., etcam bominibas conversatus est. Baruch., III, 36, 37 et 38.

(4) Aurcs autem porfci-Mi milii (Ps., XXXIX , 7); ou, selon les 70, suivis par saint Paul, aii/tx Si xx-mprhu pot, eorpus autem aptasti mihi. Désigner le corps entier par une de ses parties , est an genre de locution familier aux Orientaux.

(5) Verè tu es Deus absconditus, Deus Israël salvator. /«., XLV, 15.

(6) Exspectatio Israël, Salvator cjus in tempore tribulationis: quare quasi colonus iulurus es in terra, et quasi viator doclinons ad manendum ? Quare futurus es velut vir vagus, ut fortis qui non notest salvare ! Jcrem., XIV, 8,9.

En cet état de gloire et d'abaissement, il est le moin qus Dieu a donné aux peuples, le chef et le maître préposé sur les nations (3). // les purifiera, et les rois se tairont devant lui (4). Sa mission est universelle;

(1) Et ascendit sicut virgultum coram eo, et sicut radix de terril silienti : non est species ei, neque decor: et vidimus euni, et non erat aspeclus , et desideravimus eum : despeclum, et novissimum virorum, viruni dolorum, et scientem infirmitatem; et quasi abscouditus vullus ejus et despectus, undè nec reputavimus eum. Verè languores nostros ipse tulit, et dolores nostros ipse portavit : et nos putavimus eum quasi leprosum et percussum à Deo et humiliatum! /*., LIII, 2, 3 et 4.

(2) Ad annuntiandum niansuelis uiisil me ( Dominu s), ut moderer contritis corde, et praedicarem captivis indulgentiam, et clausis aperlionem : ut praedicarem annum piacabilem Domino , et diem ultionisUeo nostro; ut consolarer omnes lugentes. h., LXI, 1,2.

(3) Ecce testem populis dedi eum, ducem ac preceptorem gentibus. là., LV, 4.

(4) Sicut obstupuerunt super te multi, sic inglorius erit inter vi

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

aucun homme n'est exclu du salut qu'il apporte, il a grâce pour tous: sa vérité, sa miséricorde s'épanchent éternellement sans s'épuiser. « Vous tous qui » avez soif, venez aux eaux; vous qui êtes pauvres, » hâtez-vous, achetez, et mangez: venez, achetez » sans argent, et sans échange, le lait et le vin. Pour» quoi donnez-vous ce que vous possédez, non pour » du pain, et votre travail pour ce qui ne rassasie » point? Écoutez-moi, nourrissez-vous du bien, et » votre âme reposera dans l'abondance des délices. » Inclinez votre oreille, et venez à moi : écoutez et » votre âme vivra, et je ferai avec vous une alliance » éternelle (1).

» Voilà mon serviteur, je serai son appui; mon élu, » en qui mon âme a mis ses complaisances. J'enverrai » mon esprit sur lui, et il portera la justice aux na» tions. Je vous annonce des choses nouvelles ; je vous » les annonce avant qu'elles arrivent. Chantez au » Seigneur un cantique nouveau: il sera loué jus» qu'aux extrémités de la terre. Les peuples lui ren

ros aspertus ('jus, et forma ejus inter filios hominum. laie asperget genies muitas, super ipsum continebunt reges os suum. /*., LU, 14, 15.

(1) Omnes sitientes, venile ad aquas; et qui non habetis argentani, properate, cmite, et comedile : venite, emite absque argento, et absque ull.'i commulatione, vinum et lac. Quare appenditis argentuni non in panibus, et laborrm vestrum non in saturitate? Audite audientes me, et comedite bonum , et delectabitur in crassitudine anima vestra. Inclinate aurem vestram , et venile ad me■, audile et vivet anima vestra, et feriam Yobiscum pactum sempiternum. M., ibid.. 1, ■' et 3.

« ElőzőTovább »