Oldalképek
PDF

» tonte la terre, et tous alloient pour se faire inscrire » chacun dans sa ville. Joseph partit aussi de la ville » de Nazareth en Galilée, et vint dans la Judée à la » ville de David, appelée Tîethlehem, parce qu'il étoit » de la maison et de la famille de David, pour se faire » inscrire avec Marie son épouse , qui étoit grosse. » Pendant qu'ils étoient là, il arriva que les jours de » son enfantement s'accomplirent : et elle enfanta son » 61s premier-né, et elle l'enveloppa de langes, et elle » le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avoit point » pour eux de place dans l'hôtellerie. Or il y avoit » dans le même pays des pasteurs qui veilloient, gar» dant tour-à-tour leur troupeau pendant la nuit; et » voilà qu'un ange du Seigneur s'arrêta près d'eux, » et une clarté divine les environna, et ils furent » saisis d'une grande crainte, et l'ange leur dit : Ne » craignez point; je vous annonce ce qui sera pour » tout le peuple une grande joie : Il vous est né au» jourd'hui un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur, » dans la ville de David; et ceci sera le signe auquel » vous le reconnoîtrez : Vous trouverez un enfant » enveloppé de langes et posé dans une crèche (1). » Pour nous élever jusqu'à lui, le Verbe divin descend jusqu'à nous. Ce qu'il y a de plus humble dans l'homme, c'est là ce qu'il choisit pour se l'approprier. H ne disputera point, il ne criera point, sa voix ne retentira point dans les places publiques (2). Il vient à

(0 Luc., II, 1—1*.

(5) Non contendet, neque clamabit, neque audiet aliquis in plaleis vocem ejus. Matth., XII, 19.

[ocr errors]

nous plein de douceur (1). Sa parole est simple, et cette parole est visiblement celle d'un Dieu. Voyez, dans saint Jean , l'entretien de Jésus avec la Samaritaine; voyez le sermon sur la montagne, le discours après la cène, dont chaque mot est une source de vérité et d'amour, inépuisable ici-bas à notre cœur et à notre intelligence; voyez le récit de la passion: voyez tout; car tout est également divin. Beaucoup de péchés lui sont remis , parce quelle a beaucoup aimé(2). Laissez les petits enfans venir à moi (3). Venez à moi, vous tous qui souffrez, et qui êtes oppressés , et je vous ranimerai. Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi, parce que je suis doux et humble de cœur, cl vous trouverez le repos de vos âmes; car mon joug est aimable, et mon fardeau léger (4). Jamais rien de semblable ne sortit d'une bouche humaine. Et cette prière qui contient tout ce qu'une créature peut demander, tout ce qu'elle doit désirer; cette prière merveilleuse qui est comme le lien du ciel et de la terre, est-elle d'un homme? est-ce un homme qui a dit : Tout est consommé? Non, non; cette parole qui annonce le salut du monde, n'appartient qu'à celui qui le créa.

(1) Ecce rex tuus venit tibi mansuetus. Matth., XXI, 5-.

(2) RemiUunlur ci peccata multa, quoniam dilexit imiUùm. Luc., VII, 47.

(3) Sinile pamilos venire ad me, et ne prohibueritis eos: Ulium enim est regnum Dei. Marc, X, 14.

(4) Venite ad me, omnes qui laboratis, et onerati estis, et ego reficiam vos. Tollite jugum meum super vos, et discite à me, quia milis sum et bumilis corde : et invenietis requiem animabus vestris, jugum enim meum suave est, et omis meum leve. Matth., XI, 18

L'authenticité, la vérité et l'inspiration de l'Écriture étant établies, il est impossible de nier la sainteté ou la divinité du christianisme ; car les livres qui contiennent sa doctrine ne peuvent avoir été inspirés de Dieu, que le christianisme lui-même ne soit divin. Les prophéties vont encore nous en fournir une nouvelle preuve.

[ocr errors]

CHAPITRE XXXIII.

Prophéties.

Parlons d'abord philosophiquement. L'homme, ainsi que tous les êtres doués d'intelligence, existe à la fois dans le passé, le présent, l'avenir. Il a le souvenir de ce qui fut, le sentiment de ce qui est, la prévoyance de ce qui sera. En cela consiste le grand don de la pensée, qui l'élève à une hauteur infinie audessus de la création matérielle, et le rapproche, par une merveilleuse ressemblance,■du Créateur même(l)!

Cependant l'homme, dont l'esprit peut saisir la vérité ou ce qui est dans tous les points de la durée; l'homme qui déjà existe, ce qu'on devroit remarquer davantage, en des espaces illimités et même au-delà du temps (2), par la plus noble partie de lui-même; l'homme qui peut tout connoître, puisqu'il commît Dieu, ne connoît rien néanmoins, comme nous l'avons montré, que par une véritable révélation, dont la parole est le moyen.

Au commencement Dieu lui révéla tout ce qu'il étoit alors nécessaire qu'il sût. Il lui dit le passé, c'està-dire, de quelle manière il l'avoit tiré du néant, lui et tout l'univers qui s'offroit à ses regards. Il lui dit le présent, c'est-à-dire qu'il lui apprit ce qu'il étoit et ce qu'étoienl les êlresquil'environnoient, les moyens de se conserver, les devoirs qu'il imposoit à sa raison, à son cœur, àses sens. Il lui dit l'avenir, eu l'instruisant de ses immortelles destinées.

(I) Il est remarquable que le mot niiT Jehocah, offre ces trois

modes d'existence unis dans le mcarne nom, comme ils le sont dans le môme être. C'est pourquoi saint Augustin appelle ce nom, twmeii œlernitatis.

{!) Cogilavi dies antiquos, ct annos aHernos iii mente babui. Ps., IAXVI, C.

Pour eire ce que Dieu vouloit qu'il fût, l'homme devoit connoître toutes ces choses; et comme la connoissance en étoit également indispensable à tous les hommes, le Père du genre humain la transmit par la parole à ses enfans, et ceux-ci à leurs descendans. Voilà l'origine de la tradition.

Mais un déplorable changement s'étoit opéré dans les destinées de l'homme depuis sa chute. L'avenir ne pouvoit plus ètre le même pour lui après le péché■; et cet avenir devoit êtrc différent encore, selon que Dieu s'arréteroit à des pensées de miséricorde ou de rigueur. Or si l'homme coupable eût ignoré l'avenir qui l'attendoit, ce n'auroitplus été l'homme, mais je ne sais quel être incompréhensible qui, privé des biens attachés à son état primitif, et n'emportant du passé que le souvenir d'un crime inexpiable, auroit marché sous ce poids dans des ténèbres éternelles. S'il eût ignoré les desseins de Dieu sur lui, la place que lui assignoit la justice suprême, les devoirs nouveaux qu'elle lui prescrivoit, comment auroit-il pu concourir librement aux volontés de ce Dieu offensé, et lui obéir? L'ordre moral eût clé détruit avec toute reU

[ocr errors]
« ElőzőTovább »