Keresés Képek Térkép YouTube Hírek Gmail Drive Naptár Egyebek »
Bejelentkezés
Könyvek 
" Tout m'est bon, parce que tout m'est, ce me semble, également indifférent. La vue de ces champs qui se flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment.... "
Nouvelles études morales sur le temps présent - 211. oldal
szerző: Elme Marie Caro - 1869 - 373 oldal
Teljes nézet - Információ erről a könyvről

Oeuvres inédites de F. Lamennais, 1. kötet

Félicité Robert de Lamennais - 1866
...d'autres ont souffert. La fin d'ailleurs, quelle qu'elle soit, est toujours prochaine, Adhuc modicum. Je ne me sens aucun désir, ni de vie, ni de mort,...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Oeuvres inédites de F. Lamennais

Félicité Robert de Lamennais - 1866
...d'autres ont souffert. La fin d'ailleurs, quelle qu'elle soit, est toujours prochaine, Adlmc modicum. Je ne me sens aucun désir, ni de vie, ni de mort,...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Nouveaux lundis, 11. kötet

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1869
...et se déplorant comme incapable et nul, comme atteint de mort et anéanti « (La Chesnaie, 1811)... Tout m'est bon, parce que tout m'est, ce me semble,...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Nouveaux lundis, 11. kötet

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1869
...se déplorant comme incapable et nul, comme atteint de mort et anéanti « (La Chesnaie, 1811 )... Tout m'est bon, parce que tout m'est, ce me semble,...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Nouveaux lundis, 4. kötet

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1869
...comme atteint de mort et anéanti « (La Chesnaie, 1811)... Tout m'est bon, parce que tout m'est, oe me semble, également indifférent. La vue de ces...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Nouveaux lundis, 11. kötet

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1869
...et anéanti « (La Chesnaie, 1811)... Tout m'est bon, parce que tout m'est, ce me semble, egalement indifférent. La vue de ces champs qui se flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Lamennais: étude d'histoire politique et religieuse

Eugène Spuller - 1892 - 361 oldal
...d'autres ont souffert. La fm d'ailleurs, quelle qu'elle soit, est toujours prochaine. Adhuc modicum. Je ne me sens aucun désir, ni de vie, ni de mort,...flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui siffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout glisse...

Mélanges de littérature et d'histoire religieuses: publiés a l ..., 3. kötet

1899
...toujours sur le même Ion : niaize, I, 92 et seq. « Je ne me sens aucun désir, ni de vie, ni do mûri, ni de joie, ni de douleur. »Tout m'est bon, parce...tout m'est, ce me semble, également indifférent. ..Tout glisse sur un fond d'apathie slupide et amère» (1). C'est ainsi qu'il se disséquait lui-même...

Jean-Marie de la Mennais: (1780-1860)

Auguste Pierre Laveille - 1903 - 564 oldal
...n'aspire qu'à se perdre en Dieu, il ne sait plus qu'aimer et adorer en silence, tantôt il ne sent aucun désir ni de vie, ni de mort, ni de joie, ni de douleur. Tout lui est bon, parce que tout lui est indifférent. « Les champs qui se flétrissent, les feuilles qui...

Lamennais avant l'"Essai sur l'indifférence" d'après des documents inédits ...

Anatole Feugère - 1906 - 460 oldal
...ces deux génies, elle montre combien Lamennais est de son temps et souffre le mal du siècle. (1) « La vue de ces champs qui se flétrissent, ces feuilles qui tombent, ce vent qui souffle ou qui murmure, n'apportent à mon esprit aucune pensée, à mon cœur aucun sentiment. Tout...




  1. Saját könyvtáram
  2. Súgó
  3. Speciális Könyvkereső
  4. ePub letöltése
  5. PDF letöltése