Oldalképek
PDF
ePub

GRAMMAIRE

CÉNÉRALE ET HISTORIQUE

DE LA LANGUE FRANÇAISE

L'auteur et les propriétaires de cet ouvrage se réservent le droit de le traduire ou de le faire traduire en toutes les langues. Ils poursuivront, en vertu des lois, décrets et traités internationaux, toutes contrefaçons ou toutes traductions faites au mépris de leurs droits.

Paris. -- Typographie de J. Best, rue Saint-Maur-Saint-Germain, 15.

[graphic]

GÉNÉRALE ET HISTORIQUE

· DE LA LANGUE FRANCAISE

PRÉSENTANT

L'ÉTUDE ET L'ANALYSE

DE LA FORMATION, DES DÉVELOPPEMENTS ET DES VARIATIONS

DE NOTRE IDIOME NATIONAL

DEPUIS SON ORIGINE JUSQU'A NOS JOURS

PAR

M. P. POITEVIN

Auteur du Cours théorique et pratique de langue francaise, adopté par l'Université;

du Dictionnaire classique de la langue écrite et parlée ; du Nouveau
Dictionnaire universel de la langue francaise, rédigé d'après

les travaux et les mémoires des cing classes de l'Institut, etc.

Tout ainsi que, selon la dirersité des temps, 03 change d'habits,
Foire de magistrats en une république, aussi se changent les langues
par une taisible alluviou. ( ÉTIENNE PASQUIER , Recherches de
la France, liv. VIII, chap. II.)

TOME SECOND.

PARIS
AUX BUREAUX DU MAGAŞIN PITTORESQUE,

RUE JACOB, 30.

303. 4. 53.

GRAMMAIRE

GÉNÉRALE ET HISTORIQUE

DE LA LANGUE FRANÇAISE

CHAPITRE VI.

DU PARTICIPE.

DEUXIÈME PARTIE. .

DU PARTICIPE PASSÉ.

Observations préliminaires.

Depuis Ramus jusqu'à Lemare, les grammairiens ont longuement disserté sur l'orthographe du participe passé des verbes transitifs et pronominaux, joint à un auxiliaire précédé d'un complément direct.

Au seizième siècle, Rabelais écrivait presque toujours invariable le participe passé précédé de son complément : Galantement s'exerceans le corps comme ils avoient les âmes auparavant EXERCÊ.

Il desgoine son épée, et à grands coups chargea sur les plus huppés, sans que ul ne lui résistast, pensants que ce fust un diable affamé, tant par les merveilleux voltigements qu'il avoit faict, que par les propos qu'il avoit TENU. (Gargantua.)

Amyot comprit que le complément direct placé avant le participe devait exercer sur lui une certaine influence, et que le genre et le nombre du premier, en passant au second, exprimerait plus nettement le rapport logique de ces deux termes :

Il seroit malaisé que chacun pust représenter les choses mémes qu'il auroit Eues dans sa part de butin. (Vie de Camille.)

Je le trouvay abandonné de père et de or ère, et allaicté par une de mes chèvres, * LAQUELLE j'ai ENTERRÉE dedans le verger après qu'elle a esté morte de sa mort naturelle, l'ayant aimée pour ce qu'elle avoit faict oeuvre de mère envers cest enfani.

(Daphnis et Chloé.)

« ElőzőTovább »