Revue des provinces de l'Ouest, 6. kötet

Első borító
Armand Guérand
A. Guéraud et cie., 1858
"Primière année" in two parts, separately paged.
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Tartalomjegyzék

Más kiadások - Összes megtekintése

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

569. oldal - La poésie populaire et purement naturelle a des naïvetez et grâces par où elle se compare à la principale beauté de la poésie parfaicte selon l'art...
438. oldal - Si donnons en mandement à nos âmes et féaux conseillers, les gens tenant notre cour de...
89. oldal - Bouille, chevalier de l'ordre du roy, capitaine de cinquante hommes d'armes de ses ordonnances, gouverneur et lieutenant général pour Sa Majesté en Bretagne, au capitaine Kardelan, salut.
437. oldal - Conseil, et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale. Nous avons, par ces présentes signées de notre main, dit, déclaré et ordonné : disons, déclarons et ordonnons, voulons et nous plaît ce qui suit : Article premier.
388. oldal - L'amer avec le doux; brief, durant ceste guerre La terre estoit au ciel, et le ciel en la terre.
464. oldal - Moyen de devenir riche, et la manière véritable par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs...
210. oldal - Et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mettre nostre scel à ces dictes présentes, sauf en aultres choses nostre droict et d'autruy en toutes.
424. oldal - Con examine si ce prince a joui du duché d'Aquitaine et du comté de- Poitiers en qualité de propriétaire ou de simple administrateur; par M.
90. oldal - ... présentement à mon cousin le marquis de Trans , auprès duquel vous vous rendrez , afin de recevoir de lui le collier dudit ordre, qu'il vous baillera de ma part, et ce, pour augmenter de plus en plus l'affection et bonne volonté que je vous porte, et vous donner occasion de persévérer en la dévotion que vous avez de me faire service 1.
560. oldal - Aux voix qui vous diront la ville et ses merveilles, N'ouvrez pas votre cœur, paysans, mes amis ! A l'appel des cités, n'ouvrez pas vos oreilles : Elles donnent, hélas ! moins qu'elles n'ont promis.

Bibliográfiai információk