Oldalképek
PDF
ePub

præstantissimus. Nam usus ipse per se, licet plurimis exemplis confirmatus, nou tantam habet vim, ut non etiam discedi aliquando ab eo possit. Est autem ratio, quam dico, hæc. Verba, quæ ad alias res transferuntur, quam in quibus propria sunt, non proprie intelligenda esse, ex eo apertum est, quod proprie intellecta inepta forent. Eodem modo, ubi propria sunt, proprie intelligi debere apparet: repugnaret enim, propia esse, et tamen non propria; trauslata esse, et tamen non aliud, sed ad id ipsum, unde translata sint. Veluti qui civitatem regunt, recte quis civitatis gubernaculum appellaverit sed navis gubernatorem qui gubernaculum navis diceret, ineptissime loqueretur, et intelligi non posset. Ut alio et magis etiam aperto exemplo utar, caput partem primariam dici in re, quæ proprie non habet caput, inter omnes constat. At quis sanus, in homine quid primarium sit, si indicare voluerit, ut cor, aut ipsum caput, id caput hominis esse dicet? Ex his evidentissime efficitur, éopor peλioons, si hæc verba per se spectantur, necessario examen apum significare, copiam autem sive apum sive mellis significare nullo modo posse. Idque in Epinici versu tanto minus fieri potest, quod apem proprie dictam esse epitheton ei nomini additum arguit.

Sed dicatur nunc de altera interpretatione, qua soμòs psxicons simpliciter mel significare dicitur, In hac nihil esse, quod reprehendi possit, statim ostendam. Sed qui eam protulit, Porsonus, licet hac in re non erraverit, at peccavit tamen in eo, quod permiscuit, quæ discernere debebat. Nam ἑσμοί γάλακτος et ἑσμὸς σοφίας comparari inter se poterant, quia utrumque de copia dictum est, translata ad aliam rem significatione vocabuli. 'Eouòs μeλioon vero comparari cum his non potest, quia non translate de copia, sed proprie de examine accipienda sunt hæc verba. Potuissent comparari, si Equòv péλiros scripsisset Epinicus. Sed etsi non distinxit hæc Porἑσμὸν μέλιτος sonus, tamen recte soμòv μedicons mel interpretatus est. Nam ut paullo audacior hæc translatio sit, at nihil continet, quod secum pugnet, ut altera illa. Facta enim translatio est, ut sæpe aliis in rebus, ab eo, unde quid gignitur, ad id, quod genitum est. Quod si omnino apem pro melle dici licet, quidni liceat etiam multas apes, aut examen apum? In quo si copiæ quædam significatio inest, latenter inest, quia quo major apum numerus, tanto major etiam mellis copia. Atqui apis nomine sine cujusquam offensu de melle usus est Sophocles in Œd. Col. 480.

Ο. τοῦ τόνδε πλήσας θῶ ; δίδασκε καὶ τόδε. Χ. ὕδατος, μελίσσης· μὴ δὲ προσφέρειν μέθυ. Quæ quum ita sint, sic statuendum erit, etiam apud Epinicum έoμòv paloons, ut ubique, examen apum significare: qui si dulce mel dulce examen iracundæ apis vocavit, ouòs proprie, translate autem pooa dicitur: quæ translatio si nec vitiosa neque inusitata

est, conjuncta utraque voce mihil nisi magnificentior hæc est, et cum quadam copiæ significatione consociata mellis descriptio: quæ si in re gravi usurpata esset, ut ubi Eschylus in Persis

τῆς ἀνθεμουργοῦ στάγμα παμφαές μέλι

commemorat, laudaretur fortasse; nunc autem, ad rem exilem adhibita, subtumida est et pene ridicula, licet vel sic minus reprehendenda, quam quem in eadem Mnesiptolemi oratione videmus yégovra Oάolov, vere illum isto, quod supra tetigi, vitio laborantem.

Cæterum ad verbum ouòs quod attinet, id si cum leni spiritu scribitur, usui hoc cuidam tribuendum puto, sed ei nescio an pravo. Non enim dubitandum videtur, quin hoc nomen a verbo o derivatum sit, quod apes conglobatæ adhærescere alicubi et considere solent. Tantum abest autem, ut Eustathii testimonium repudiari velim, ut nomen aperuòs, quod ille ex Aristotele affert, in maxime genuinis numerandum censeam. Quod nomen sane non potest idem significare, quod toμós: verum significat etiam aliam rem. Verba Aristotelis IX, 27, 6. hæc sunt: oi de Barikeis où TÉTOνTαι Ew, Ear μὴ μετὰ ὅλου τοῦ ἑσμοῦ, οὔτ ̓ ἐπὶ βοσκὴν, οὔτ ̓ ἄλλως. Φασὶ καὶ ἐὰν ἀποπλανηθῇ ὁ ἀφεσμὸς, ἀνιχνευούσας μεταθεῖν, ἕως ἂν εὕρωσι τὸν ἡγεμόνα τῇ ὀσμῇ· λέγεται δὲ καὶ φέρεσθαι αὐτὸν ὑπὸ τοῦ ἑσμοῦ, ὅταν πέτεσθαι μὴ δύνηται· καὶ ἐὰν ἀπόληται, ἀπολλυσθαι τὸν ἀφεσμόν. Quod Schneiderus dedit, ὁ αὐτῶν ἑσμὸς, εἰ τὸν αὐτῶν ἐσμὸν, vel propter inutile pronomen aurav non videtur admitti posse. Qui accurate consideraverit verba Aristotelis, facile intelliget, éopov universe dici examen apum, aperμor autem, id quod plane cum ea, quam indicavi, origine vocabuli congruit, examen vagum, a principali examine, ut coloniam, digres sum: idque ab Romanis proprie examen vocatur. Hanc dimissionem partis apoi appellat Aristoteles eodem capite segm. 11. et 13. et lib. V, 18, 1., ubi quod scribit, τότε καὶ ἑσμοὶ ἀφίενται πλεῖστοι, nihil est nisi descriptio apuav. Juvabit cum iis, quæ supra posui, etiam hæc verba comparasse, IX, 27, 13: oi dè Buoiλsïs autol μèv οὐχ ὁρῶνται ἔξω ἄλλως ἢ μετ ̓ ἀφέσεως. Nam quos hic dicit cerni μετ ̓ ἀφέσεως, hi sunt ipsi, quos illic ἡγεμόνας τῶν ἀφεσμῶν vocat. Quid multa? Ipse Aristoteles, quid sit apeoμòs, ipsa illa voce usus evidentissime declarat IX, 29. his verbis: π010ŨσI de tò oμñvos úπò γῆν αἱ ἀνθρῆναι, ἐκφέρουσαι τὴν γῆν, ὥσπερ οἱ μύρμηκες. ἀφεσμοὶ γάς, ὥσπερ τῶν μελιττῶν, οὐ γίγνεται οὔτε τούτων, οὔτε τῶν σφηκῶν, ἀλλ ̓ ἀεὶ ἐπιγιγ νόμεναι νεώτεραι αὐτοῦ μένουσι, καὶ τὸ σμήνος μεῖζον ποιοῦσιν, ἐκφέρουσαι TV XOV. Itaque loci illius, quem supra posui, hæc sententia est: regem non evolare nisi cum universo examine; quod si examen vagum a duce suo forte dissociatum sit, investigari eum invenirique odore; eundem, si volare nequeat, portari ab examine; mortuo autem perire examen vagum, quod cum eo evolaverit, relicto in alveari examine principali.

Lipsia.

GOD. HERMANNUS.

351

LETTER OF M. GAIL TO MR. E. H. BARKER,

ON A PASSAGE IN THEOCRITUS.

J. B. GAIL A M. E. H. BARKER.

P. 127, 137, &c. de mes recherches Hist. Géog. et Philolo giques, t. 2., je proposais de traduire Boλßòs Koλxias, par Bulbe, non pas de la Colchide, mais semblable à une bulbe de la Colchide. Cette version m'avait plu; 1°., parceque j'ai pour moi les MSS.; 2o., parcequ'une Scholie entièrement négligée en donne une explication qui n'est pas d'un Scholiaste vulgaire; 3°., parceque les notions de la désinence as appuyent cette Scholie; 4., d'après ce principe de critique, qu'entre deux leçons proposées la plus difficile est ordinairement la meilleure.

A ces quatre considérations,' vous opposez ce Canon: tà els eus ἐθνικὰ, εἰ μὲν ἔχουσι προηγούμενον σύμφωνον, εἰς ις ποιοῦσι τὸ θηλυκὸν, οἷον ̓Αλεξανδρεύς, ̓Αλεξανδρὶς γυνή. ̓Αντιολεὺς, ̓Αντιολὶς γυνή· εἰ δὲ φω νήσεν, εἰς ας, ̓Ιλιεύς, ̓Ιλιάς (Etym. Μ. p. 339.) Ce principe est-il applicable au Koxxías, que j'attribue à Théocrite? Non, pour quatre raisons.

1o. M. Barker cite les noms de pays qui font as au féminin, et ¡eus au masculin; mais Koλxlas ne peut leur être assimilé: car on ne dit nulle part Kohisùs masc., et Koaxias fém. Veut-on désigner la Colchide, on dira Koλxis; ce qui a rapport à la Colchide, Κόλχικός; l'habitant de la Colchide, Κολχος, mais jamais Κολχίας; et si Koλxias n'a jamais désigné l'habitant de la Colchide, il faut lui chercher une autre signification: une autorité se présente, et nous en donne une. Pourquoi la repousseroit-on, lorsqu'elle explique une leçon des anciennes éditions et des MSS.; et de plus une Scholie fondée sur des principes.

2°. M. Barker, dont l'éxactitude et la sagacité me sont connues, établit des rapports entre 'Is et Koxías. Mais il n'en existe aucun, entre 'Iiás, ádos, fém., et Koλxías, lov, que j'ose appeler masculin, puisque les anc. édit., et les MSS., le font substantif de · Boλßòs, et que d'ailleurs la terminaison as, ov, masculin, n'a pas besoin d'être justifiée.

3°. 'Ixias et Konxías appartiennent à deux déclinaisons différentes; le premier à la 5me, l'autre à la première.

4°. A cette considération grammaticale, joiguons une considér

I No. 33. du Class. Journ., p. 170..

ation tirée des principes des radicaux et des désinences. Dans 'Ilias et Koλxias, M. Barker ne voit qu'un pays et qu'une idée. Mais Koλxías me représente deux idées distinctes: celle du nom de pays dans le radical Koλx.; celle de la ressemblance et de l'analogie dans la désinence las.

Cette cumulation de deux idées dans Koλxías seul se conçoit d'après l'analogie. Si l'on demande des exemples, je rappellerai Evvouxías, semblable à un eunuque, si différent de suvouxos, eunuque: Eavelas, blondin, et nou pas blond, &c. (V. mes Rech. t. 2. p. 135. et 250.)

Divers mots en as ont l'acception bien connue de ressemblance, Pourquoi la refuserait on à Koxxías? Est-ce parceque ce seul et même mot présente deux idées à la fois, et qu'il a éminemment le mérite de la concision?

"Mais, dira-t-on, eúvouxias, Eavtías n'étant pas vixà, noms de pays, ne peuvent appuyer votre interprétation de Koxías. Citez donc des noms de pays terminés en las masc.; car les noms de pays en sont féminins (gentilitia enim, dit M. Barker, sunt feminina)." A cela j'ai déjà répondu, que les noms en las, lados, ne peuvent se comparer à ceux en as, ou. Mais on insiste, et l'on me dit, donnez un nom de pays en las, ou. Eh bien! je vais en donner un, ou plutôt (car il ne faut pas donner moins qu'on ne promet), un nom propre de lieu, Audías Totaμós, C'est Scylax qui le fournit, p. 61. de son Périple. (Edit. Lugd. Bat. an. 1697.) Voilà un bon exemple de nom de fleuve, un nom en sas, ou, qui appartient à la Géographie, et dont la désinence peut-être offre même sens que celle de Κολχίας. Mais n'affirmons rien: car, sur le sens de la désinence Audías, et sur celle de Kongías, Strab. 6. 4711.) les autorités manquent; et d'ailleurs, les principes les plus incontestables souffrent par fois exception. J'ai cité, en passant, le Korpias de Strabon, mais je ne le donne pas comme appui à mon interprétation de Κολχίας, να que Κοπρίας, quoique nom de lieu, se construit avec le féininin.

p.

Après avoir remarqué que divers noms en las, comme Evvouxías, Eavtías, ainsi que l'Anthias, l'Aulopias, et le Phamias d'Athénée, expriment ressemblance, analogie, sympathie, j'aurais bien envie de citer l''Axegovoía xíuvn, de Thuc. I. 46, et de demander si la désinence ¡a, 125, ne participeroit pas un peu au sens de la désinence as, 100; de demander, si 'Axepovola λiμm n'aurait pas été ainsi appelé, à cause du mélange de ses eaux et de sa ressemblance et sympathie avec celles de l'Achéron. Mais soyons réservés. Lorsque je mettois non opinion sur ἡ ̓Ολυμπία, ἡ Θρᾴκη, et τὰ ἐπὶ τῆς Θράκης, οι a crié au paradoxe, quoique j'eusse pour moi bien des autorités. Ici, où elles manquent, où du moins elles sont peu nombreuses, on crieroit à l'hérésie, et l'on auroit tort; car il ne

faut voir en tout ceci que ce qu'on appelloit, dans la fameuse Ecole d'Alexandrie, ζήτησις, ου ἐρώτημα, οι ἀπορία.

D'après ces considérations en faveur de la leçon Koλxías, je demanderais qu'on restituât ce qualificatif de Boxßos à Théocrite, à nos lexiques, et à l'appendix du Thesaurus L. Gr. d'H. Etienne, qui l'omnet; ou du moins qu'il me fut permis de consulter de nouveau sur la legon Κολχίας. Je donuerai le nom d' ἀπόκρισις, ἀπόλυσις, ου ἔκλυσις à votre réponse sur cet article et sur le suivant, qui s'annonce encore sous le titre de ζήτησις, ου ἀπορία.

Recherches, 1°. sur te signifiant nimirum ; 2°. sur övteç négligé; 3o: sur vτe suivi du subjonctif et de l'optatif dans Thucydide.Thomas Magister, et autres Philologues justement célèbres sont-ils fondés dans leur critique de la locution de Thucydide?

Observations sur re signifiant nimirum. Thucydide, I. 8. 1. donne Καρές τε ὄντες καὶ Φοίνικες.

Mr. Larcher (t. 8. de son Hérodote, p. 442.) et autres savans, traduisent Καρές τε καὶ Φοίνικες, par les Phéniciens et les Cariens ; mais c'est faire deux contre-sens en trois mots, et encore omettre le participe vres. Je propose: tels, par exemple, ou à savoir (nimirum) les Cariens qui étaient aussi, (ovтes xai) d'origine Phénicienne. Voilà, si je ne me trompe, un re qui méritait une note, ainsi que le participe ovres, que l'on omettait sans justifier l'omis sion. Appellons encore l'attention sur un autre exemple de Te négligé dans Thucydide, I. 58. 3. Perdiccas offre à des peuples maritimes, qui détruiraient leurs villes, (τῆς ἑαυτοῦ γῆς τ. τε Μυγδο νίας π. τ. β. λ. νέμεσθαι,) une partie de ses domaines, je veur dire (ou à savoir, Te) de la Mygdonie. Voyez dans ma clef d'Homère, Lettre de Mr. Bast, p. 5. un exemple de τs, à tort, je crois, corrigé.

Nous venons de voir le participe vres entièrement négligé. Citons-en un second exemple très remarquable. Thucyd. I. 22. 4. dit ὅσοι δὲ βουλ. τοιούτων ὄντων καὶ π. ἔσεσθαι. Les 9 Manuscrits de la Bibliothèque du Roi suppriment orrwv, mais d'autres le donnent quum desit in plerisque), ainsi que les anciennes éditions. Si Twv est bien à Thucydide, s'il n'a été rejetté que parcequ'il est difficile, je proposerais cette version: Il me suffira, que cette histoire soit jugée utile pour ceux qui voudront méditer sur le certain des évènements passés, et de ceux qui doivent à l'avenir, suivant la nature des choses humaines, être à peu-près les mêmes, des causes ou des circonstances semblables venant à se représenter; TooÚTAY VTV. Voy. la même idée répétée en d'autres termes par Thuc. III. 82. 2., p. 166. de mon Mémoire sur Thuc.

Arrivons à un autre passage des plus importans. Après avoir cité ce teste, ἤν τε γὰρ φήνω ἤν τε καὶ ἔχοντές τι ξυγγνώμης είεν, της savant blâme v elev, et il a pour lui Mr. Bekker, Pierson, et M. VOL. XVIII. NO. XXXVI.

Cl. Jl.

« ElőzőTovább »