Choix d'anecdotes et faites mémorables; ou, Le valere-maxime françois, 2. kötet

Első borító
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Más kiadások - Összes megtekintése

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

324. oldal - Qu'il est grand, qu'il est doux de se dire à soi-même : Je n'ai point d'ennemis, j'ai des rivaux que j'aime; Je prends part à leur gloire, à leurs maux, à leurs biens...
198. oldal - On en use ainsi chez les grands : La raison les offense, ils se mettent en tête Que tout est né pour eux, quadrupèdes et gens, Et serpents. Si quelqu'un desserre les dents, C'est un sot. J'en conviens : mais que faut-il donc faire?
195. oldal - Ah ! méchante, dit-il, je m'en vais faire une œuvre Agréable à tout l'univers ! » A ces mots, l'animal pervers (C'est le Serpent que je veux dire, Et non l'Homme : on pourrait aisément s'y tromper...
197. oldal - II dit que du labeur des ans Pour nous seuls il portait les soins les plus pesants ', Parcourant sans cesser ce long cercle de peines Qui revenant sur soi ramenait dans nos plaines Ce que Gérés* nous donne, et vend aux animaux. Que cette suite de travaux Pour récompense avait de tous tant que nous sommes, Force coups, peu de gré...
292. oldal - Je n'aurois jamais cru avoir tant de plaisir pour si peu d'argent. Puisque vous jouez sur ma parole , je garderai toujours un fonds pour la dégager. Je vous assure de plus qu'un de mes...
198. oldal - L'ombrage n'était pas le seul bien qu'il sût faire ; II courbait sous les fruits ; cependant pour salaire Un rustre l'abattait, c'était là son loyer, Quoique pendant tout l'an libéral il nous donne Ou des fleurs au Printemps, ou du fruit en Automne ; L'ombre l'Été, l'Hiver les plaisirs du foyer. Que ne l'émondait-on, sans prendre la cognée ? De son tempérament il eût encor vécu.
60. oldal - Ministre n'étoit ordinairement que de dix couverts ; on n'y servoit que les mets les plus simples et les moins recherchés. On lui en fit souvent des reproches ; il répondoit toujours par ces paroles d'un ancien : SI les conviés sont sages , il y en aura suffisamment pour eux ; s'ils ne le sont pas , je me passe sans peine de leur compagnie. L'avidité...
170. oldal - trouvé , parmi les habitants et les gens de » guerre, que de bons citoyens, de braves soldats, » et pas un bourreau ; ainsi eux et moi supplions » votre majesté d'employer nos bras et nos vies » à choses faisables ». Ce grand et généreux courage regardoit une lâcheté comme une chose impossible.
77. oldal - ... Tout ce que je vois jette les semences d'une révolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'être témoin. Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent. La lumière s'est tellement répandue de proche en proche, qu'on éclatera à la première occasion; et alors ce sera un beau tapage. Les jeunes gens sont bien heureux; ils verront de belles choses.
356. oldal - Plessis, j'ai un extrême déplaisir de l'outrage que vous avez reçu, auquel je participe comme roi et comme votre ami. Pour le premier, je vous en ferai justice et à moi aussi. Si je ne portois que le second titre, vous n'en avez nul de qui l'épée fût plus prête à dégainer, ni qui y portât sa vie plus gaiement que moi.

Bibliográfiai információk