Oldalképek
PDF

Certainement, ce Dieu d'infinie majesté estant recogneu de nous digne de tout honneur et service, ne peut estre mesprisé qu'à faute de courage. A quel propos contrevenir à ses equitables loyx pour esviter les dommaiges du corps, des biens et de l'honneur? que nous peuvent fayre les creatures? Or sus, consolons-nous et fortifions-nous tous ensemble sur ce beau verset du Psalmiste : Domimus regnavit, irascantur populi : qui sedet super Cherubin, moveatur terra (Ps. 26). Que les meschans fassent du pis qu'ils pourront contre moy; le Seigneur est puissant pour les tous royalement subjuguer. Que le monde gronde tant qu'il voudra contre moy seulement, il ne m'importe, puisque celuy qui domine sur tous les esprits angeliques est mon protecteur. V. La cinquiesme partie est la recommandation. Voylà pourquoy je me remettray, et tout ce qui despend de moy, entre les mains de l'eternelle Bonté, et la supplieray m'avoir tousjours pour recommandé. Je luy laisseray absolument le soing de ce que je suis et de ce qu'il veut que je sois; je diray de tout mon cœur : Unam petii à te, Domine Jesu, hanc requiram, ut faciam voluntatem tuam omnibus diebus vitae meae (Ps. 30); Je vous ay demandé une chose, ô Jesus mon Seigneur, et derechef je vous la demanderay, à sçavoir, que j'accomplisse fidellement VOStre amOureuse Volonté tous les jours de ma pauvre et chetive vie. In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum ; Je vous recommande, ô benin Seigneur, mon ame, mon esprit, mon cœur, ma memoire, InOn entendement et ma Volonté : hé! faites qu'avec et en tout cela je Vous serve, je vous ayme, je vous playse et honnore à jamais.

servitute dignus, nisi animi defectu sperni et offendi. Cur ad evitanda corporis bonorum aut honornm damna, justas ejus leges transgrediemur? Quid nobis tandem creaturae nocere possunt? Agesis nunc, virili sumus animo, et in hoc Psalmistae VerSu cOnfortetur cor nostrum : Dominus regnavit, irascantur populi : qui sedet super Cherubim, moveatur lerra.

V. Quinta pars est commendatio. Proptereà me totum, et quidquid ex me pendet, aeternae bonitati Committam, ac ut commissum habere dignetur exorab0. Omnem ei concedam meî curam, et dicam ex toto corde : Unam petii à te, Domine Jesu, hanc requiram, ut faciam voluntatem tuam omnibus diebus vitae meae. In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum, cor, memoriam, intellectum, Voluntatem. Fac, quaeso, ut cum his et in his omnibus tibi serviam, te diligam, tibi placeam, te adorem in 3etel'nuIn.

631

Addresse pour l'orayson, sous le nom de repos ou sommeil spirituel,

pour retirer l'ame en soy-mesme , et la recueillir en

I. E† huic sacrae quieti opportuno tempore, in memoriam revocare contendam pios motus, desideria, affectus, statuta, cœpta, sensus, dulcedines Omnes, et quaecumque divina mihi majestas olim inspiravit, ac in sanctorum mysteriorum, virtutis pulchritudinis, ejus nobilitatis, et infinitorum in me beneficiorum consideratione dedit experiri. Illius praetereà obligationis quam magnam erga ipsam habeo recordabor, eô quôd suâ gratiâ sensus aliquando meos debilitavit non nullis morbis et infirmitatibus quae mihi non parùm profuerunt. Post haec, Voluntatem meam in bono, et in statuto creatorem meum nunquam offendendi, confirmabo. II. Quiescam paulatim in consideratione vanitatis honorum, divitiarum, dignitatum, et voluptatum immundi hujus mundi; perpendam , modicam rerum illarum durationem, incertitudinem, finem, et quàm à veris bonis distent discrepentque. Quâ ratione eas cor meum rejiciet, spernet, abominabitur, et dicet : Ite, o! ite, diabolicae illecebrae , abite à me procul, nihil mihi vobiscum est, quandoquidem deliciae quas promittitis insipientibus aequè ac sapientibus conveniunt.

III. Quiescam leniter in consideratione turpitudinis, abjectionis et miseriae quaé invenitur in peccato, mise

ieu. I. A§ prins le tems commode pour cesacré † aVant tOute autre chose, je tascheray à rafraischir ma memoire de tous les bons mouvemens, desirs, affections, resolutions, projects, sentimens et douceurs qu'autresfois la divine Majesté m'a inspirez et fait experimenter, en la consideration de ses saincts mysteres, de la beauté de la vertu, de la noblesse de son service, et d'une infinité de benefices qu'elle m'a tresliberalement despartis. Je mettray Ordre aussi à me ramentevoir de l'obligation que je luy # de ce que, ar sa saincte grace, elle a quelquesois debilité mes sens en m'envoyant certaines maladies et infirmitez, les† m'ont grandement profitté. pres cela, je conforteray et confirmeray, le plus qu'il me sera possible, ma volonté au bien et repos de jamais offenser mon Createur.

II. Cela fait, je me reposeray tout bellement en la consideration de la Vanité des grandeurs, des richesses, des honneurs, des commoditez et des voluptez de ce monde immonde ; je m'arresteray à voir le peu de durée qui est en ces choses-là , leur fin, et l'incompossibilité qu'elles ont avec les vrays et solides contentemens, en suitte de quoy mon cœur les desdaignera, les mesprisera, les aura en horreur, et dira : Allez, allez, ô diaboliques appas! retirez-vous loin de moy, cherchez fortune ailleurs; je ne veux point de vous, puisque l§ playsirs que vous promettez appartiennent aussi bien aux fols et abominables, qu'aux hommes sages et VertueuX.

III. Je me reposeray tout doucement en la consideration de la laydeur, de l'abjection, et de la deplorable misere qui se treuve au vice et au peché, et aux miserables ames qui en sont obsedées; puis je diray, sans me troubler et inquietter aucunement : Le vice, le peché, est chOse indigne d'une personne bien naye, et " fait profession de merite; jamais il n'apporte contentement qui soit veritablement solide, ains seulement en imagination : mais quelles espines, quels scrupules, quels regrets, quelles amertumes, quelles inquiettudes, et quels supplices ne traisnet-il quant et soy ? voire, et quand tout cela ne seroit pas, ne vous doitil pas suffire est desaggreable à Dieu ? ôl cela doit estre plus que suffisant pour le nous fayre detester à tOute Oultrance. IV. Je sommeilleray souëfvement en la cognoissance de l'excellence de la vertu, qui est si belle, si gracieuse, si noble, si genereuse, Si attrayante et si puissante : c'est elle qui rend l'homme interieurement et encore exterieurement beau; elle le rend incomparablement aggreable à son Createur; elle luy sied extresmement bien, comme propre qu'elle luy est. Mais quelles consolations, quelles delices, quels honnestes playsirs ne luy donne-t-elle pas en tout tems? ah ! c'est la chrestienne vertu qui le sanctifie, qui le change en ange, qui en fait un petit Dieu , qui luy donne dés icy-bas le paradis.

[blocks in formation]

risque animabus ab eo obsessis et possessis; tùm absque perturbatione dicam : Peccatum indigna res est homime benè nato, et meritum profitente; nullum unuam affert absolutum. gauium, Sed duntaxat imaginarium : quas verô spinas, quos mœrores, quas amaritudines, quas anxietates, † Supplicia non secum ucit ? Verumtamen, quamvis nihil horum esset, numid id satis est quod Deo isplicet? Hoc autem satis Superque est ut omnibus omninô modis rejiciatur. IV. Dormitabo Suaviter in cognitione excellentiae virtutis; Virtutis, inquam, quae adeô pulchra est, grata, nobilis, generosa, alliciens, † Illa est enim quæ Ominem interiùs exteriusque pulchrum reddit; illa quae Creatori gratum facit, homini illa optimè convenit, cum ei propria sit. Quas verô consolationes, quas delicias, quas non ei liberalesdelectationes omni dat tempore? Haecest christiana virtus quae eum sanctificat, quae mutat in angelum, quae deulum efficit, quae in his terris ei confert paradisum. V. Demirabor quàm pulchra sit homini à Deo data ratio, ut ejus miro splendore illustratus et edoctus, odio vitium prosequatur, et virtutem amet. Heu ! cur divinae hujus facis rutilans lumen non sequimur, cùm datus sit nobis ejus usus , ut videamus ubi oporteat pedem figere ? Ah! si nos ejus dictamine duci sineremus, rarô cespitaremus, difficilè unquam malè ageremus.

VI. Attente ponderabo rigorem divinae justitiae, quae iis procul dubio non parcet, ui naturae et gratiae donis usi fuerint. Debent tales ad divinorum judiciorum, mortis, purgatOrii et inferni considerationem pavere maximè. Excitabor ergo à me ipso, et à segnitie his repetitis verbis expergefiam : En morior; quid mihi proderunt primogenita, sive Omnia ista? Quid, inquam, proderunt mihi praesentia haec omnia, et quidquid in hoc modo lucet et splendet, cùm quotidiè moriar ? Praestat Sanè ea spernere, et sub mandatorum Dei custodià, cum filiali timore et animi tranquillitate, futurae vitae expectare bona. VII. In hanc rem infinitam Dei sapientiam, omnipotentiam, et incomprehensibilem bonitatem contemplabor; peCuliariter Verò Videre intendam quomodo eximia haec attributa in sacris elucent mysteriis vitae , mortis, et passionis Domini nostri Jesu Christi, in eminentissimà Dominae nOstrae beatae Mariae Virginis sanctitate, et imitabilibus fidelium Deiservorum perfectionibus. TranSeundo hinc ad COelum empireum, paradisi gloriam demirabor, indeficientem angelicorum spirituum et beatarum animarum felicitatem, quàmque augustissima Se Trinitas, in aeternis praemiis quibus benedictamhanc turbam remunerat, potentem , sapientem et bonam Ostendat. VIII. Denique in amore Solius et unicae bonitatis Dei

VI. Je peseray attentivement la rigueur de la divine justice, laquelle, sans doubte, ne pardonnera pas à ceux qui se treuveront avoir abusé des dons de nature et de grace : telles gens doivent concevoir une tres-grande apprehension des divins jugemens, de la mort, du purgatoire et de l'enfer. Je feray en sorte de m'exciter et de resveiller ma paresse en repetant souvent ces parolles : En morior; quid mihi proderunt primogenita, sive omnia ista ? Voylà que tous les jours je m'en vay mourant; de quoy est-ce que me serviront les choses presentes, et tout ce qui est d'esclatant et de spectacle en ce monde ? Il vaut beaucoup mieux que je les mesprise courageusement, et que, vivant en la crainte filiale, sous l'observance des commandemens de mon Dieu, j'attende avec accoisement d'esprit les biens de la Vie future.

VII. Je contempleray en ce repos la sapience infinie, la toute-puissance, et l'incomprehensible bonté de mon Dieu, et particulierement je m'occuperay à voir comme quoy ces beaux attributs reluisent aux sacrez mysteres de la vie, mort et passion de Nostre Seigneur Jesus-Christ, en la tres-eminente saincteté de NostreDame, la bien-heureuse Vierge Marie, et aux imitables perfections des fidelles serviteurs de Dieu. De là passant jusques dans le ciel empyrée, † la gloire du paradis, la felicité perdurable des angeliques esprits et des ames glorieuses, et combien la tres-auguste Trinité se monstre puissante, sage et bonne aux loyers eternels dont elle rescompense ceste beniste troupe.

VIII. Je m'endormiray en l'amour de la seule et unique bonté de mon

Dieu; je gousteray, si je puis, ceste immense bonté, non en ses effects, mais en elle-mesme; je boiray ceste eau de vie, non dans les vases ou phyoles des creatures, mais en sa # fontaine : # savoureray com

ien ceste adorable Majesté est bonne en elle-mesme, bonne à elle-mesme, bonne pour elle-mesme, voire comme elle est la bonté mesme, et comme elle est la toute bonté, et bonté qui est eternelle, intarissable et incomprehensible. O Seigneur, diray-je, il n'y a que vous de bon par essencé et par nature; vous seul estes necessairement bon : toutes les creatures qui sont bonnes, tant par la bonté naturelle que par la surnaturelle, ne

mei dormiam et requiescam : gustabo, si possum, immensam hanc bonitatem, non in suis effectibus, sed in se ipSâ ; bibam hanc vitae aquam, non in vasis aut phialis Creaturarum, sed in ipso fonte ; sapiam quâm adorabilis haec majestas bona sit in se ipsâ, bona sibi ipsi, bona pro se † imô quomodô sitipsa bonitas et tota, omnisque bonitas et bonitas quae aeterna est, quaeque nec arefieri nec comprehendi potest. O Domine, inquam, nemo est praeter te bonus per essentiam et naturam : tu solus necessariô bonus es;

le sont que par participation de vostre aymable bonté. \. creaturae verô omnes quae tam naturali quam supernaturali bonitate bonae sunt, nonnisi amabiles tuae boni

tatis participatione Sunt.

TRAITTÉ VI.

Trois occupations de la retraitte spirituelle sur la nayssance, passion et vie de Nostre Sauveur Jesus-Christ.

REMIER exercice. Pour vostre retraitte spirituelle, vous pourrez vous servir des poincts icy marquez, lesquels regardent la divine enfance de Nostre Sauveur. Le dimanche, considerez-le aux entrailles tres-pures de sa tres-chaste Mere, et admirez comme ceste grandeur immense s'est ainsi ravalée pour vostre amour. Le lundy, admirez-le dans la cresche en une extresme pauvreté. Le mardy, voyez-le adoré des anges et des pasteurs; faites-luy avec eux mille reverences interieures. Le mercredy, regardez que desjà il respand son sang en la circoncision; suppliez-le qu'il retranche toutes les superfluitez de vostre ame. Le jeudy, occupez-vous à méditer les mysteres des offrandes que luy presentent les roys; offrezvous à luy, et adorez-le avec eux. Le vendredy, contemplez-le au temple entre les bras de sa saincte Mere ; donnez-luy vostre cœur our estre sa demeure et son temple sacré. Le samedy, mesditez sa uyte en Egypte; demandez-luy la grace de bien fuyr et esviter tout Ce qui luy peut deplayre. econd exercice. — Une autre sepmaine, vous pourrez vous entretenir sur les douloureux mysteres de la passion de Nostre Redempteur. Le dimanche, voyez comme il lave les pieds à ses bien-aymez disciples; priez-le qu'il vous lave et purifie de toute ordure de peché. Le lundy, regardez-le au jardin des Olives, priant

« ElőzőTovább »