Le jeu de l'épée: Leçons de Jules Jacob rédigées par Émile André suivies du duel au sabre et du duel au pistolet et de coureils aux témoins

Első borító
P. Ollendorff, 1887 - 278 oldal
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

181. oldal - L'offensé, avec coups ou blessures, choisit son duel, ses aimes, ses distances, et peut exiger que son adversaire ne se serve pas d'armes à lui appartenant , mais il doit, dans ce cas, ne pas se servir des siennes. 12° Le choix du duel ne peut être fait que parmi les duels légaux ; el si l'on...
186. oldal - Tous témoins provoqués par d'autres témoins, au sujet du duel où ils assistent, s'ils ont raison dans la discussion qui donne lieu à ce nouvel appel, prendront le rang de l'offensé, selon l'article ii du i
208. oldal - Toute autre arme est de convention réciproque, et le sabre peut même être refusé par l'agresseur, s'il est officier en retraite, et qu'il ne soit pas propre à s'en servir : il peut toujours être refusé par un individu étant dans le civil. 2° Les armes doivent être de nature à ce qu'on puisse s'en servir en duel. CHAPITRE III. DU DUEL ET DE L'APPEL.
89. oldal - Bien amenées, elles trouvent souvent un adversaire désuni par le commencement de la phrase d'armes et ébranlé, non seulement par la parade qui chasse son épée, mais par l'effort que lui-même a fait pour parer et riposter.
27. oldal - La première de ces règles, c'est qu'à l'épée, le coup ne doit pas être porté, mais « jeté ». Par un mouvement de détente rapide, on jette le coup, puis immédiatement on raccourcit le bras.
51. oldal - Nous avons déjà insisté sur l'utilité essentielle du contre de quarte qui est la meilleure parade, protégeant bien toute la ligne, laissant au poignet toute sa force et maintenant le bras devant la poitrine pour la couvrir en partie si la parade est trompée.
266. oldal - HÉRISSON (C" d'). — Le Journal d'un Officier d'ordonnance. — Le Journal d'un Interprète en Chine. JACOB (Jules) et ANDRÉ (Emile). — Le Jeu de l'Épée.
252. oldal - Châteauvillars, le combattant qui tire le second a une minute pour riposter à partir du moment où son adversaire a fait feu, et même deux minutes s'il a été blessé.
39. oldal - C'est surtout nécessaire, comme nous l'avons expliqué, à cause des parades qu'il faut plus accentuer à l'épée qu'au fleuret.

Bibliográfiai információk