Oldalképek
PDF
ePub

60 P O É T I Q ITË!

traduit, en laissant tout ce qui auroît pu allarmer la pudeur.

Nos bons poètes offrent aussi dans leurs recueils de jolis èpithalames, ou des pièces de vers qui en portent le nom, sans en avoir précisément la forme. Ce sont des épîtres sur un mariage, sans vers intercalaires. . ,

Dela La chanson est un poème fort court,

anson" auquel on joint un air, pour être chanté. Elle traite des sujets familiers, amusans, tendres, ou badins; et c'est en quoi elle diffère de l'ode, qui s'élève jusqu'au sublime.

Ce genre de poésie doit présenter une suite d'idées naturelles et piquantes, d'images douces et gracieuses, qui.tendent toutes au même sujet. .'On vent que lé style de la chanson soit léger, les expressions choisies et toujours exactes, la marche libre , les vers faciles et coulans ; que les tours n'aient ri'eii de forcé; que tout y sôït fini, sanS que le travail s'y fasse sentir.

Chaque couplet d*une chanson doit être têrrniVié par une pensée fine,ou un 'sentiment délicat. Il y en a qui ont un refrain, c'est-à-dire que chaque couplet y finit par'les mêmes vers- Ce refrain doit ' contenir l'idée principale de'la chanson; et cette idée doit êtresaillâhte, toujours liée avec celles qui la précèdent, et toujours amenée avec art.

On réduit toutes les espèces de chansons à trois, qui sout les erotiques, les bachiques } et les satyriques ou vaudevilles.

Les chansons érotiques sont celles n«Chandont l'amour et la galanterie fournissent tique"." le sujet. Pour bien réussir en ce genre de poésie , il faut une grande finesse dans l'esprit, et beaucoup de délicatesse dans le sentiment. Les Français y ont excellé, et l'ont emporté sur les anciens et les modernes. Je suis toujours étonné, dit Voltaire, de cette variété prodigieuse avec laquelle les sujets galans ont été traités par notre nation. On diroit qu'ils sont épuisés ; et cependant on voit encore des tours nouveaux. Quelquefois même il y a de la nouveauté jusques dans le fond des choses, comme dans cette chanson peu connue:

Oiseaux, si tons les ans vous changez de climats,
Des que le triste hiver dépouille nos bocages,
Ce n'est pas seulement pour changer de feuillages,
'tfi pour éviter nos frimats.
Mais votre destinée
Ne vous permet d'aimer qu'à la saison des fleurs i
Et quand elle a passé, vous la cherchez ailleurs
Afin d'aimer toute l'année.

Lorsqu'une chanson erotique contient une historiette d'amour, on l'appelle romance. Elle doit principalement tirer son mérite de la naïveté et de la simplicité.

Les chansons bachiques sont cousa

DesCban- crées à la louange du vin et des buveurs. sons la- L'enjoûment et la liberté en font le t tques. principai caractère. On y souffre cependant les traits brillans d'une imaginalion hardie, un style noble et animé, et un certain enthousiasme. Cette élévation, ces transports,ce délire même, fout le plaisant de ces sortes de chansons, parce qu'il semble que c'est la liqueur que le poète célèbre, qui les a fait naître , comme on peut le voir dans celle-ci:

Qnel effroyable bruit! quels feux étincelans!

Jupiter aux mortels déclare-t-il la guerre »

Veut-il encor par son tonnerre ''
Foudroyer de nouveaux Titans?

Gronde , tonnerre affreux, et ravage le monde
Par tes redoutables fureurs;

Fais tout trembler d'effroi snr la terre et sur l'onde.

Mais respecte du moins la vigne et les buveurs.

Adam Billaut, que j'ai déjà fait conno'itrc, offre les plus beaux modèles de chansons bachiques dans le genre élevé. Voyez sur-tout cette chanson si connue:

Aussitôt-que la lumière
A redoré nos coteaux,
Je commence ma carrière
Par visiter mes tonneaux , etc.

. '. .''.'.' '' !'- •'

Il est bon de faire usage de la mylho

logie dans les chansons bachiques e,t

dans les érotiques.Les images et les traits

de la fable, que le poète a soin d'y répàndre avec goût et avec justesse, en Font un des plus beaux agrémeos.

Il y a des chansons qui sont erotiques et bachiques en même temps. On peut rapporter à ce genre mixte ce couplet si ingénieux, qui fut fait et chanté par M. le C. de B**, dans une fête que donnoituoe dame de la cour.

La maîtresse du cabaret
Se devine sans qu'on la peigne:
Le dieu d'amour est son portrait;
La jeune Hébé lui sert d'enseigne.
Bacchus assis sur son tonneau ,
La prend pour la fille de l'Onde:
Même en ne versant que de l'eau ,
Elle a l'art d'enivrer son monde.

Ce qui fournit ordinairement la ma- DesChantière des chansons satyriques ou vaude- ,ons —'3h villes,cesont lesactions repréhensibles, "îu"' les mœurs irrégulières , et les événemens remarquables par leur singularité, ou par leur importance. La pensée qui termine chaque couplet, doit sur-tout être vive, piquante, avoir même quelque chose de caustique et de mordant. Mais qu'on ne passe point les bornes d'une critique fine, et d'une raillerie délicate. Il faut se contenter d'attaquer les vices et les ridicules généraux, sans jamais donner dans l'odieux des personnalités. C'est uniquement par-là que ces sortes de chansons peuvent être de quelque avantage à la société. Voici deux

couplets d'un vaudeville de Panard,

qui peuvent servir de modèle.

Qu'à s'ajuster du haut jusques en bas,
Iris , pour paroitre jolie ,
Passe les trois quarts de sa vie;
Cela ne me surprend pas. .
Mais qu'un abbé tous les jours s'amidonne ,
Et qu'à pas comptés ce poupin,
Sur la pointe de l'escarpin ,
Marche toujours droit comme un pin;
C'est-là ce qui m'étonne.

Que dans Alger on trouve des ingrats ,
Et que chez le peuple tartare
La reconnoissance soit rare;
Cela ne me surprend pas.
Mais qu'à Paris mainte et mainte personne
Qui vient vous demander lundi
Un plaisir qu'on lui fait mardi,
N'y pense plus le mercredi;
C'est-là ce qui m'étonne.

,On donne encore le nom de vaudeville à un divertissement qui termine les petites pièces de théâtre. 11 doit contenir le sens moral de la pièce.

« ElőzőTovább »