Oldalképek
PDF
ePub

qu'il soit tiré du fond de l'action, et produit naturellement par les incidetis qui le précèdent. Pour tout dire en peu de mots, le premier acte d'une tragédie expose le sujet, et pique la curiosité. Dans le second, l'inquiétude commence. Dans le troisième , elle augmente. Le quatrième excite vivement la terreur et la pitié. Le cinquième les porte à leur comble;il déchire l'ame,il est tout rempli de larmes.

Une de nos meilleures tragédies pour la grandeur de l'action , la vivacité de l'intérêt, le choc des passions, et généralement pour la conduite de l'ouvrage, est l'[phigénie en Aulide de Racine. An.lyse C'est un vrai modèle qu'il est à propos d'âne tra- que je mette ici sous les yeux , autant gédie de ^\\ est possible de le faire par la voie de l'analyse. Les principaux personnages de cette tragédie sont Agamemnôn , Ulysse, Achille, Clitcmnestre, femme d'Agamemnon , lphigénie, fille d'Agamemnon , et Eriphile , fille d'Hélène et de Thésée. La scène est en Aulide , petite contrée deBéotie, près de l'ancienne ville et porL de Chalcis , capitale de l'ileEubée, aujourd'hui Ne~ g repont.

Acte l. La flotte des Grecs qui alloient faire le siége de Troie, ayant été arrêtée par le calme des vents, Agamemnôn, suivi de Nestor, de Ménélaset d'Ulysse, futconsulter l'oracle, qui, parla bouche du fameux devin Calchas , rendit cette

réponse:

Vous armez contre Troie une puissance vaine ,
Si dans un sacrifice auguste et solennel,

Une fille du sang d'Hélène
De Diane en ce lieu n'ensanglante l'autel.
Pour obtenir les vents que le ciel vous dénie,

Sacrifiez Iphlgénie.

Agamemnon pressé par Ulysse d'obéir à l'oracle; effrayé d'ailleurs par les dieux qu'il voyoitmenaçans pendant son sommeil, écrivit à Argos, pour faire venir sa fille, sous prétexte qu'Achille à qui elle avoit été promise, vouloit la revoir et partir son époux. Tel est en substance le récit que , dans la première scène, Agamemnon fait à Arcas des événemens antérieurs à l'action qui va se passer : c'est-là la préparation de l'action.

Ce chef des rois de la Grèce ne pouvant étouffer la voix de la nature, qui crie encore plus fortement dans son cœur, à l'approche du jour où Iphigénie doit arriver, charge Arcas d'aller audevant d'elle et de Clitemnestre , à laquelle il écrit de retourner à Argos, parce que Achille a changé de dessein. Voilà l'exposition du sujet : voilà le germe de tous les incidens de la pièce.

Cependant le bruit se répand que Clitemnestre et Iphigénie doivent arriver au camp. Achille , qui n'ayant rejoint l'armée que la nuit précédente, ne savoit pas qu'on eût consulté l'oracle, apprend la nouvelle de cette arrivée, et vient en témoigner sa joib à Agamemnon, qui ne lui fait que des réponses vagues. Ulysse même le blâme de songer à son amour , dans un temps, où les dieux irrités demandent du sang peut-être, et du plus précieux. Le fier Achille s'exprime ici avec toute son ardeur pour la gloire : et sans aucun délai, sans achever même son hymen , il veut voler à Troie , dût-il l'assiéger seul avec son ami Patrocle. Agamemnon gémit dans le sein d'Ulysse sur le sort d'iphigénie, lorsqu'il apprend qu'elle vient d'arriver avec Clitetnnestre sa mère, etEuriphile, jeune princesse de Lesbos , captive d'Achille, el qui vient interroger l'oracle sur son destin, dont elle n'a aucune connoissance. Ulysse presse alors Agamemnon d'immoler aux Dieux leur .victime , puisqu'eux-mêmes ont pris soin de l'amener à Calchas. Agamemnon est dé terminé a le faire aprèsavoir écarté Clitemnestre de l'autel. Voilà le nœud commencé : il s'agit de voir si Iphigénie sera sacrifiée. Tout est préparé pour le complément de cette action , sans que cependant on puisse rien prévoir. La curiosité s'empare de l'ame du spectateur; mais c'est une curiosité qui n'est pas exempte d'inquiétude.

Acte II. Eriphile dit à sa confidente, qu'un oracle effrayant lui annoncequ'ello ne peut, sans périr , connoître le sang dont elle sort; mais que le plus funeste de tous ses maux est l'hymen d'Achille et d'Iphigénie. Prisonnière de ce héros , elle l'aime ; et sa jalousie la porte à traverser le bonheur de cette même Iphigénie, qui lui a offert son appui auprès d'Achille. Agamemnon paroît , suivi d'Iphigénie, qu'il ne regarde qu'en soupirant, et dont il reçoit à peine les embrassemens.

Ma fille , je vous vois toujours des mêmes yeux;
Mais les temps sont changés, aussi bien que les lieux.
1) 'un soin cruel ma joie est ici combattne.

I P H I G É N I £.
Hé! mon père , oubliez votre rang à ma vue.
Je prévois la rigueur d'un long éloignement.
N'osez-vous, sans rougir, être père un moment?
Vous n'avez devant vous qu'une jeune princesse,
A qui j'avois pour moi vanté votre tendresse ï
Cent fois lui promettant mes soins, votre bonté ,
J'ai fait gloire à ses yeux de ma félicité.
Que va-t-elle penser de votre indifférence?
Ai-je flatté ses vœux d'une fausse espérance?
N'éclaircirez-vous point ce front chargé d'ennuis ï

AGAMEMNON.
Ali , ma fille!

IPHIGÉNIE,
Seigneur, poursuivez.

AGAMEMNON.

Je ne puis.

IPHIGÉNIE.

Périsse le Troyen , auteur de nos allarmes!

AGAMEMNON.

Sa perte à ses vainqueurs coûtera bien des larmes.

I J, H l G É » I E.

Les dieux daignent sur-tout prendre soin de vos jours!

AGAMEMWON.
Les dieux, depuis un temps, me sont cruels et souids.

I p H I G É N 1 E.
Calchas, dit-on , prépare un pompeux sacrifice.

AGAMEMNON.

Puiseé-je auparavant fléchir leur injustice!
IPHIGÉNIE.

L'offrira-t-on bientôt?

A G A M E M N O ».

Plutôt que je ne veux.
IPHIGÉNIE.

Me sera-t-il permis de nie joindre à vos vœux î
Vena-t-on à l'autel voire heureuse famille î
AGAMEMNON.

Hélas!

ITHICÉNIE.

Vous vous tsisez?

AGAMEMNOW.

Vous y serez , ma fille. Adieu.

Que doit soupçonner Iphigénie de cet accueil ? Mais que doit-elle penser d'x\chille qui ne s'est pas encore offert à sa vue? Elle confie ses tristes pensées à Eriphile, lorsque Clitemnestre, à qui Arcas a remis la lettre d'Agamemnon , vient annoncer à Iphigénie qu'il faut se préparer à un prompl départ. Sauvons, lui dit-elle, notre gloire offensée.

Pour votre hymen Achille a changé de pensée.
Et refusant l'honneur qu'on lui veut accorder,
Jusques à sou retour il veut le retarder.

« ElőzőTovább »