Oldalképek
PDF
ePub

jettira par la force les nations à son joug ? En quelque sens que l'on veuille entendre ces prophéties, elles ne peuvent cadrer avec l'idée d'un roi guerrier et conquérant. Mais si on veut entendre le royaume du Messie d'un royaume spirituel, la paix qu'il doit donner au monde sera la paix spirituelle; la paix avec Dieu, avec les hommes , avec sa conscience. Alors tout s'explique, tout se concilie; il ne reste plus de difficulté; il n'y a aucune contradiction: il y a au contraire une très-grande analogie entre un règne de l'ordre spirituel et la paix, soit intérieure soit extérieure, que nous faisons profession de regarder comme un des biens que nous a apportés notre religion.

20 Nous avons vu le Messie appelé par Jacob et par Aggée, l'attente et le désiré des des nations (107). Mais les nations désiraientelles, ou devaient-elles désirer un personnage qui les désolerait par des guerres, et qui les asservirait avec violence à son empire ? S'il s'agit au contraire d'un royaume spirituel, on comprend que les nations soient dans le cas de désirer ce qui doit faire leur suprême bonheur. Nous avons aussi observé que dans la prophétie de Jacob il est annoncé qu'à l'arrivée du Messie le sceptre sortira de Juda; et que si le Messie se trouvait être

un roi de l'ordre temporel, au lieu de sortir alors de cette tribu, le sceptre y rentrerait.

30 Un caractère particulier donné au Messie par divers prophètes, et spécialement par Isaïe, est celui de la douceur:Voilà mon serviteur dont je prendrai la défense, dit le prophèle au nom de Dieu; il est mon élu ; mon ame se complait en lui ; j'ai placé sur lui mon esprit : il annoncera la justice aux nations ; il ne criera point; il ne fera point acception de personne; on n'entendra pas sa voix au dehors; il ne brisera point le roseau félé, et il n'éteindra point la mèche fumante; il rendra la justice selon la vérité : il ne sera ni triste ni turbulent (108). Est-ce là le caractère d'un héros violent qui fait guerres sur guerres , et qui désole la terre par ses conquêtes ? Mais il est évident que celle douceur convient parfaitement à un roi de l'ordre spirituel, qui vient fonder un royaume non civil, mais purement religieux ; qui établit l'empire des vertus, et qui n'emploie que des moyens du genre spirituel.

40 Loin que les prophéties présentent un Messie qui se mettra à la tête des Juifs pour se soumettre les nations, elles annoncent au contraire que le Messie sera méconnu et rejeté par le peuple juif. Nous avons rapporté un texte de Daniel qui est formel, et qui

porte expressément qu'il sera mis à mort, et que son peuple, qui l'aura renié, cessera d'exister (109). En voici un autre d'Isaïe, moins précis à la vérité, mais qui a assez clairement rapport au même objet : Il sera envoyé pour vous sanctifier, mais il sera un sujet de chúte et une pierre de scandale pour les deux maisons d'Israël, un piége et une cause de ruine aux habitants de Jérusalem, et beaucoup d'entre eux tomberont et seront brisés, et seront arrétés et seront pris (110). Il serait bien difficile aux Juifs d'expliquer ce texte d'un Messie , les réunissant tous à lui, et commandant les armées de leur nation ; mais il s'entend parfaitement d’un Messie établissant un royaume spirituel. Et nous voyons qu'il est entendu dans ce sens et appliqué à Jésus-Christ, par le saint vieillard Siméon (111) et par saint Paul (112).

50 Enfin, comment concilier un Messie glorieux, triomphant , courant de prospérités en prospérités , avec les humiliations, les souffrances, la mort violente du Messie, prédites par un grand nombre de prophètes , comme nous le verrons dans un des articles suivants (113)!

VIII. En troisième lieu , j'ai dit que plusieurs des prophéties qui annoncent que le Messie sera un roi, contredisent formelle

ment l'idée judaïque d'un royaume lemporel, mais s'accordent parfaitement avec la doctrine chrétienne d'un règne spirituel. Les prophéties que nous venons de rapporter sur le caractère pacifique de ce dominateur, et sur la paix profonde dont on jouira sous son empire, suffiraient pour établir cette vérité; mais nous en ayons d'autres encore aussi positives. Nous avons eu occasion de citer un passage du psaume II où David fait dire au Messie que le Seigneur l'a établi roi sur la sainte montagne de Sion. Mais pour quel objet dit-il qu'il l'a été ? Ce n'est pas pour guerroyer, pour se soumettre les peuples ; c'est pour leur prêcher les préceptes divins : voilà pourquoi les nations lui sont données en héritage, et la terre, jusqu'à ses dernières limites, en propriété (114). Au psaume cix, David parle encore de l'empire du Messie; mais ce qu'il en dit annonce évidemment un royaume de l'ordre spirituel, et ne s'accorde nullement avec un règne temporel. Dieu placera le Messie à sa droite; c'est de là qu'il dominera sur ses ennemis , qu'il jugera les nations, etc. (115). Voici une prophétie de Zacharie qui est trèspositive: Réjouis-toi, fille de Sion; sois dans la joie, fille de Jérusalem. Voilà ton roi qui viendra à toi. Il est juste, il est sauveur. Il

est pauvre, et monté sur une anesse et sur son ánon. Et je confondrai dans Ephraïm les chariots de guerre, et la cavalerie dans Jérusalem ; et les arcs militaires seront brisés, et il parlera aux nations un langage de paix, et sa puissance s'étendra d'une mer jusqu'à l'autre , et du fleuve aux extrémités de la terre(116). Observons en passant que les dernières paroles de cette prophétie sont précisément les mêmes dont David se sert au psaume LxxI. Si les rabbins s'obstinent à vouloir que dans ce psaume des expressions si magnifiques désignent Salomon, au moins ils ne diront pas qu'elles ont le même sens dans la bouche de Zacharie, postérieur à Salomon de plusieurs siècles. Ne paraît-il pas même assez clair que Zacharie fait allusion au texte du psaume, ce qui en fixerait le sens, et montrerait qu'il était entendu par les prophètes , non du fils de David , Salomon, mais de son autre fils, le Messie ? Pour revenir à notre sujet, comment les rabbins pouvaientils entendre celte prophélie d'un Messie glorieux et triomphant? Un roi puissant, victorieux, conquérant, est-il pauvre, et réduit à avoir pour monture une ânesse ? Loin que le Messie doive commander des armées de Juifs, il doit détruire, dans les deux pays d'Israël et de Juda, tous les instruments mi

« ElőzőTovább »