Oldalképek
PDF
ePub

d'Emmanuel , c'est-à-dire de Dieu avec nous (5o) ? IV. « Les Juifs, et à leur suite les incré« dules, font sur le sens de ce passage une « autre objection plus importante. Ils la « tirent des paroles mêmes qui suivent la « promesse de l'enfant Emmanuel. Il est dit « dans le texte que nous avons rapporté , que « cet enfant mangera le beurre et le miel , « afin de savoir réprouver le mal et choisir le « bien ; mais qu'avant qu'il soit en âge de « faire ce discernement, les deux rois ligués « auront disparu de dessus la terre. Cet évé« nement arriva en esset. Peu de temps après « Theglatphalasar défit et tua Rasin, et Pha« cée avait déjà péri dans une conjuration « d'Osée son successeur. Il s'agit donc ici , « dit-on , d'un enfant né très-peu de temps « après la prophétie, et non pas d'un Messie « qui devait naître au bout de plusieurs « siècles. Or cet enfant, nous le trouvons « clairement énoncé au commencement du « chapitre vIIrd'Isaïe : il y est dit qu'immé« diatement après sa prédiction à Achaz, « Isaïe eut un fils qu'il appela Mahershalal, « ce qui veut dire dépouillez promptement ; « parce qu'avant que cet enfant sache nom« mer son père et sa mère, le roi d'Assyrie « aura enlevé toute la force de Damas et les « dépouilles de Samarie. Il est évident, con« clut-on, que cet enfant nommé au chapitre « vIII Mahershalal est le même qui au cha« pitre vII est appelé Emmanuel, puisqu'il « est répété sur le second ce qui avait été « dit sur le premier, qu'avant qu'il ait at« teint l'âge de raison la ligue des deux rois « sera dissipée. » V. Cette difficulté nous ramène à l'examen de la totalité du texte prophétique et de tout ce que dit Isaïe sur les divers objets de la prophétie. J'ai déjà rapporté ce qui est contenu dans le chapitre vII ; il est inutile d'y revenir. Au chapitre vIII, le prophète ayant connu de nouveau son épouse, elle conçoit et met au monde un fils, à qui Dieu commande de donner le nom prophétique de Mahershalal, parce qu'avant que cet enfant sache nommer son père et sa mère, les deux états ligués contre Juda seront dévastés (3 1). Ensuite Isaïe annonce de nouveau les ravages que fera le roi d'Assyrie dans le royaume de Juda, qu'il appelle votre terre, ô Emmanuel (52)! Il parle aussi dans le même chapitre de ses deux fils encore dans l'enfance, que Dieu lui a donnés afin qu'il soit un signe et un présage pour Israël (55). Au chapitre Ix, Isaïe parle de nouveau d'un enfant accordé par le Seigneur : Un jeune enfant, ditil, nous est né, et un fils nous a été donné : sur son épaule est placée la principauté; et il sera appelé Admirable, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle futur, Prince de la paix ; son empire sera étendu, la paix n'aurapoint de fin , il siégera sur le trône de David, et gnera sur son royaume, pour l'assurer et le fortifier maintenant et jusque dans l'éternité : le zèle du Seigneurfera cela (34). Il est aussi répété dans ce chapitre que les ennemis du roi Rasin prévaudront contre lui, et que le royaume d'Israël sera détruit à cause de son impertinence (55). Au chapitre x, le prophète répète, au nom de Dieu, que le roi d'Assyrie sera contre Israël la verge de sa fureur et le bâton dont il le frappera ; qu'il sera envoyé par Dieu contre la nation trompeuse, et qu'il la dépouillera. Il ajoute que ce roi, enorgueilli de ses succès, les rapportera à lui-même et à sa propre force, et voudra traiter Juda et Jérusalem comme Israël et Samarie. Mais, dit encore le Seigneur par l'organe d'Isaïe, mon peuple qui habite Sion ne redoute point Assur; il te frappera de la verge, et il lèvera sur toi le bâton; mais après quelque temps mon indignation sera terminée, et ma colère contre ton crime sera épuisée (36). Au chapitre x1, Isaïe revient à l'enfant merveilleux qu'il a précédemment annoncé. Il prédit, ainsi que nous l'avons vu plus haut, le rameau qui doit s'élever de la souche de Jessé ; l'esprit de Dieu dont ce personnage sera rempli, son autorité et sa justice. Il décrit d'une manière poétique la paix qu'il fera régner sur la terre; déclare que ce descendant de Jessé sera un signe pour les peuples ; qu'il sera invoqué par les nations, et que son sépulcre sera glorieux (37). Les cinq chapitres d'Isaïe présentent une suite de prophéties, et forment un ensemble qu'il ne faut pas séparer pour juger le sens de ses paroles. Il est clair qu'il a en vue trois objets : le premier est de rassurer Achaz et toute la maison de David contre la terreur que leur avait inspirée la ligue des rois de Syrie et d'Israël ; le second, d'annoncer à Achaz les ravages qu'en punition de son impiété et de son défaut de confiance en Dieu, Theglatphalasar causera dans son royaume, après l'avoir délivré de l'invasion ; le troisième et le principal par rapport à nous, est la promesse d'un enfant miraculeux à qui sont attribués les titres les plus magnifiques, et de qui sont annoncées les choses les plus admirables, et qui ne peut être que le Messie. Observons que ces trois objets de la prophétie sont liés intimement entre eux. C'est parce que la race de David, dont doit naître le Messie, est jusque-là indestructible, que l'alliance formée pour sa destruction sera dissoute (38). Le prophète prédit d'abord pour un temps éloigné le Messie déjà promis à David, comme le motif de la ruine de la ligue et de la dévastation du royaume de Juda, pour que l'accomplissement prochain de ces prophéties soit un motif de croire au Messie et del'espérer. Lamaison de Daviddoit être assurée que le projet destructeur des deux rois ne s'effectuera pas, parce que le Messie sortira d'elle; elle devra être assurée que le Messie sortira d'elle, quand les prédictions de la perte des deux rois et des ravages sur la terre de Juda seront réalisées. Je dis d'abord que l'enfant annoncé dans ces divers chapitres ne peut être que le Messie. Je dis ensuite que Jésus-Christ réunit dans sa personne tous les caractères de l'enfant annoncé. Il s'agit de prouver ces deux vérités, et de répondre aux difficultés par lesquelles les rabbins ont essayé de les obscurcir, et que répètent d'après eux les incrédules. Il faut distinguer dans le texte trois enfants différents : 1o celui qui sera appelé Emmanuel; 20 Jasub fils d'Isaïe, que dans le chapitre VII ce prophète mène avec lui au

« ElőzőTovább »