Oldalképek
PDF
ePub

de son discours, il ne peut pas y avoir d'opposition entre l'une et l'autre. Comme il ne s'agit ici que de résoudre une disficulté des incrédules, je crois inutile de prendre un parti entre ces deux opinions : l'une et l'autre interprétation est en ellemême admissible ; l'une et l'autre répond d'une manière satisfaisante à l'objection : en conséquence on peut choisir entre elles celle qui paraîtra la plus vraisemblable. XIV. Parvenu au terme de cette longue dissertation , je me retourne pour jeter un coup-d'œil sur la carrière que j'ai fournie ; et ce que j'ai parcouru en détail, je le contemple dans son ensemble. Je vois Jésus| Christ élevé entre l'ancienne et la nouvelle loi, prophétisé dans l'une, prophétisant dans l'autre, objet des siècles passés, père des siècles futurs (384). Les temps qui l'ont précédé se sont succédés pour le proclamer par leurs prédictions; ceux qui le suivent s'écoulent pour accomplir les siennes. Il fut annoncé dès la création du monde, il en a annoncé jusqu'à la destruction. Placé au milieu de la sphère religieuse, ce soleil de vérité est tout à-la-fois le foyer de lumière qui l'éclaire et la vivifie tout entière, et le centre commun qui attire tout à lui, et auquel toutes les parties tendent et viennent

aboutir. Tout ce que nous voyons dispersé dans le long cours des âges se réunit dans sa personne : pour le préparer ou pour l'adorer, se sont formés et détruits les empires ; depuis nos premiers parents jusqu'à nos derniers neveux, toutes les générations qui se sont successivement remplacées sur la terre ont été, sont et seront soumises à sa loi : c'était sa loi qu'Adam recevait dans le paradis terrestre, sa loi que Dieu dictait aux patriarches, sa loi que Moïse publiait au pied du mont Sinaï, comme c'est sa loi que nous nous glorifions de suivre. Espéré ou reçu, attendu ou reconnu, c'est toujours lui qui est l'objet des vœux de tous les justes. Le christianisme est constamment la seule vraie religion de la terre. Ennemis de cette religion universelle, de quelque classe que vous soyez, nous vous invitons à la contemplation de ce magnifique spectacle : considérez cette identité de religion dans tous les temps; fixez vos regards sur le dogme fondamental de la foi au Rédempteur, traversant majestueusement et sans altération toute l'étendue des siècles, depuis celui où les siècles naquirent avec le monde, jusqu'à celui où le monde et les siècles périront ; embrassez dans un coup-d'œil l'ensemble des prophéties et des histoires; saisissez le rapport des unes et des autres ; voyez dans les prophètes les précurseurs des historiens, dans les historiens les échos des prophètes, et dans JésusChrist le lien qui les rapproche, les unit et les resserre : en voyant clairement quel est le but de tous les événements, vous obstinerez-vous encore à n'en pas reconnaître l'auteur ?

NOTES.

(1) Fidelis erit domus tua et regnum tuum usquè in æternum antè faciem tuam, et thronus tuus erit firmus jugiter. (2 Reg. vii, 16.) (2) Semel juravi in sancto meo si David mentiar: semen ejus in æternum manebit, et thronus ejus sicut sol in conspectu meo, et sicut luna perfecta in æternum , et testis in coelo fidelis. ( Ps. Lxxxviii, 36, 37, 38. ) (3) Egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet ; et requiescet super eum spiritus Domini, spiritus sapientiæ et intellectùs, spiritus consilii et fortitudinis, spiritus scientiæ et pietatis; et replebit eum spiritus timoris Domini:..... in die illà radix Jesse, qui stat in signum populorum. Ipsum gentes deprecabuntur, et erit sepulchrum ejus gloriosum. ( Is. xi, 1 , 2 , 1 o. ) (4) Atque Esaias alius propheta, eadem verbis diversis prædicans, sic fatur : Orietur virga eae Jacob, et flos à radice Jesse ascendet ; et in brachium ejus gentes sperabunt. Stella sanè lucida exorta est, et flos ascendit è radice Jesse , hic Christus. Nam ex virgine seminis Jacobi, qui Judæ pater extitit, (Judam autem judæorum patrem esse ostendimus), per virtutem Dei genitus est. Ac Jesse quidem proavus Christi secundùm oraculum fuit , Jacobi autem et Judæ filius, secundùm generis successionem. (S. Justinus, Apol. i, a , cap. 32.)

Ex hujus ipsius domo Christum generatum iri secundùm carnem, et ipse David et alii prophetæ annuntiaverunt. Apud Isaiam ita scriptum est : Et erit in die illâ radiae Jesse , et qui erurget principari in nationes. In eum gentes sperabunt, et erit requies ejus in honore. Et alio loco : Eriet virga de radice Jesse , et flos de radice ejus ascendet, et requiescet super eum spiritus Dei, spiritus sapientiæ et pielatis ; et implebit eum spiritus timoris Domini. Jesse aulem fuit pater David, ex cujus radice ascensurum esse florem prælocutus est. (Lactantius , divin. Instit. , lib. iv, cap. 3. ) (5) Ecce dies veniunt, dixit Dominus ; suscitabo David germem justum ( in paraph. Jonathan, David AMessiam justorum), et regnabit rex, et sapiens erit; et faciet judicium et justitiam in terrâ : in diebus illis salvabitur Juda, et Israël habitabit confidenter : et hoc est nomen quod vocabunt eum, Dominus justus noster. (Jerem. xxiii, 5, 6. ) (6) Suscitabo super eas pastorem unum qui pascat eas, servum meum David. Ipse pascet eas ; et ipse erit iis in pastorem. Ego autem Dominus ero eis in Deum, et servus meus David princeps in medio eorum. Ego Dominus locutus sum; et faciem cum eis pactum pacis. ( Ezech. xxx, iv, 23, 24, 25.) (7) Confiteantur ergo necesse est Judæi longè post tempora David hæc esse prædicata. Est autem David iste qui nomen parentis secundùm originem carnis accepit, nomen sumens ejus, cujus ex genere sumebat et corpus. (S. Hilarius, Tract. in psalm. cxxxi, no 2. ) David autem Dominum dicit Christum , ut ex David secundùm carnem oriundum. ( Theodoretus, in Ezech., lib. xv, cap. 37, vers. 24. ) (8) Ecce dies veniunt, dicit Dominus, et suscitabo David orientem justum, et regnabit rex, et in

« ElőzőTovább »