Oldalképek
PDF
ePub

viens. Il est écrit dès le commencement que je dois faire votre volonté (235). Saint Paul montre que Jésus-Christ a encore accompli cette prophétie, qu'il nous a sanctifié par l'oblation de son corps, et qu'à la différence des autres prêtres, qui offrent tous les jours des victimes impuissantes à effacer les péchés, il a offert une seule victime; qu'assis à la droite de son père, il l'offre éternellement ; et que, par cette unique oblation, il a consommé pour l'éternité la sanctification (256). En second lieu, Jésus-Christ est revêtu d'un sacerdoce éternel. Saint Paul le dit en propres termes (257). D'ailleurs c'est encore un des dogmes de"notre foi, et nous venons de voir qu'il est appuyé sur l'enseignement du même apôtre, que Jésus-Christ, assis à la droite de son père, continue d'y exercer les deux fonctions de son sacerdoce, et ne cesse de prier et d'offrir son sacrifice pour nous. Il est donc continuellement et éternellement prêtre, puisque éternellement il continue ses fonctions sacerdotales. En troisième lieu, Jésus-Christ est prêtre selon l'ordre de Melchisédech (238), c'est-àdire, que son sacerdoce est du genre, non de celui d'Aaron, mais de celui de Melchisédech; soit, comme le ditl'apôtre, parce qu'il n'était pas de la tribu d'Aaron, à laquelle était attaché le sacerdoce hébraïque (259), soit parce qu'il a offert non les mêmes victimes qu'Aaron, mais les mêmes oblations que Melchisédech. On ne voit pas que ce prêtre roi ait immolé des animaux au Seigneur ; mais le texte sacré porte qu'il offrit du pain et du vin (24o); figure de ce qu'a répété Jésus-Christ dans sa cène, et de ce qui se continue tous les jours dans son église (24 1). Voilà donc encore beaucoup de circonstances de la vie du Messie prédites par les prophètes; voilà plusieurs titres et plusieurs fonctions que les prophètes attribuent au Messie, et que nous voyons se réaliser avec la plus parfaite exactitude dans Jésus-Christ. Je le demanderai toujours : peut-il entrer dans un esprit raisonnable que tous ces saints personnages, écrivant à des époques si différentes, se soient concertés, ou qu'ils aient pu prévoir toutes ces particularités par leurs lumières naturelles ? Peut-on concevoir l'extravagante idée qu'un si grand nombre de détails, dont quelques-uns sont très-minutieux, soient venus d'eux-mêmes et par hasard, s'effectuer et se réunir dans une seule personne ? Dès que ce ne sont pas des lumières naturelles qui ont fait voir ces choses aux prophètes, ce sont donc des lumières surnaturelles qui les leur ont fait découvrir; puisque ce n'est pas fortuitement que tous ces événements sont venus tomber et se réunir au même point, c'est donc le maître des événements qui les a tous fait concourir à son but. XII. « Ici quelques incrédules nous pré« sentent une difficulté. Ils ont imaginé que « Jésus-Christ étant un homme de beaucoup « d'esprit, ayant une connaissance parfaite « des livres judaïques, ayant en vue de se « faire passer pour le Messie, avait arrangé « diverses actions de sa vie à divers textes « de ces livres, et était venu à bout de « persuader qu'il avait été prédit par les « prophètes. » XIII. Il est impossible d'inventer un plus ridicule subterfuge. En supposant, ce qui est déjà très - difficile à croire, que JésusChrist eût fait cadrer avec les prophéties si multipliées celles de ses actions qu'il pouvait disposer à son gré, aurait-il pu de même y adapter les nombreuses circonstances qui ne dépendaient pas de lui ? Aurait-il été le maître de régler le temps et le lieu de sa naissance, son origine, ses miracles, et tant d'autres particularités qui n'étaient point en sa puissance ? Aurait-il voulu se soumettre aux humiliations honteuses , aux affreuses souffrances de sa passion, qui, comme nous allons le voir, avaient aussi été prédites ? Et la conversion des nations, qui était aussi, comme nous le montrerons dans un article particulier, un objet des prophéties, avaitil des moyens naturels pour l'opérer ? Il faut qu'une cause soit bien désespérée pour qu'on entreprenne de la soutenir par de pareils arguments.

ARTICLE DIXIÈME.

PROPHÉTIES SUR LA PASSION DU MESSIE.

LA passion de Jésus-Christ, qui est le scandale des Juifs, est cependant ce qui devrait le plus les engager à croire en lui, parce que, de tous les événements de la vie du Messie, c'est celui qui est le plus clairement et le plus fréquemment prédit.Saint Pierre, dès ses premières prédications, faisait du concert de tous les prophètes sur ce point important, une de sés plus fortes preuves (242). Saint Jérôme ne craint pas de dire que toute la loi et les prophètes annoncent à haute voix la passion de Jésus-Christ (245). Presque toutes les circonstances que rapportent les évangélistes des souffrances de leur divin maître, sont, et ils ont soin de le remarquer dans leur narration, décrites d'avance par les différents prophètes. Il n'y a presque aucune particularité qui n'ait été prédite ; presque aucun prophète qui n'en ait prédit quelqu'une. Notamment il y en a beaucoup d'annoncées dans le psaume xxI (244); mais surtout le chapitre LIII d'Isaïe est aussi formel qu'une prophétie puisse l'être. Pour mettre quelqu'ordre dans une matière trèsétendue, je commencerai par rapporter les oracles sacrés qui annoncent les circonstances diverses réalisées dans la passion de JésusChrist, et j'examinerai ensuite le cinquantetroisième chapitre d'Isaïe. Voici quelles sont les principales circonstances de la passion de Jesus-Christ, prédiles dans l'ancienne loi. I. La trahison d'un de ses disciples. Si c'eût été mon ennemi qui m'eût chargé de malédictions, j'aurais pu le supporters et si celui qui me haïssait eût dit contre moi des choses violentes, j'aurais pu me soustraire à sa méchanceté, Mais c'est vous qui étiez mon ami, le chef de mon conseil, que je

« ElőzőTovább »