Oldalképek
PDF
ePub

ce sont des prophéties accomplies littéralement et avec toutes leurs circonstances ·) dans la personne de Jésus-Christ : pour le prouver, j'établis trois propositions. 1° Le personnage annoncé dans ces prophéties est le Messie. 2° Ce personnage est venu depuis longtemps. 3o Jésus-Christ seul réunit tous les caractères de la venue de ce personnage. II. Première proposition. Le personnage annoncé par Aggée et par Malachie, est le Messie. Ces deux prophètes présentent diverses qualités du personnage annoncé, et diverses circonstances qui doivent accompagner sa venue, lesquelles ne peuvent convenir qu'au Messie. 1o Il est appelé par Aggée, le désiré des nations ; et Malachie dit qu'il est l'objet des désirs de la nation juive. De ces deux qualifications, la première est employée dans plusieurs endroits de l'Écriture, pour exprimer le Messie. Nous avons vu Jacob se servir de cette expression en l'annonçant à son fils Juda; et auparavant, Dieu s'énonçait à-peuprès de même quand il promettait aux patriarches que dans un de leurs descendants, seraient bénies toutes les nations. Isaïe prédisant le Messie, le présente aussi avec ce caractère (2o4). La seconde désignation est, s'il est possible, plus positive encore et plus claire. Quel est le personnage que les Juifs désiraient avec ardeur, attendaient avec impatience, sinon le Messie, objet encore actuellement de tous leurs vœux ?

2o Le personnage annoncé est appelé par Malachie, le dominateur, l'ange, ou, selon la force du mot, l'envoyé du Testament. Les Juifs reconnaissent si bien que ces dénominations sont propres au Messie, qu'ils emploient tous les jours dans leurs prières, les expressions de cette prophétie, pour demander sa venue. Et en effet, c'est un envoyé de Dieu qui est exprimé par le mot l'ange du Testament. Or, quel autre envoyé divin que le Messie , peut être appelé le dominateur par excellence, le dominateur désiré ?

3o A l'arrivée de ce personnage, Dieu mettra en mouvement le ciel et la terre , et agitera toutes les nations. Il est assez souvent fait mention dans l'Écriture, de cet ébranlement, soit du monde, soit des nations; et c'est toujours pour annoncer des prodiges extraordinaires et des événements de la plus haute importance. A quel autre qu'au Messie, de si magnifiques expressions peuvent-elles convenir ? Quel autre pourra soulever l'univers, et mettre en mouvement toutes les nations, que celui qui , selon les autres prophéties et toutes les traditions des Juifs, doit réunir à lui les nations, et les soumettre à sa loi ? 4o Le dominateur souhaité, cet ange du Testament, ce désiré des nations, cet homme dont la venue mettra l'univers en mouvement, doit venir dans son temple. De qui pourrait-on dire que le temple est le sien , sinon du personnage le plus considérable qui puisse exister ? 5o En conséquence de ces événements , Dieu remplira ce second temple de gloire , et cette gloire l'emportera sur celle du premier. Je dis que c'est une conséquence de la présence du Messie dans ce second temple. D'abord, la suite du texte paraît l'indiquer, puisque c'est immédiatement après avoir dit que le désiré des nations viendra, que le prophète ajoute que le temple sera rempli de gloire. Ensuite, il est certain qu'à tous les autres égards, le temple de Salomon l'emportait de beaucoup sur celui de Zorobabel ; il manquait à celui-ci beaucoup de choses qui relevaient l'éclat et la gloire de l'autre. L'arche d'alliance, la verge d'Aaron, l'urim et le tummim, les tables de la loi n'y étaient pas. Il n'était pas d'ailleurs, à beaucoup près,

décoré avec la même magnificence. Nous en avons la preuve au premier livre d'Esdras , où nous lisons que les anciens qui avaient vu l'ancien temple, pleuraient en contemplant le nouveau (2o5). Les Juifs d'ailleurs en conviennent, et l'un d'eux dit que le temple de Salomon était autant au-dessus de celui de Zorobabel, que le soleil est au-dessus de la lune. Mais quelques-uns d'entre eux, pour détourner l'application de cette prophétie à l'apparition du Messie dans la temple, ont avancé qu'Aggée, parlant prophétiquement, avait annoncé les embellissements dont Hérode devait un jour orner le temple. Mais d'abord, il n'est pas vrai que, même avec les décorations ajoutées par Hérode, le nouveau temple égalât la magnificence avec laquelle l'avait construit Salomon. De plus, ce qui manquait de choses saintes à ce temple, pouvait-il, aux yeux d'un prophète , être balancé par une décoration extérieure ? Ce n'est point par ces vains embellissements que Dieu remplit de gloire un temple; et ce qui est ajouté au nom de Dieu , que l'or et l'argent sont à lui, achève de montrer que ce n'est pas de l'éclat des choses précieuses qu'on y verra, que le temple tirera sa splendeur. 6° Il est dit qu'en ce temps Dieu donnera T. I. 9

la paix dans son temple ; et c'est encore un caractère donné au Messie, qu'il doit apporter avec lui la paix. J'aurai occasion de prouver cette vérité par plusieurs textes des prophètes qui présentent le Messie comme un dominateur pacifique (2o6). Je ne les rapporte pas encore ici pour éviter les répétitions. Quelques rabbins ont cru expliquer cette prophétie à l'avantage de leur système, en disant que c'est au temple lui-même que Dieu promet la paix. Mais, outre que cette interprétation n'est nullement fondée sur les paroles du prophète, et fait manisfestement violence au texte sacré, elle est contraire aux faits , puisque ce temple fut profané plusieurs fois, spécialement par Antiochus et par Pompée. Il est donc certain en premier lieu, contre les Juifs, que ces deux prophéties annoncent le Messie, et que les essorts de quelques-uns d'entre eux pour les détourner à un autre objet, sont inefficaces. III. Seconde proposition. Le personnage annoncé dans ces prophéties, lequel est le Messie , est venu depuis long-temps. Les deux prophètes déclarent positivement que le désiré des nations , le dominateur souhaité par les Juifs viendra dans le temple qui se bâtissait du temps de l'un, et qui ve

« ElőzőTovább »