Nouvelle grammaire française: sur un plan très-méthodique

Első borító
Maire-Nyon,[Libraire,], 1835 - 206 oldal
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

181. oldal - Zadig, s'il n'y avait que du bien, et point de mal ? Alors, reprit Jesrad, cette terre serait Une autre terre ; l'enchaînement des événements serait un autre ordre de sagesse; et cet ordre, qui serait parfait, ne peut être que dans la demeure éternelle de l'Être suprême, de qui le mal ne peut approcher.
176. oldal - Que cent peuples unis des bouts de l'univers Passent pour la détruire et les monts et les mers ! Qu'elle-même sur soi renverse ses murailles, Et de ses propres mains déchire ses entrailles! Que le courroux du ciel allumé par mes vœux Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux ! Puisse-je de mes yeux y voir tomber la foudre, Voir ses maisons...
183. oldal - C'est que la terre ne se lasse jamais de répandre ses biens sur ceux qui la cultivent*; son sein fécond ne peut s'épuiser. Plus il ya d'hommes dans un...
87. oldal - Il en est de l'honneur comme de la neige, qui ne peut jamais reprendre son éclat ni sa pureté dès qu'elle les a perdu. 80. La conduite que j'avais supposée que vous tiendriez, vous l'avez tenu, et vous en avez e'té blâmé. 8l i Bcs ji-'iuie» serviteurs que sou toit •> vu naître Animent la maison, et bénirent leur, uuilre.
180. oldal - N'attendez pas, messieurs, que j'ouvre ici une scène tragique, que je représente ce grand homme étendu sur ses propres trophées, que je découvre ce corps pale et sanglant auprès duquel fume encore la foudre qui l'a frappé...
107. oldal - ... personne. 30. Il ya pour l'homme de bien une sorte de pudeur à baisser la vue, pour ne pas rencontrer ni les faiblesses du génie, ni les fautes de la vertu. 31. L'homme vain méprise les talents qu'il n'a pas ; et s'il n'en a pas aucuns, il les méprise tous.
185. oldal - Mais regardons encore une fois ces voûtes immenses , où brillent les astres , et qui couvrent nos têtes. Si ce sont des voûtes solides, qui en est l'architecte? Qui est-ce qui a attaché tant de grands corps lumineux à certains endroits de ces voûtes, de distance en distance?
178. oldal - Dieu est présent partout gouverne tout prévoit tout et pourvoit à tout est ce que nous nommons la Providence. 11. La chose la plus aisée devient pénible quand on la fait à contre-cœur. 12. Votre providence ô Père céleste gouverne et conduit toutes choses.
180. oldal - En examinant avec plus d'attention , nous voyons des montagnes affaissées , des rochers fendus et brisés , des contrées englouties , des îles nouvelles , des terrains submergés , des cavernes comblées ; nous trouvons des matières pesantes souvent posées sur des matières légères ; des corps durs environnés de substances molles ; des choses sèches, humides, chaudes, froides, solides , friables, toutes mêlées , et dans une espèce de confusion qui ne nous présente d'autre image que celle...
131. oldal - Aristote et Pline. Tous deux, infatigables comme lui dans le travail, étonnent par l'immensité de leurs connaissances, et par celle des plans qu'ils ont...

Bibliográfiai információk