De l'harmonie entre l'église et la synagogue ou Perpétuité et catholicité de la religion chrétienne

Első borító
Paul Mellier, Libraire-éditeur, 1844 - 1071 oldal
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Tartalomjegyzék


Más kiadások - Összes megtekintése

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

221. oldal - ... 0 profondeur des trésors de » la sagesse et de la science de Dieu ! que ses jugements sont » incompréhensibles, et que ses voies sont impénétrables!
234. oldal - Sur le compte qui nous a été rendu que dans plusieurs départements septentrionaux de notre empire , certains juifs , n'exerçant d'autre profession que celle de l'usure, ont, par l'accumulation des intérêts les plus immodérés, mis beaucoup de cultivateurs de ces- pays dans un état de...
218. oldal - Que si tu t'élèves, songe que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte.
286. oldal - Dieu. Toutes choses ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans lui.
443. oldal - Dieu leur a donné un esprit d'étourdissement ; des yeux pour ne point voir, et des oreilles pour ne point entendre jusqu'à ce jour.
218. oldal - Si leur réproba» lion a été la réconciliation du monde , leur » rappel ne sera-t-il pas une résurrection de
234. oldal - A ces causes, Sur le rapport de notre grand juge, ministre de la justice, et de notre ministre de l'intérieur; Notre conseil d'État entendu, Nous avons décrété et décrétons ce qui suit : Art. 1".
220. oldal - Dieu ! que ses jugements sont » incompréhensibles, et que ses voies sont impénétrables! » Car qui a connu les desseins de Dieu, ou qui est entré » dans ses conseils ? Qui lui a donné le premier, pour en » tirer récompense, puisque c'est de lui, et par lui, et en
269. oldal - ... pluribus persuasio inerat antiquis sacerdotum litteris contineri, eo ipso tempore fore ut valesceret Oriens profectique Iudaea rerum poterentur. quae ambages Vespasianum ac Titum praedixerat: sed vulgus, more humanae cupidinis, sibi tantam fatorum magnitudinem interpretati ne adversis quidem ad vera mutabantur.
331. oldal - Anni Dei aeternitas Dei est. Aeternitas ipsa Dei substantia est, quae nihil habet mutabile. Ibi nihil est praeteritum, quasi iam non sit ; nihil est futurum, quasi nondum sit. Non est ibi, nisi est. Non est ibi, fuit et erit, quia et quod fuit iam non est ; et quod erit nondum est ; sed quidquid ibi est ; non nisi est.

Bibliográfiai információk