Oldalképek
PDF

dans ses fables n'est pas remarquable par la briévete, il l'est par la précision. J'appelle un style précis, celui dont on ne peut rien ôter sans que l'ouvrage perde une grace ou un ornement , et sans que le lecteur perde LIIl plaisir. Tel est le style de La Fontaine dans l'apologue. On n'y sent jamais ce qu'on appelle langueur. On n'y trouve jamais de vuide. Ce qu'il dit ne peut pas être dit en moins de mots, ou vous ne le diriez pas si bien. Il faut qu'on me pardonne de citer.

fine et d'autant plus piquante, qu'elle est plus détournée et plus imprévue. Ses sables sont l'ouvrage d'un écrivain correct et châtié , dont l'ame honnête et droite, mais toujours égale et tranquille, ne - se passionne ni contre le vice ni pour la vertu. On les lit avee plaisir la première fois ; mais on ne se sent pas tourmenté du desir de les relire une seconde , une troisième, une centième, comme celles de La Fontaine. Celui-ci a plus d'imagination, plus de verve et plus de connoissances que Phèdre ; il a vu et comparé plus d'objets, rassemblé plus de faits. Observateur scrupuleux de ces convenances dont la réunion forme ce qu'on appelle la vérité en poésie comme en peinture, ses personnages, quels qu'ils soient, disent presque toujours ce qu'ils doivent dire dans leur position. Il a su donner à son dialogue cette précision, ce naturel, une des plus rares qualités du style, même dans les meilleurs écrivains, et peut-être la seule qu'on n'acquiert point par l'étude. Il faut lire ses vers pour connoître toutes les ressources de notre langue et la variété des formes dont elle est susceptible, lorsqu'elle est maniée par un homme de génie. On trouve dans plusieurs de ses fables l'élégance et la sensibilité de Tibulle ; dans d'autres, le nombre et l'harmonie de Virgile : ici la délicatesse d'Horace, son esprit , son goût ; là cette finesse de réflexion qui rend les ouvrages de cet ancien poète si utiles , si agréables : en un mot, La Fontaine a toutes les sortes de style, et dans chacun, les beautés qui lui sont propres, sans excepter même les mouvemens les plus pathétiques et les plus impétueux de l'éloquence.

[ocr errors][ocr errors]

:

Un Octogénaire plantoit.
Passe encore de bâtir; mais planter à cet âge !

Deux Coqs vivoient en paix; une Poule survient :
Et voilà la guerre allumée.
Amour ! tu perdis Troye.

[ocr errors]

Un Lièvre en son gîte songeoit ;
Car que faire en un gîte à moins que l'on ne songe ?
Dans un profond ennui ce Lièvre se plongeoit.
Cet animal est triste , et la crainte le ronge.

Je crois qu'il est impossible de mêler plus rapidement le récit et la réflexion; et c'est ainsi qu'écrit toujours La Fontaine. Je remarque son excellent esprit dans la différence de style qui se trouve entre ses fables et ses contes. Il a senti que dans le conte, qui n'a d'autre objet que d'amuser , tout est bon pourvu qu'on amuse. Aussi hasarde-t-il toute sorte d'écarts. Il se détourne vingt fois de sa route, et l'on ne s'en plaint pas; on fait volontiers le chemin avec lui. Mais dans la fable, qui tend à un but que l'esprit cherche toujours , il faut aller plus vîte, et ne s'arrêter sur les objets que pour les rendre plus frappans. Dans cette partie, comme dans tout le reste , les fables de La Fontaine, à un trèspetit nombre près , me paroissent des chefs-d'œuvre irréprochables.

Ce qui prouve encore , qu'éclairé par un goût naturel , il régloit sa manière d'écrire sur la sévérité du genre, c'est que, négligé dans ses contes , il est beaucoup plus correct dans ses fables (1). Il y respecte la

(1) Aussi étoit-ce là son ouvrage de prédilection : il disoit bien qu'il y avoit plus d'esprit dans ses contes ; mais so* fables lui

[graphic]

langue, que Molière ne respectoit pas assez. Non content d'y prodiguer les beautés , il s'y défend les fautes. Il savoit que si le conte familier les fait pardonner , la fable, plus sérieuse, ne les admet pas : et qui croira pouvoir s'en permettre, quand La Fontaine s'en permet si peu ? Cette correction, qui suppose une composition soignée, est d'autant plus admirable, qu'elle est accompagnée de ce naturel si rare et si enchanteur qui semble · exclure toute idée de travail. Le plus original de nos écrivains en est aussi le plus naturel. Je ne crois pas qu'en parcourant les ouvrages de La Fontaine, on y trouvât une ligne qui sentît la recherche ou l'affectation. Il ne compose point , il converse ; s'il raconte , il est persuadé ; s'il peint, il a vu ; c'est toujours son ame qui vous parle, qui s'épanche , qui se trahit ; il a toujours l'air de vous dire son secret, et d'avoir besoin de le dire; ses idées, ses réflexions, ses sentimens, tout lui échappe, tout naît du moment, rien n'est cherché, rien n'est préparé ; il se plie à tous les tons ; et il n'en est aucun qui ne semble être particulièrement le sien ; tout, jusqu'au sublime, paroît lui être facile et familier. Il charme toujours et n'étonne jamais. · Ce naturel domine tellement chez lui, qu'il dérobe au commun des lecteurs les autres beautés de son style; il n'y a que les connoisseurs qui sachent à quel point La Fontaine est poète , ce qu'il a vu de ressources dans la poésie , ce qu'il en a tiré de richesses. On ne

plaisoient davantage. Ses contemporains étoient plus embarrassés que lui sur la préférence. Perrault trouvoit la même force dans les deux ouvrages. (Voyez son éloge de La Fontaine, dans les Hommes illustres.)

s

fait pas assez d'attention à cette foule d'expressions
créées, de métaphores hardies toujours si naturellement
placées , que rien ne paroît plus simple. Aucun de nos
poètes n'a manié plus impérieusement la langue; aucun
sur-tout n'a plié avec tant de facilité le vers françois
à toutes les formes imaginables. Cette monotonie qu'on
reproche à notre versification , chez lui disparoît abso-
lument. Ce n'est qu'au plaisir de l'oreille, au charme
d'une harmonie toujours d'accord avec le sentiment et
la pensée , qu'on s'apperçoit qu'il écrit en vers. Il dis-
pose si heureusement ses rimes, que le retour des sons
semble toujours une grace, et jamais une nécessité. Nul
n'a mis dans le rythme une variété si prodigieuse et si
pittoresque; nul n'a tiré autant d'effets de la mesure
et du mouvement.Il coupe, brise ou suspend so9 vers
comme il lui plaît. L'enjambement qui sembloit réservé e
aux vers grecs et latins, est un mérite si commun dans
les siens, qu'il est à peine remarqué. Il est vrai que
tant d'avantages qui dépendent en partie de la liberté
d'écrire en vers d'inégale mesure, et des priviléges d'un
genre qui admet toute sorte de tons, ne pourroient plus
se retrouver au même degré dans le style noble et dans
le vers héroïque. Mais tant d'autres ont écrit dans le
même genre ! Pourquoi ont-ils si rarement approché de
cette perfection ? L'harmonie imitative des anciens, si
difficile à égaler dans notre poésie, La Fontaine la pos-
sède dans le plus haut degré, et l'on ne peut s'empê-
cher de croire en le lisant que toute sa science en ce
genre est plus d'instinct que de réslexion. Chez cet
homme si ami du vrai et si ennemi du faux , tous les
sentimens, toutes les idées, tous les caractères ont l'ac-
cent qui leur convient, et l'on sent qu'il n'étoit pas en
lui de pouvoir s'y tromper. Je sais bien que de lourds ,

calculateurs aimeront mieux y voir des sons combinés avec un prodigieux travail. Mais le grand poète, l'enfant de la Nature , La Fontaine aura plutôt fait cent vers harmonieux , que des critiques pédants n'auront calculé l'harmonie d'un vers. Faut-il s'étonner qu'un écrivain, pour qui la poésie . est si docile et si flexible, soit un si grand peintre en vers ? C'est de lui sur-tout qu'on peut dire proprement qu'il peint avec la parole. Dans quels de nos auteurs trouvera-t- on un si grand nombre de tableaux dont l'agrément soit égal à la perfection ? Je demande encore une fois qu'on me pardonne de citer. Un seul exemple

parlera mieux pour La Fontaine que tout ce que je pourrois dire.

Quand la Perdrix

Voit ses petits
En danger, et n'ayant qu'une plume nouvelle,
Qui ne peut fuir encor par les airs le trépas,
Elle fait la blessée , et va traînant de l'aile,
Attirant le Chasseur et le Chien sur ses pas,
Détourne le danger, sauve ainsi sa famille ;
Et puis, quand le Chasseur croit que son Chien la pille,
Elle lui dit adieu, prend sa volée , et rit
De l'homme, qui, confus, des yeux en vain la suit.

Je demande s'il existe en poésie un tableau plus parfait, si le plus habile peintre me montreroit sur la toile plus que je ne vois dans les vers du poète? Comme le chasseur et le chien suivent pas à pas la perdrix qui se traine avec le vers ! Comme un hémistiche rapide et prompt vous montré le chien qui pille ! ... Ce dernier mot est un élan , un éclair; et avec quel art l'autre vers est suspendu quand la perdrix prend sa volée ! Elle est en l'air, et vous voyez long-temps l'homme immobile ,

« ElőzőTovább »