Confucius et Mencius: Les quatre livres de philosophie morale et politique de la Chine

Első borító
Charpentier, 1858 - 465 oldal
0 Ismertetők
A Google nem hitelesíti a véleményeket, de nem valós információk észlelése esetén ellenőrzi és eltávolítja őket
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Más kiadások - Összes megtekintése

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

159. oldal - Ki-lou demanda comment il fallait servir les esprits et les génies. Le Philosophe dit : Quand on n'est pas encore en état de servir les hommes , comment pourrait-on servir les esprits et les génies?
42. oldal - Depuis l'homme le plus élevé en dignité jusqu'au plus humble et au plus obscur, devoir égal pour tous : corriger et améliorer sa personne, ou le perfectionnement de soi-même, est la base fondamentale de tout progrès et de tout développement moral.
19. oldal - Le parfait est le commencement et la fin de tous les « êtres; sans le parfait, les êtres ne seraient pas. » C'est pourquoi Tseu-sse place le perfectionnement de soi-même et des autres au premier rang des devoirs de l'homme, « Réunir le perfectionnement intérieur et le perfection« nement extérieur constitue la règle du devoir.
61. oldal - On ne montre pas sa grandeur pour être à une extrémité, mais bien en touchant les deux à la fois, et remplissant tout l'entre-deux.
238. oldal - ... à ce que les enseignements des écoles et des collèges propagent les devoirs de la piété filiale et le respect équitable des jeunes gens pour les vieillards, alors on ne verra pas des hommes à cheveux blancs traîner ou porter de pesants fardeaux sur les grands chemins. Si les septuagénaires portent des vêtements de soie et mangent de la viande, et si les jeunes gens à cheveux noirs ne souffrent ni du froid ni de la faim , toutes les choses seront prospères.
396. oldal - La nature de l'homme ressemble à une eau courante : si on la dirige vers l'orient, elle coule vers l'orient; si on la dirige vers l'occident, elle coule vers l'occident.
186. oldal - Tseu-koung dit : Comment se fait-il que personne ne vous connaisse ? Le Philosophe dit : Je n'en veux pas au ciel , je n'en accuse pas les hommes. Humble et simple étudiant, je suis arrivé par moi-même à pénétrer les choses les plus élevées.
231. oldal - Rien en cela ne doit vous blesser ; car c'est l'humanité qui vous a inspiré ce détour. Lorsque vous aviez le bœuf sous vos yeux, vous n'aviez pas encore vu le mouton. Quand l'homme supérieur a vu les animaux vivants, il ne peut supporter de les voir mourir ; quand il a entendu leurs cris d'agonie, il ne peut supporter de manger leur chair. C'est pourquoi l'homme supérieur place son abattoir et sa cuisine dans des lieux éloignés. Le roi...
78. oldal - A plus forte raison si on les néglige. » 5. Ces esprits cependant, quelque subtils et imperceptibles qu'ils soient, se manifestent dans les formes corporelles des êtres ; leur essence étant une essence réelle, 1 Livre Ta-ya, ode Y-tchi. vraie, elle ne peut pas ne pas se manifester sous une forme quelconque.
5. oldal - Ce que le Ciel voit et entend n'est que ce que le « peuple voit et entend. Ce que le peuple juge digne de « récompense et de punition est ce que le Ciel veut pu

Bibliográfiai információk