Oldalképek
PDF
ePub

une seule personne, à la fois active et passive, qui est JÉHOVAH; nom sacré pour les Hébreux, qui signifie l'étre, l'existence générale, l'unité universelle , comme on le verra mieux dans celui de mes livres intitulé Théologie rationnelle. Dès lors la société dont il allait être le législateur se présenta à son esprit comme devant former une personne unique, un seul et même peuple qui reçut le nom d'ISRAEL ; c'est-à-dire, celui qui prime sur les forts; celui en qui réside la suprême puissance *.

Tel est le næud qui existe entre sa politique et sa théologie : tel est le magnifique principe de l'unité qui differe en toute chose de cette autre unité , en vertu de laquelle des politiques modernes livreraient des masses d'hommes au caprice d'un seul. Il se confond dans la pratique avec le principe de l'utilité générale ; son développement naturel produit toute la loi : enfin il

rête à l'idée dominante de leur système, à celle dont les principaux faits politiques sont l'expression.

* Philon fait dériver le mot Israël des racines raa, el, voyant Dieu, c'est-à-dire, comme Maimonide et Bossuet l'ont déjà expliqué, voyant les choses selon la vérité elle-même. Mais l'origine donnée à ce nom par la Genèse, la lutte symbolique de Jacob, dans laquelle il triomphe non-seulement des hommes mais des puissances supérieures, ne permettent pas d'adopter cette interprétation. Il se compose plutôt des mots iachar et el, juste et fort, ou mieux, de la racine Sarah, il a obtenu la principauté, la souveraineté, et de ël, le dieu fort, et il signific celui qui a obtenu la souveraineté de Dieu même. (Voy. les Leriq. Hebr. sur ces mots:) * Je suis loin de prétendre que les Égyptiens n'aient pas envisagé les choses sous des points de vue très-différens ; mais je m'ar

constituer un peuple , il voulait suivre le mode d'après lequel les choses sont régies et constituées ?. L'antiquité elle-même s'était formé cette opinion sur son compte. Au dire de Lucien , Lycurgue aurait emprunté du ciel tout le plan d'adininistration et de distribution qu'il appliqua à sa République, et suivant Diodore , cité par Photius, Moïse aurait calqué sa ville ou son petit État sur le Monde ?

Mais après avoir découvert l'analogie qui existe entre l'ordre du monde et l'ordre social, il fallait déterminer sa nature et transporter dans la constitution pullique le plus grand principe de la constitution de l'univers.

Les prêtres égyptiens avaient regardé l'universalité des choses, comme composée de deux natures, ou de deux êtres absolument distincts; l'un intellectuel et actif, l'autre matériel et passif : ils admirent deux natures ou deux êtres absolument distincts dans la société : un être intellectuel et actis représenté par l'aristocratie sacerdotale qui tint long-temps les rois et les guerriers dans sa dépendance immédiate; un être matériel et passif représenté par le peuple.

Moïse, rejetant ce principe de dualité ou dualisme*, ne vit dans l'univers qu'une seule nature, une seule personne, à la fois active et passive, qui est JÉHOVAH; nom sacré pour les Hébreux, qui signifie l'étre, l'existence générale, l'unité universelle , comme on le verra mieux dans celui de mes livres intitulé Théologie rationnelle. Dès lors la société dont il allait être le législateur se présenta à son esprit comme devant former une personne unique, un seul et même peuple qui reçut le nom d'ISRAEL ; c'est-à-dire, celui qui prime sur les forts; celui en qui réside la suprême puissance *.

Tel est le næud qui existe entre sa politique et sa théologie : tel est le magnifique principe de l'unité qui diffère en toute chose de cette autre unité, en vertu de laquelle des politiques modernes livreraient des masses d'hommes au caprice d'un seul. Il se confond dans la pratique avec le principe de l'utilité générale ; son développement naturel produit toute la loi : enfin il est le but définitif de cette loi, en même temps que son point de départ; « attendu , comme le disait Socrate , que le plus grand bien qui puisse arriver à un État, c'est l'unité parfaite 4. » · Ainsi, point d'équivoque : pour Moïse , l'Etat, "c'est Israël, c'est le peuple; bien different en cela de l'illustre monarque qui disait : l'État, c'est moi ! Le peuple est la combinaison d'un certain nombre d'individus formant un ensemble parfait, un être vivant et heureux. Les règles nécessaires pour obtenir ce résultat ont de tout temps été gravées dans la nature des choses. Mais les unes s'établissent par le développement physique de l'homme, les autres sont dévoilées d'avance aux intelligences supérieures, qui, réagissant sur toute l'espèce , précipitent sa marche et l'accomplissement de ses destinées. :

rête à l'idée dominante de leur système, à celle dont les principaux faits politiques sont l'expression.

* Philon fait dériver le mot Israël des racines raa, el, voyant Dieu, c'est-à-dire, comme Maimonide et Bossuet l'ont déjà expliqué, voyant les choses selon la vérité elle-même. Mais l'origine donnée à ce nom par la Genèse, la lutte symbolique de Jacob, dans laquelle il triomphe non-seulement des hommes mais des puissances supérieures, ne permettent pas d'adopter cette interprétation. Il se compose plutôt des mots iachar et el, juste et fort, ou mieux, de la racine Sarah, il a obtenu la principauté, la souveraineté, et de ël, le dieu fort, et il signific celui qui a obtenu la souveraineté de Dieu même. (Voy. les Lexiq. Hebr. sur ces mots.)

Et voyez aussitôt la force que ce principe porte en lui-même. Les Égyptiens, ayant fait plusieurs peuples distincts dans un seul État, tombèrent presque sans résistance. Les âges modernes constituèrent aussi dans une même société, trois sociétés distinctes, sacerdoce, noblesse, peuple. Qu'en est-il résulté? une lutte entre les deux premières, jusqu'à l'heure où la troisième, les absorbant l'une et l'autre, a ramené sans retour au principe de Moïse , à l'unité de la personne publique. Aussi M. de Bonald a-t-il rencontré la vérité, quand il a dit que les sectes qui veulent changer l'ordre des sociétés existantes et ramener à la religion naturelle, repassaient par le judaïsme 5.

« ElőzőTovább »