Oldalképek
PDF
ePub

« D'après ces considérations, il est impossible que la loi soit faite en raison des constitutions personnelles de tous les hommes, et suivant les variations du temps, à l'exemple de la médecine qui s'accommode au tempé1rament de chaque individu, chaque jour et chaque heure; mais le régime légal doit être absolu, universel, en tant que fondé sur les choses naturelles et utiles, et sans s'arrêter à telles ou telles exceptions. » Certes,on comprend toute sa pensée, c'est l'intérêt non seulement de la majorité, mais de la presque universalité, qu'il met au-dessus des autres intérêts. Cependant sa comparaison n'est pas rigoureuse : la loi, comme la médecine, a des règles absolues et des règles relatives; et le législateur doit, comme le médecin, modifier ses principes généraux suivant le tempérament physique et moral des hommes, suivant les circonstances. Maimonide lui-même l'a reconnu, puisqu'il dit que ce sont les choses qui entrent dans l'intention première de la loi qu'il faut regarder comme absolues; et que plus loin il parle du corps public qui doit développer cette intention première.

35 Non addetis ad verbum quod vobis loquor, nec auferetis ex eo : quod praecipio tibi hoc tantùm facito Domino: necaddasquidquam, necminuas (ï)eulèr., iv, 2, XII, 3a).

36 MiSCHNA , tom. IV, de Synedriis, cap. X, § a. — Maimonide. Selden, de Synedriis, lib..., cap. lu, pag. 19.

37 Venit ergb Moyses et narravit plebi omnia verba Domini atque judicia: responditque omnis populus uhâ voce : Faciemus. Scripsit autem Moyses omnia verba : et manè consurgens, œdificavit altare ad radiées montis, et

duodecim titulos per duodeçim tribus Israël Assumcns

que volumen fœderis, legit, audicnte populo; qui dixerunt : Omnia quae locutus est Dominus, faciemus (Exod.. xxiv, 3-7). , . - . i

38 Custodite ergb verba pacti hujus, et impiete ea, ut intelligatis uni Versa quae facitis. Vos statishodie cuncti coram Deo vestro, principes vestri, et tribus, ac majores natu , atque doctores, omnis populus Israël: liberi et uxores vestrae et advena qui tecum moratur in castris; exceptis lignorum caesoribus, et his qui comportant aquas : ut transeas in foedere Dei tui et in jurejurando, quod hodiè Dominus Deus tuus percutit tecum (Deuter., XXIX, 9, i3).

Au lieu de majores natu, le texte dit seniores , les anciens, en prenant ce mot dans le sens d'une dignité; il suit le mot principes, et il précède les mots, pragfecti vestri, vos officiers civils, et non pas doctores, comme traduit la Vulgate. Au lieu de excepté le scieur et le puiseur d'eau, il faut lire depuis le scieur jusqu'au puiseur d'eau; expression qui équivaut à celle-ci : même le scieur de bois et le puiseur d'eau.

39 Deuler., Xxvii ; JosuÉ, vin, 3o, 35.

4.0 Congregavitque Josue omnes tribus Israël in Sichem et vocavit seniores , principes, judices et magistros.... Et ad

populum sic locutus est Sin autem malum vobis videlur

ut Jehooah serviatis, optio vobis datur : eligite hodiè quod placer.... Responditque populus et ait : Absit à nobis ut reliiK]uamiis.7i?/joi>a/j... Et Josue ad populum : Testes, inquil, vos estis, quia ipsi elegeritis vobis Jehovah ut serviatis ei: responderuntque : Testes

4i Percussit ergb Josue in die [illo fcedus, et proposuit populo praecepta et judicia in Sichem. Scripsit quoque Omnia verba haec in volumine legis; tulit lapidem pergrandem , posuitque eum subter quercum quae erat in sanctuario et dixit ad omnem populum'': En lapis iste '«rit vobis in testimonium ( Jos-UÉ , XXIV , 1, 1 /,, 27);

42 Super omnibus ergb his, nos ipsi percutimus fcedus le culte, en effet, comme je le répéterai plusieurs fois, attendu que c'est là ce qui forme le caractère essentiel de la législation de Moïse, est dirigé dans l'intérêt de la loi, et toute la loi dans l'intérêt positif et temporel de la nation et des individus. Aussi le texte parle-t-il des péchés contre toutes les lois , de urtiversis mandatis. 12 Nous reviendrons sur cela plus amplement dans tout le cours de ce livre. Voici toujours le principe:

Quid |uid limitatum est ex lege, id œquale est omnibus bominibus (mischna, tom. III, pag. 66. — Deuter., i).

i3 At reges domûs David omninb judicant et judicantur (mischna , tom. IV, de Synedriis, cap. il, § 2. —Mai- MONIDE. — Babtenora. —SCHICKARD, de Jur. regio

Hebrœor., pag. 64 )•

Toute la liberté des Hébreux pouvait se rendre par ces mots, sur lesquels nous reviendrons , juger et être jugé.

i4 MiSCHNA, tom. IV, Capita Patrum (Sentences des Pères) , cap. VI, § 5.

i5 Sacerdos magnus nonnisi Lxxi judîcum consessu judicatuf (MlSCBNA, tom IV, de Syriedriis, cap. I, §5, p. 2l3).

Nous y reviendrons en parlant du grand conseil des anciens, ou sénat d'Israèl.

16 Nombr., XXX, 16.—Ce demi-sicle n'était d'abord qu'une taxe par tête destinée à faciliter le dénombrement du peuple. —Il devint plus tard une cotisation annuelle que les sacerdotes et les lévites étaient tenus de payer comme les autres (mischna, tom. II, de Siclis: cap. I, Commentaires \

17 Ego tuli levitas à filiis Israël pro pmni primogenito (Nombr., m, 12).

ib' folle leyjtej de medip. jfiliorum Israël...,, Et applicabis levitas coram tabemaculofœderis, convoeatà omni multitudine filiorum Israël, et ponent filii Israël manus suas super illos, etofferet Aaron levitas, munus in conspectuDomini a nliis Israël, ut serviant in ministerio ejus.... Sicque consecrab is eos; quoniam dono donati sunt mihi à filiis Israël pro primogenitis (Nombr., VIII, ii, 20 ).

Kj JosÈPHE , Aniiquii. judaïq., liv. III , ch. IX.

20 Fuit apud rectissimum rex ( Deuter., xxxii. 5). Ce chapitre et le suivant paraissent avec toute évidence avoir été ajoutés beaucoup plus tard. — Schlosser, tom. I, p. a45).

2i Et comederunt (omnis congregatio) et biberunt coram Domino in die illo cum grandi ketilià : et unxerunl secundo Salomonem filium David. Unxcrunt autem eum Domino in principem, et Sadoc in pont ificem ( I Chroniq., xxix, 22 ). Le texte dit : Et constituerunl secundb Salomonem filiuni David et unxerunt eum Domino in ducem, et Sadoc in pontificem.

22 Aniiquii. judaïq , lib. XII, chap. IV.

25 I Machabées, xiv. — Nous reviendrons sur ce sujet. 24 De Republicâ Hebrœor., liv. II, cap. n.

23 Tribus coronis coronantur Israëlitae, nempè coronâ legis, coronâ sacerdotii, et coronâ regni. Coronâ sacerdotii dlgnus censebatur Aaron, coronâ regni dignus judicabatur David; corona autem legis reposita erat stabilita et omnibus lsraëlitis aptata. Objiciet fortassè aliquis duas priores coronas legis coronae praecellere? Attende quid dicat Scriptura: «Përme reges regnabunt et dominatores judicabunt terram : » Undè tibi constat coronam legis casteris praestantiorem esse (maimonide, de fundamentis legis, cap. III, § i.—VoasTirs, i688).

26 Terrasson , Hist. de la jurisprud. romaine. BerRyat-saint-phix, HisL du Droit romain.

27 Mizurs des Israélites, ou Modèle d'une politiq. simple £tsincère, § XIV.

28 Si difficile et ambiguum apud te judicium esse perspexeris inter sanguinem et sanguinem, causam et causant, plagam et plagam, et judicum intrà portas videris verba variari (le texte dit : quae sunt verba contehtionum), surge et ascende ad locum i[uem elegerit Dominus Deus tuus: veniesque ad sacerdotes levitici generis, et ad judicem qui fueritin ilto ternpore : qureresque ab eis, qui indicabunt tibi judicii veritatem (Deuler., XVII ,8,9).

29 Diccns suo patri et suce matri : Non eos vidi; et non suos fratres agnovit, et non suos filios : quià cuslodierunt tuum diclum, et tuum pactum servabunt : docebunt judicia tua , ô Jacob; tuam, legem, ô Israël (Deuteron., XXXIII , g, 10).

La Vulgate écrit servaverunt, et elle omet le mot docebunt, qui est d'autant plus important qu'il indique les attributions et les devoirs des enfans de Lévi : ils conserveront l'alliance: ils enseigneront les droits et toute la loi, mais ils ne les développeront pas politiquement.

30 Numquàm suscitantur de duabus rebus simùl, aut si quis suscilaretur, accineret responsionem ad primant tantùm ( neque enim ambiguum est hoc oraculum ut tripus Apollinis Delphici ). Non consulent hîc idiotae, sed aut rex aut senatus , aut is quo respublica indiget (maimonide. — SCHICKARD, de jur. reg. Hebrœor. ,p. 12).

31 Voyez le chapitre des prophètes et les notes correspondantes.

3-2 Seniores Israël, ejus capita , ejus judices, ejus praefectos ( JosuÉ, xxni, 2 ).

33 1 Rois, Xxii , 17, 18. — III Rois, 11, 27.

34 Erat autem rex Salomon regnans super omnemIsraël: et hi principes quos habebat : Azarias filius Sadoc ; Elihoreph et Ahia filii Sisa, scribae ; Josaphat filius Ahilud à commentariis; Banaias filius Joiadae super exercitum:

« ElőzőTovább »