Oldalképek
PDF
ePub

plus ferme : Omnes viae ejus sunt judiçîa. Deus fortis VERITAS Et Non INIQUITAS ; justus et reclus ipse..

8 Venitque Mojses, et, convocatismajoribusnatu populi, exposuit omnes sermones quos mandayerat Dominus. Responditque omnis populus simul: Cuncta quœ locutus est Dominas, faciemus. Cùmque retulisset Moyses yerba, po+ puli ad Dominum, ait ei Dominus : Jam nunc veniam ad te in caligine nu bis, ut audiat me populus loquentemad te et ut credat tibi in perpetuum ( Exod., XIX , 9 ). ..

Certes, en admettant que Moïse exerçât de fait la dictature, il ne l'exerçait pas en droit; avant de convenir avec Dieu du jour où il serait nécessaire de frapper l'imagination du peuple, pour lui inspirer une confiance durable, il expose aux anciens ce que Jéh.ovah lui a inspiré dans l'intérêt des Hébreux; et fort de leur consentement unanime, il va prendre une résolution définitive.

g Constiluesque terminos populo per circuitum, et dices ad eum : Cavete ne ascendalis in monlem, nec tangatis finem illius : omnis qui tetigerit montem morte morietur. Non poterit vulgus ascendere in montem Sinaï... Pone termines circa montem... ne ascendant ad Dominum-( Exod., xix, 12,

23, 2/t>

Tout ce que fait Moïse s'explique par sa position , par les hommes dont il est entouré, et par le but qu'il veut remplir. Nous verrons plus tard que les docteurs les plus distingués le reconnaissent comme sùMitnê, précisément par cette raison. Que ce soit donc Moïse qui ait écrit la chose, ou tout autre, cela n'y change rien; le génie législatif qui a composé, rédigé- ou- compilé le Pentateuque, n'en reste pas moins- invariable aM milieu de toutesces différences d'opinions.

10 Et ècee cœpërorif audiri tonitfua ac micaro fulgùra etnùbeé densissim'a operire montem , clangorque buccin;*' vehementiùs perstrepebat... Totus enim nions Sinaï famabar... Et ascendebat fumus ex eo quasi de fornace; eratque omnis mons terribilis. Et sonitus buccinœ paulatim crescebat in majus, et prolixiùs tendebatur ( Exod., xix).

M. de Bois-Aymé observe dans sa Notice, que les Hébreux durent être d'autant plus effrayés de ce fracas , que les tonnerres sont moins fréquens en Egypte. Aussi se hâtèrent-ils de dire à Moïse qu'ils se contentaient d'être spectateurs éloignés.

11 Plutarque, Vie de Lycurgue.

12 Lettres de quelques Juifs portugais et espagnols à M. de Voltaire, t. IV, lettr. ni, §4

i3 Calmet, Commentaire littéral sur la Genèse, III, 19. — More NeÈoukim, part. III, chap. XXXIV (traduction de Buxtorf), intitulé ." Legem accommodatam esse ad totàm gentem communtter, non ad singulos. Nous reviendrons sur ce chapitre dans une des notes suivantes.

i4 Habentes autem donationes secundùm gratiamr quaedata est nobis diffèrentes; sive prophetiam secundùm ra— tionem fidei, sive ministerium in ministrando; sive qui docet in doctrinâ Unicuique autem datur manifestatio spiritûs ad utilitatem. Alii quidem per spiritum datur sermo sa— pientiœ; alii gratia sanitatum, alii operatio virtutum , alii prophetia , alii discretio spirituum, alii gênera linguarum.... Non potest autem oculus dicere manui : Operâ tuâ non indigeo; aut iterùm caput pedibus : Non estis mihi necessari» ( Epii. aux Romains , XU , I, aux Corinthiens, XII ).

i5 Numquid servus est Israël (JÉrémie , il, 14)?

i-G Mœurs des Israelites,§ XXIV.

17 Ego... qui confregi catenas cervicum vestrarum ut incederetis erecti ( Lévitiq., XXVI, ii).

18 Législat. primit., tom. I, ch. IV, p. 277.

19 Non faciès tibi sculptile, neque omnem similitudinem quae est in cœlo desuper et quae in terra deorsùm, nec eo^ rum quae suht in aquis, sub terrâ, non adorabis ea neque coles (Exod , XX, 4» 5). Custodite igitur sollicité animas vestras.... Ne forte decepti faciatis vobis sculptam similitudinem aut imaginemmasculi vel femina?... Ne fortè, elevatfs oculis ad cœlum, videas solem, lunam , astra, et adores ea et colas ( Deuler., IV, 15, 19 ).

Avouons que c'était là un bien grand argument en faveur des iconoclastes !....

20 Non patres pro filiis, nec filii pro patribus, sed unusquisque pro peccato suo morietur QDeuter., XXIV, 16).

21 Quid est quod inter vos parabolam vertatis in proverbium istud in terrâ Israël, dicentes: Patres comederunt uvam acerbam, et dentes filiorum obstupescunt? vivo ego, dicit Dominus Deus, si eritultra vobis parabola haec in pro- verbium in Israël Filius non portabit iniquitatem patris et pater non portabit iniquitatem filii; justitia justi erit super eum, impietas impii super eum.... Cùmque Amatzia obtinuisset regnum, percussit servos suos qui interfecerant regem patrem suum : filios autem eorum qui occiderant non occidit, juxta quod scriptumest in libro legis Moysis, sicut praecepit Dominus : Non morientur patres pro filiis, neque filii pro patribus : sed unusquisque in peccato suo morietur ( Ezéch., xviii, IV Rois, xiv).

22 Viderunt eam hostes et deriserunt sabbatha ejus ( Lamentât. , 1,7).

23 Fletjry , Mœurs des Israelites, p. 20.

24- Non succendetis ignem in omnibus habitaculis vestris per diem sabbathi (Exod. xxxv, 3).

25 Contrat social, liv. III, ch. XIII.

26 Memento ut diem sabbathi sanctifiées : sex diebus operaberis et faciès omnia opera tua. Septimo autem die sabbathum Domini Dei tui est; non faciès omne opus in eo, tu et filius tuus, et filia tua, servus tuus, et ancilla tua, jumentum tuum: et advena qui est intra portas tuas. Sex enim diebus fecit Dominus cœlum , et terram, et mare, et omnia quse eis sunt, et requievit in die septimo; idcircb benedixrt Dominus diei sabbathi et benedixit eum ( Ex0.1L , xx). -.:;,

2.7 Quo mihi multitudinem victimarum vestrarum?

Neomeniam, sabbathum, convocations et solemnitates vestras odivit anima mea; facta sunt mihi molesta.... Discite benefacere; quaerite judicium; subvenite oppresso; judi- cate pupillo; defendue viduam post haec vocaberis civitas

justi, urbs fidelis (isaie, I, 11., 17 ). - '-;

2&Exod.,.X,Deuteroni,X1. .-.-'.':[ ' - - --•

2.q De l'Indifférence en matière de Religion, toiti. I'H:r

ch. XXIII. . '- -.<.'..:'- . -. • .

3o Mveurs des Chrétiens, § dernier.

3i Coran , ch. XXVir, <ïiV.'

3a Coran, ch. XXXV, XXXvfl, LIT , LXXVI, etc.

33 Contrat-Social, liv. IV, ch. VIIl.

34 tlnum praeceptum erit atque judicium tàm vobis quàm advenis terras.

La Yulgate réduit à ces mots les versets i5 et 16 du chapitre xv des nombres qui ont une tout autre étendue et énergie dans le texte, dont voici le mot à mot: .i•?<!

O congregatio, statutum unum vobis et peregrino pere

grinanti Vos sicut, sic peregrinus erit ad faciès Jehovah;

lex(tora) una , judicium (michpat) unum erit vobis et peregrino. . . . - •

Au chapitre xxiv, v. 22, du Lévitique, la Vulgate

dit: ..'......„:

^Equum judicium sil inlei1 vos, sive peregrinus, sive cfvis peccaverit. 11 y a dans le texte : Judicium unum erit vobis; sicut peregrinus, sic indigena, quia ego Jehovah elohim tuus. Enfin, au ch. XIX, v. 3^ : Si habitaient advena in terrâ vestrâ et moratUs fuerit inler vos, sifintei* vos quasi indigena: et diligetis eum, quasi vosmetipsos. Fuistis enitii et vos advense in terrâ iEgypti. Ego Jehovah elohiih tuus;

Je reviendrai sur tout cela dans le livre consacré aux étrangers. Mais au sujet de ces principes, rappelons le chapitre de Maimonide, dont je n'ai cité que le titre dans la note i3. « Legem accommodatam esse adtotam gentem communitèr, non ad singulos. » '

Ex eisquœ in hoc negotio cognitu necessaria sunt est et hoc, quod lex non attendat ad ea qusesunt extraordinaria et rarb conlingentia; sed quidquid docet, sive id ad doctri- nam , sivc ad mores -spectet et actiones, respicit ad ea quœ communitèr et ordinariè soient fieri.... Hâc itaque de causa non decet ut ea quse sunt de-prima inteatiane legis tempore vel loco sint accommodata; sed oportet judicia et statuta esse absoluta et universalia, si eut Deusait: O congregatio, statutum unum est vobis. .....

Tous les développemens que Maimonide donne à ces principes sont remarquables. Sans doute ils se ressentent toujours du temps où ils furent écrits, mais il n'en est pas moins vrai que sa manière de voir sur une foule de questions, et même qu'un grand nombre de ses pages, sans y changer un mot, sont à une distance immense de son siècle, et des siècles postérieurs, et feraient honneur encore à un penseur de notre époque. « La loi, dit-il, est faite pour tous, mais il se trouve toujours quelques individus auquel le régime de la loi ne convient pas. D'où cela dépend-il? de ce que cette loi prend pour base les choses naturelles et universellement utiles. Or, comme il arrive que la nature des individus varie; comme il s'en trouve qui manquent des caractères naturels qui sont le partage de l'universalité, il s'ensuit toujours une opposition inévitable entre quelques individus et la loi» ( Même chapitre, xxxiv ). Mais, après avoir posé ce sage principe, Maimonide semble le pousser trop loin, ou du moins le présenter d'une manière trop absolue, quand il ajoute:

« ElőzőTovább »