Oldalképek
PDF
ePub

5o Non eos duxit Deus per viam terra; Philistiîm quos •vicina est :reputans ne forte pœniteret eum, si vidisset adversùm se bella consurgens et reverterentur in i*Egyptum... Loquere filiis Israël: reversi castrametentur è regione Pihahiroth qua e est inter Magdalum et mare contra Beelsephon : in conspectu ejus castra ponetis super mare. Diclurusque -est Pharao super filiis Israël : Coarctati sunt in terrâ; conclusit eos desertum (Exod., XIII, i7, XIV , a, 3).

5f Lors donc que les Hébreux étaient sur le bord de la Mer Rouge, ils se trouvèrent environnés de toute part... La mer les enfermait d'un côté, et ils l'étaient de l'autre par une montagne inaccessible et des rochers qui s'étendaient jusques au rivage (JosÈPHE, Antiq., liv. II, chap. VI ). Prendre une idée générale de cette disposition des lieux dans les cartes de l'Egypte.

52 Le rivage de la mer , dit le voyageur danois Niebuhr, a changé ici comme partout ailleurs. On rencontre sur toutes les côtes d'Arabie des indices que l'eau s'est retirée. (Voir le Mémoire de M. du Bois-Aymé Sur les anciennes limites de la Mer Rouge. Description de l'Egypte, tom. I.

Voyage d'Aly-Bey, tom. III, pag. 89).

53 Description de l'Egypte, tom. I. Notice citée de M. du Bois-Aymé, pag. 3ir.—Niebuhr observe que la partie du golfe où la ville de Suèz est située, semble n'avoir que la largeur d'un fleuve. [Description de. VArahie, pag. 410.) Hérodote savait que chaque jour cette mer se retire et revient (liv. III, § II), etDiodore ajoute qu'elle avait des îles longues, des passages étroits, et un flux et reflux trèsviolent (liv. III).

54 Notice citée de M. du Bois-Aymé.— Mémorial de Sainte-Hélène , tom. I.

55 J'ai rapporté tout ceci en particulier, selon que je l'ai trouvé écrit dans les livres saints. Personne ne doit considérer comme une chose impossible que des hommes qui vivaient dans l'innocence et dans la simplicité de ces premiers temps, aient trouvé, pour se sauver, Un passage dans la mer, soit qu'elle se fût ouverte d'elle-même, ou que cela ait dépendu de la volonté de Dieu. La même chose a été exécutée par les Macédoniens, quand ils passèrent la mer de Pamphylie sous la conduite d'Alexandre, de qui Dieu voulut se servir pour ruiner l'empire des Perses (joseph E, Anliq., liv. II, chap. VII ).

Là est le mont Climax, dit Strabon, qui entre dans la merde Pamphylie, et qui laisse un passage lorsque les flots sont calmes; mais dès que la mer devient grosse, ce chemin est en entier sous les eaux. Malgré la saison d'hiver, Alexandre y fit passer son armée (Liv. XIX, chap. il, §9).

56 Description de l'Egypte. Mémoire sur les anciennes limites de la Mer Rouge.

57 Cùmque extendisset Moyses manum super mare, abstulil illud Dominus fiante vento vehenienti, et urente totâ nocte et vertit in siccum: divisaque est aqua {Escod., XIV, 2 1 ). Le texte dit : fecit abire , il fit retirer la mer: en effet, plus loin on la verra redire , revenir.

58 Et ingressi sunt filii Israël per medium sicci maris: erat enim aquae quasi munis à dexterâ eorum et laevâ.

Persequentesque iEgyptii ingressi sunt post eos

Jamque advenerat vigilia matutina, et ecce respiciens Dominus super castra .ÂEgyptiorum per columnam ignis et nubis , interfecit exercitum eorum : et subvertit rotas curruum , ferebanturque in profundum: dixerunt ergb .ÂEgyptii : fugiamus Israëlem! Dominus enim pugnat pro eis contra nos. Et ait Dominus ad Moysen : Extende manum tuam super mare ut revertantur aquae ad jSEgyptios super currus et equites eorum. Cùmque extendisset Moyses- manum contra mare , reversum est primo diluculo ad priorem locum: fu^ientibusque -ÂEgyptiis, oceurrerunt aquae et involvit eos Dominus in mediis fltictibus. Reversaeque sunt aqua e et operuerunt currus et equites -cuncti exercitûs Pharaonis, qui sequentes ingressi fuerantmare: nec unus quidem superfuit ex eis. Filii autem Israël perrexerunt per médium sicci maris, et aquae eis erant quasi pro muro à dextris et à sinistris : liberavitque Dominus in die illâ Israël de manu ./SEgyptiorum. Et viderunt ./Egyptios mortuos super littus maris, et manurn mâgnam quam exercuerat Dominus contra eos : tiniuilquc populus Dominum, et crediderunt Domino, et Moysi servo ejus {Exod. XIV, 22-3i). cité dans la note précédente. On n'y remarque pas une coupe de strophes invariables. Le rithme est tout arbitraire; et c'est plutôt par la majesté des paroles et les inflexions de voix dont on les accompagnait, qu'il se distingue de la prose. Quant aux tambours avec lesquels s'accompagnaient Miriam et le chœur des femmes, c'étaient probablement des tambours de basque trèscommuns chez lès 'Arabes et dans tout l'Orient.

Pour peu qu'on veuille prendre en considération le temps où ces choses ont été écrites, le caractère général des langues et du style orientaux, la manière particulière des écrivains hébreux, le but que se proposait l'auteur, il est impossible de ne pas reconnaître beaucoup de simplicité et de franchise dans ce récit.

Michaëlis a établi que les Hébreux commencèrent leur passage à huit heures du soir, et que jusqu'à trois heures environ du matin, c'est-à-dire pendant six ou sept heures, ils eurent le temps de traverser une étendue d'un mille et demi environ. On a pensé aussi que ce ne fut pas tout le peuple qui avait traversé la mer, mais seulement les hommes capables de porter les armes. Lorsque Moïse fut parvenu dans sa première marche à l'extrémité de la Mer Rouge, il aurait dirigé vers l'Arabie une partie du peuple , les femmes, les enfans, les vieillards,' en même temps tous les troupeaux, et il ne serait revenu sur ses pas qu'avec l'élite de son armée.

59 La manière dont fut chanté ce cantique, les paroles de ce cantique et son auteur ont donné lieu à de grandes discussions. Je ne m'arrête pas à ces questions qui n'ont pour résultat que des probabilités. Mais ce qui me semble plus positif, c'est la nécessité d'y voir un langage poétique tout différent du langage historique

[ocr errors]

Tune cecinit Moyses et filii Israël carmen hoc Domino, et dixerunt: cantemus Domino : gloriosè enim magnificatus est; equum et ascensorem dejecit in mare, fortitudo mea est; et laus mea Doniinus, et factus est mihi in salutem: iste Deus meus, et glorificabo eum : deus patris mei et exaltabo eum.

Jèhovàh, quasi vir pugnator, omnipotens nomen ejus. Currus Pharaonis et exercitum ejus projecit in mare : electi principes ejus submersi sunt in mari. Abyssi operuerunt eos, descenderunt in profundum quasi lapis. Dexteratua, Domine, magnificata est in fortitudine : dextera tua, Domine, percussit inimicum, et in multitudine gloriaï tuae deposuisti adversarios tuos : misisti iram tuam, quae devo— ravit eos sicut stipulam. Et in spiritu furoris tui congregatse sunt aquse : stetit unda fluens, congregalae sunt abyssi in medio mari.

Je le demande maintenant: est-il possible à qui que ce soit de ne pas voir dans ces eaux arrêtées et condensées, une image poétique? L'un des versets précédens dit que la colère de Dieu dévora les Égyptiens comme le feu dévore la paille: un autre dit qu'ils tombèrent au fond de l'eau comme du plomb. Or, cela n'est pas d'une vérité rigoureuse : la paille dévorée par le feu ne laisse plus de trace; une masse de plomb en proportion de la masse des Egyptiens, resterait inébranlablement fixée au fond de l'eau, tandis que les corps des submergés ne disparurent point, et furent poussés sur le rivage. Aussi voyez quelle différence entre les deux récits : les eaux se retirèrent par un vent trèsviolent , dit l'historien ; le souffle de la colère de Jéhovah fit arrêter les eaux, les amoncela, les condensa, dit le poète. Les eaux retournèrent sur le matin, dit l'historien : Jéhovah souffla de nouveau, et tout cet amas condensé tomba sur les Égyptiens, dit le poète.

Au pied du mont Adule entre mille roseaux, _ ,
Le Rhin tranquille et fier du progrès de ses eaux,
Appuyé d'une main sur son urne penchante
Dormait au bruit flatteur de son onde naissante,
Quand un cri tout à coup, suivi de mille cris,
De ce calme profond vient tirer ses esprits.
Il se lève, il regarde... . •.

Parmi les raisons qu'ont données de part et d'autre les auteurs qui soutiennent que les livres de Moïse ont été écrits long-temps après lui, et ceux qui lui en attribuent la rédaction même, il en est une qui frappe par-dessus toutes : c'est que le peuple hébreu devient beaucoup plus étonnant, s'il faut y reconnaître une série d'hommes dominés par la même pensée, et travaillant à des siècles de distance les uns des autres comme s'ils n'eussent été qu'un même individu; c'est que toutes ces choses, considérées comme objet d'imagination, ne seraient pas moins remarquables que si leur réalité était hors de litige.

60 Alors il prit un morceau de bois qu'il fendit en deux, et, après l'avoir jeté dans le puits, il dit au peuple que Dieu avait exaucé sa prière, et qu'il ôterait à •cette,,eau. tout ce qu'elle avait de mauvais. pourvu qu'ils exécutassent ce qu'il leur ordonnerait. Ils lui demandèrent ce qu'ils

''«Il c'.;.;».J il •,•,.' J > 1 ' ."'' ', .•' , . . vi 1::. Rr.ni avaient à' faire; il commanda aux plus robustes de tirer de

I'èau !de ce puits, et les assura que celle qui y resterait se

« ElőzőTovább »