Oldalképek
PDF
ePub

pour eux comme un lion qui tombe sur sa proie, et je rentrerai dans ma demeure, jusqu'à ce qu'ils se reconnaissent coupables et qu'ils cherchent ma présence l8. »

Tel est donc le jubilé mosaïque, que l'Eglise romaine a imité, quand elle a fondé ses époques jubilaires. Mais les différences qui existent entre les deux doctrines se répètent dans les deux institutions. En Israël, il s'agit de la liberté, de l'égalité temporelles, tandis que l'autre jubilé se rapporte à la délivrance des âmes placées sous le joug du péché, et à l'égalité de béatitude dont jouiront les élus dans le monde invisible.

Laconfuskm produite parlacaptivité de Babylone ne permit ensuite que de satisfaire d'une manière incomplète à cette loi. L'influence étrangère et les discordes intérieures finirent par la faire tomber totalement en désuétude.

Sous son empire , l'étranger affilié depuis le partage des terres était obligé d'épouser une fille héritière , pour acquérir à ses enfans la propriété perpétuelle. Mais la propriété des maisons sises dans les villes entourées de murailles s'obtenait bien plus aisément; et l'on apercoit déjà en cela l'esprit sociable et hospitalier du législateur, qui, après avoir répondu aux besoins de l'époque, fit une exception inx

[ocr errors]

PETITE PROPRIÉTÉ. »5lportante, pour assurer dans les grandes villes des habitations fixes, non seulement auxcitoyens de toutes les tribus que l'industrie ou le commerce y attireraient, mais aux étrangers en général. La loi en effet veut qu'au bout d'un an, à dater de la vente , ces maisons ne soient plus soumises ni au droit de rachat ni au droit jubilaire '9.

Si le respect de la propriété est un des caractères d'un pays libre, on aperçoit donc à travers ces différentes lois, le dessein arrêté du législateur de mettre cette propriété, autant qu'il dépendait de lui, à l'abri des usurpations de la puissance; et certes, peut-on terminer ce sujet, par une déclaration de principes plus frappante que le terrible anathème qu'attira sur la tête du roi Achab, l'odieux abus qu'il fit de son autorité , pour s'emparer de la vigne d'un citoyen. Voulant former un jardin près de son palais , il appela Naboth et lui dit: « Vends-moi ta vigne, je t'en prie, ou pour de l'argent, ou pour une vigne meilleure ? — Ni l'un ni l'autre : c'est l'héritage de mes pères, je veux le garder. » Mais la méchante Jézabel, femme d'Achab, ayant séduit des témoins et les juges, fit condamner Naboth à mort, et le roi s'associa au meurtre en usurpant la vigne fatale. A cette nouvelle, le prophète Elie accourut, et d'une voix tonnante: «Malheur! malheur à Achab! Son sceptre sera brisé, et dans le champ même de Naboth, les chiens lécheront son sang et celui de l'impie Jézabel. »

CHAPITRE III.

COMBINAISON DES INTERETS DE LA TRIBU DE LEVI
AVEC CEUX DES AUTRES TRIBUS.

[ocr errors]

Dans le livre qui traite de la magistrature sacerdotale^ j'avais annoncé une combinaison remarquable entre ses intérêts matériels et les intérêts des autres tribus; j'yarrive en ce moment. La tribu de Lévi jetée parmi toutes les autres, pour le service de la loi, fut de prime-abord exclue du partage des terres. Quelle différence avec les prêtres égyptiens, possesseurs de la troisième partie environ des propriétés foncières, et avec le clergé des temps modernes qui s'était élancé sur les traces du sacerdoce d'Egypte !....

Dès qu'il eut privé cette tribu du lot qui lui revenait naturellement sur les douze portions de la terre promise, le législateur lui accorda en dédommagement la dîme générale, les oblations et prémices des fruits qui n'étaient pas de très-grande importance*, puisqu'une simple corbeille suffisait pour les renfermer 20; enfin l'épaule droite et la poitrine de tout animal premier-né et de tout animal sacrifié volontairement ". Par suite de cette disposition on rachetait les animaux impropres à servir de nourriture ; on alla même jusqu'à racheter le premierné de l'homme, dans une cérémonie dont je parlerai plus tard, et qui, loin d'entraîner une idée offensante, était destinée à rappeler un droit.

De tout cela, ne résultait-il pas pour cette tribu très-inférieure aux autres par sa population , et surtout pour les sacerdotes, une part disproportionnée, exorbitante, inique? Sans doute il faudrait porter ce jugement, si des considérations qui tiennent à la nature de la répartition, des circonstances et de certaines locutions ne modifiaient point un premier calcul.

Chaque septième année appelée sabbatique, la tribu de Lévi ne reçoit ni dixième, ni pré* Et tous devant l'autel avec ordre introduits,

De leurs champs dans leurs mains portant les premiers fruits. Au Dieu de l'univers présentaient leurs prémices.

« ElőzőTovább »