Oldalképek
PDF
ePub

gante et poétique leurs devoirs. Alors la parole de l'Eternel me fut adressée : « Quand l'ennemi s'avance vers un pays où le peuple a établi un des siens en sentinelle; si cette sentinelle sonne du cor, et si le peuple, quoiqu'il ait bien entendu, ne se défend point, son sang retombe sur lui seul; mais si la sentinelle ne sonne pas du cor et laisse surprendre le peuple, je lui demande compte à elle-même du sang versé. Je t'ai établi, ô prophète , pour sentinelle d'Israël; tu écouteras ma parole et tu les harangueras de ma part : alors tes devoirs seront remplis; mais si tu gardes le silence et qu'ils périssent, à toimême je tiendrai compte de leur malheur". » Ainsi, quelle nouvelle différence entre Israël et l'Egypte ! Chez celle-ci la masse des citoyens n'oserait, sans encourir les plus terribles peines, prononcer quelques mots des affaires de l'Etat: c'est Harpocrate ayant le doigt sur la bouche; c'est le silence qui est Dieu: en Israël, c'est la parole. Qu'importent certains abus! mieux vaut laisser leur libre cours à des torrens de paroles vaines, qu'en arrêter une seule qui viendrait de par l'Eternel *.

* Lorsqu'un prétendu prophète , nommé Semaïa, proposa à un pontife de prendre autorité sur les orateurs que la vue des injustices agitait, de les réprimer, de leur fermer la bouche, Jérémie le traita de misérable et de factieux, et le voua à la vengeance céleste. 'Jirèm. , xxix, 26, 27 , 32. )

[graphic]

Les prophètes parlaient souvent d'abondance; d'autres fois ils lisaient leurs discours, qui prouvent l'entière liberté qui leur était laissée contre tous les fonctionnaires sans exception et contre le peuple en masse, dont l'indolence, l'égoïsme et les superstitions paraissaient à leurs yeux la cause première des maux qui retombaient sur lui.

« Peuple chargé d'iniquités, s'écriait Isaïe désolé des abus qui avaient perverti la constitution de l'Etat, tu irrites par tes mépris le Saint d'Israël; aussi ta tête souffre et ton cœur reste languissant : reviens à la voix de ton Dieu; prête l'oreille à la loi; sinon tu périras. Tes gouverneurs sont comme des larrons; ils ne courent qu'après les récompenses; ils ne font pas droit à l'orphelin , et ils sacrifient la veuve; c'est pourquoi le Puissant d'Israël a dit : Je les punirai, je me vengerai;... et je rétablirai les juges tels qu'ils furent la première fois, et les conseillers tels qu'au commencement107. »

« Il est arrivé sur cette terre, s'écrient Jérémie, Michée, Ezéchiel, une chose étonnante et qui fait horreur: de vils prophètes ont prêché le mensonge; les sacerdotes ont dominé par leur moyen; et mon peuple a pu aimer cela !... Nous sommes remplis de l'esprit de justice et de courage, pour censurer Israël : écoutez donc, chefs de la maison de Jacob, conducteurs du peuple, qui avez le jugement en abomination et qui pervertissez tout ce qui est droit : on bâtit Sion de sang et Jérusalem d'injustices. Ses chefs, semblables à des loups qui ravissent leur proie, ne jugent et n'administrent que pour des récompenses; ses sacerdotes n'enseignent que par intérêt; ses prophètes ne parlent que pour de l'argent; puis ils s'appuient tous sur Dieu, en disant : Dieu n'est-il pas parmi nous! '"8. »

Enfin, c'est toujours dans le même sens que les prophètes bien inspirés prêchent le peuple; pour le triomphe de la loi sur l'arbitraire; du désintéressement sur l'avidité; de la liberté sur la servitude, qu'ils déploient une véhémence sans mesure; car leur imagination bizarre et fougueuse franchit en un clin d'œil et la terre et les cieux, pour y puiser les images les plus propres à frapper les esprits, et à communiquer leur enthousiasme *.

L'étranger, établi en Israël, pourra-t-il prophétiser? Oui, pour l'étranger affilié et le fils d'un étranger et d'une femme israëlite: celui qui n'est pas affilié ne prophétisera point, ne censurera point les actes publics, ne prescrira rien au nom de Jéhovah, par la raison qu'il ne reconnaît point légalement ce Dieu, ni sa voix, qui est la loi de l'Etat; mais il donnera en son nom privé des conseils, il fera des propositions, il adressera des reproches. Simple passager parmi les Hébreux, Jéthro, prêtre de Madian, qui n'est fils ni d'un homme ni d'une femme israëlite, communique une proposition au législateur; et cette proposition ayant été trouvée bonne, passe pour parole de Dieu, c'est-à-dire, parole excellente '°9.

* Quelquefois ils avaient recours à des formes dramatiques réelles. Tel est Jérémie paraissant sur la place publique avec un joug sur le cou , pour exprimer qu'on n'échapperait pas au joug des Chaldéens.

Telles sont dans toute leur simplicité les fonctions politiques des prophètes. Mais après avoir reconnu la nécessité des sentinelles courageux, le législateur fit quelques lois répressives et non préventives, qui servent de développement à ce précepte du Décalogue: « Vous ne prendrez point en vain le nom de Jéhovah. »

Trois chefs principaux d'accusation peuvent être dirigés contre tout prophète : s'il parle au nom des dieux inconnus ou étrangers; car celui qui les invoque est censé renoncer aux principes de l'unité nationale , mettre le particulier au-dessus du général, proscrire l'égalité politique, la liberté, la loi : or il n'existe ici aucun sujet d'équivoque; tout orateur connaît le nom sous les auspices duquel on doit se faire entendre. Lorsqu'il avance des choses matériellement fausses ou contraires à la loi; ce second chef correspond à celui qu'on dirigeaità Athènes contre les orateurs publics, sous le nom d'accusation par illégalité *. S'il a annoncé avec assurance des événemens qui ne sont point arrivés; car sa parole pouvait abuser le peuple, le conduire à de fausses démarches; surtout le rendre insensible à la voix d'autres hommes plus sages que lui : mais- il était d'autant plus facile au prophète d'éviter cette faute, que rien ne l'obligeait à préciser les époques. « L'Hébreu qui aura parlé fièrement, sans raison, sans lumières, par ambition ou par vanité au nom du Dieu d'Israël, et aura dit des choses qu'il ne lui a pas commandé de dire, et celui qui parlera au nom d'autres dieux, sera puni. Si tu demandes comment on reconnaît la parole que Jéhovah n'a point dite? Quand la chose avancée par le prophète ne sera point ou n'arrivera point, il aura parlé fièrement, et tu n'auras aucune crainte de lui "°. »

Personne n'avait le droit d'exigerd'un homme qui s'annoncait comme prophète, disent Maimo* Celui qui proposera une loi contraire à l'intérêt public sera niisen jugement {Lois athéniennes, de Samuel Petit, chap. iv).

« ElőzőTovább »