Oeuvres complètes d'Hamilton, 3. kötet

Első borító

Részletek a könyvből

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

139. oldal - Enfin , je n'y ai rien trouvé à redire que de n'être pas assez long ; cela ne me paroît pas un défaut dans un ouvrage de cette nature, où il faut montrer un air libre, et affecter même quelquefois , à mon avis, un peu de négligence. Cependant, Monsieur , comme dans l'endroit de ce manuscrit où vous parlez de moi magnifiquement, vous prétendez que, si j'entreprenois de louer M.
291. oldal - D'où vient donc que vous avez songé à m'en écrire une? Est-ce que vous vouliez m'apprendre mon métier , et que vous pensez savoir mieux que moi où il faut placer les belles figures et les comparaisons du soleil ? La vérité est cependant que votre plume a mieux fait que vous, et non-seulement ne s'est point guindée pour me dire de belles choses mais , en me disant des choses très badines , m'a autorisé à vous en dire de pareilles ; c'est de quoi je m'accommode fort , et dont je saurai...
170. oldal - ... peine qu'elles nous donnent en votre absence. A chaque mouvement que font les armées nous les voyons tout éperdues ; elles s'imaginent qu'on ne marche que pour se battre , et qu'on n'en veut qu'à leurs maris ; notre rhétorique ne fait que blanchir auprès de leur frayeur ; et le seul expédient que nous ayons trouvé pour étourdir leurs tendres inquiétudes , est de faire diversion par de petites parties de plaisir, purement à vos intentions. Le sieur Cuzac , pour cet effet, leur donna...
292. oldal - Apollon, nous ne le pouvons plus souffrir , surtout depuis qu'il n'a plus voulu entreprendre de guérir messieurs de de la folie de juger des ouvrages. Je le tiens de la Faculté ; je lui pardonne pourtant volontiers la défense qu'il vous a faite de m'écrire de belles lettres ; mais non pas de m'écrire , comme vous faites , tout ce qui vient au bout de la plume , et surtout de m'assurer que madame de N.... et madame de Q.... me font l'honneur de se souvenir de moi ; cela ne s'appelle point magno...
140. oldal - ... qu'étant encore fort loin de son âge , je sens le peu de génie que j'ai pu avoir autrefois , entièrement diminué et tirant à sa fin. C'est sur cela que je me suis récrié : Fait d'un...
221. oldal - ... trouvez de tout cela ; mais pour moi je vous en fais de bon cœur mon compliment. Il est vrai que vous vous portez bien, et que, dans une mêlée où vous avez eu le plaisir de vous fourrer bien avant , vous n'avez pu vous faire donner quelque balafre au milieu du visage , ou quelque incision cruciale au haut de la tête , et ce n'est pas contentement pour un homme avide de gloire.
451. oldal - La sagesse et son esprit sont d'une main céleste : Mille attraits m'ont informé Que les Grâces ont formé Le reste. Du vif éclat de son teint quelles couleurs sont dignes ? Flore a bien moins de fraîcheur, Et sa gorge a la blancheur Des cygnes.
305. oldal - J'ai renvoyé ces malheureuses Troquer avec des revendeuses Leur cothurne et leurs guenillons. Vous vous étonnerez peut-être Que ces merveilleux changements Ne coûtent à vos agréments Que le temps de faire connoître Ce que vous choisissez pour vos amusements; Mais vous seriez moins étonnée , Et vous en penseriez bien mieux , Si , comme moi persuadée , Vous saviez comme moi le pouvoir de vos yeux. Avec cette façon de penser, et de la manière dont je viens de traiter ces pauvres muses à...
94. oldal - J'ose dire , me répondit-elle , qu'ils n'en ont pas une idée assez distincte , et qu'ils la confondent avec la débauche ; car la vérité n'est-elle pas , en quelque sorte , la volupté de l'entendement ? La poésie , la musique , la peinture , l'éloquence , la sculpture , ne font-elles pas tous les plaisirs de l'imagination ? Il en est de même des vins exquis , des mets délicieux , et de tout ce qui peut flatter le goût , sans altérer le tempérament. Pourvu que la raison conserve son empire...
169. oldal - Vous êtes fort incommodes, vous autres gens de guerre, qui vous rendez si terribles à vos ennemis et si chers à vos femmes ; vous ne sauriez croire la peine qu'elles nous donnent en votre absence. A chaque mouvement que font les armées nous les voyons tout éperdues ; elles s'imaginent qu'on ne marche que pour se...

Bibliográfiai információk