Oldalképek
PDF
ePub

raccourci existerait dans le trajet Paris et Brindisi tonnage des fruits et légumes expédiés sur l'Anglesuivi par la Malle des Indes et convoitée par l'Autriche terre, pour Salonique.”

“Le percement du Simplon procurera une voie plus

courte et d'une exploitation moins coûteuse et pourra C'n projet aussi grandiose s'imposa peu à

avoir pour résultat de ramener sur les lignes franpeu à l'attention des économistes et des

çaises et dans nos ports-Boulogne, Calais, et Dunhommes d'affaires. Le Comitê de Genève a

kerque à une partie très importante du trafic perdu eu la grande satisfaction de voir se créer

par suite du percement du St. Gothard. d'autres Comités, dont un très actif à Paris

“ Et, après avoir comparé les divers projets, la sous la Présidence du Sénateur M. Ch. Prevet. Chambre de Dunkerque n'hésite pas à conclure : Puis de constater que les Chambres de Com “Dans ces conditions, nous ne pouvons que promerce des diverses régions de la France n'ont poser de donner un avis très favorable à la construcpas tardé à appuyer la création de cette ligne. tion de la ligne de la “ Faucille" reliant Lons-le. Jamais sur le territoire de la France un tel | Saunier à Genève par St. Claude.”. élan pour une étude économique ne s'était M. le Président Darquer, à la réunion de la manifesté. Un écrivain des plus distingués, Chambre de Commerce de Calais, le 25 Avril M. Charles Loiseau, a fait tout dernièrement à dernier, s'exprimait également ainsi : propos d'une enquête ouverte par le Ministère

“Le port de Calais étant la tête de ligne des relafrançais du Commerce un classement très

tions entre la Grande-Bretagne, la Suisse et l'Italie, suggestif, en groupant par régions, les intérêts a un intérêt considérable à voir les communications variés auxquels répond le percement du Jura. entre ces points s'établir d'une façon plus rapide et • Il est arrivé au résultat suivant.

plus économique. Aussi nous empressons-nous de

répondre à l'appel de la Chambre de Commerce 1°.-Groupe Des Ports De La Manche.-- | française de Genève en lui faisant part du veu que Les Chambres de Commerce de tous les nous exprimons ici : grands ports de la Manche ont donné la “Qu'il faut à tout prix contrebalancer la fâcheuse préférence au projet de la Faucille-soit celles influence qui se fera sentir sur le trafic général frande : Boulogne-sur-Mer; Calais; Cherbourg ; cais à l'ouverture de la ligne nouvelle du Simplon; Dieppe ; Dunkerque ; Honfleur; Rouen.

“Qu'il faut arrêter la décadence que nous avons La plupart de ces Chambres de Commerce,

subie déjà par la concurrence que nous fait la ligne du

Saint-Gothard; organes des ports qui font tête à l'Angleterre,

"Qu'il faut donc choisir vite entre les projets à se préoccupent naturellement de la concurrence

l'étude celui qui peut le plus facilement aboutir.” à organiser contre la ligne du Gothard et du

“Par notre situation nous avons à nous occuper, passage de la Malles des Indes par le territoire

avant tout, du trafic des voyageurs et incidemment du français. Celle de Dunkerque par exemple,

service postal de la malle des Indes. Nous dirons s'exprime en ces termes :

donc avec M. Noblemaire, directeur de la Compagnie “Le percement du St. Gothard a eu pour résultat

P.-L.-M.; immédiat de faire passer par cette voie et sur les "Que les voyageurs réclament la durée minima cu lignes étrangères, Suisse, Allemagne, Belgique, | trajet, etc." presque toutes les marchandises d'un prix élevé, telles que la soie, les fruits frais ou secs, les légumes, le lait 2o.-Groupe Des Villes Industrielles du condensé, le fromage, etc., etc., expédiés d'Italie en Nord.-Les Chambres de Commerce de la pluAngleterre.

part des grandes villes industrielles du Nord ont “ Précédemment ces marchandises prenaient la voie adhéré au projet de la Faucille, soit celles du Mont-Cenis et traversaient toute la France de

de :---Amiens, Beauvais, Cambrai, Douai, Modane à Boulogne, Calais ou Dunkerque.

Lille, St. Omer, St. Quentin, Roubaix, Tour“Ce détournement de trafic a donc frappé non

coing, Valenciennes. seulement nos chemins de fer, mais nos ports et les

Les raisons qui paraissent avoir inspiré ces lignes régulières de navigation qui les desservent.

compagnies se tirent d'abord de l'intérêt “Le tonnage ainsi détourné est d'une importance

général, envisagé comme l'on fait les organes telle, qu'il a contribué à la création d'une ligne régulière quotidienne entre Ostende et Tilbury-Dock

des villes maritimes du Nord. Les Chambres (Londres).

de Commerce de Beauvais et de St. Omer “ Pour donner une idée de l'importance de ce ton

notamment, ont élaboré à ce sujet, des dinage, il suffit de citer les transports de fruits et libérations aussi complètes que concluantes. légumes expédiés par Dunkerque via Hull et Goole. D'autres en établissant les statistiques du

“Ce tonnage, pour la dernière campagne, de Juillet 1 commerce de la région du Nord avec la Suisse à Octobre 1901, s'est élevé à plus de 300,000 kilo. | et l'Italie, démontrent, par le fait même, grammes et ne présente qu’ure fraction très faible du l'intérêt de cette région à être reliée aux marchés suisse et italien par la ligne la plus 5o.-Group de l'Est.–On eut pu s'attendre à rapide et susceptible de l'exploitation la plus ce que les départements de l'Est, s'inspirant aisée. Celle de Lille est très affirmative sur de l'affinité, d'ailleurs purement géographique, ce point.

qui semble au premier abord, se révéler entre

leurs intérêts et le tracé Frasnes-Vallorbes, 3o.-Groupe Des Ports de L'Atlantique. accordassent à ce tracé la majorité de leurs Ont adhéré au projet de la Faucille les Cham- | suffrages. · Il n'en a rien été. Seules, les bres de Commerce de :-Bordeaux, Brest, Chambres de Commerce de Gray et de BeszanLa Rochelle, Nantes, St. Nazaire, Rochefort. çon se sont prononcées en faveur de Frasnes.

Les compagnies qui représentent les intérêts La Faucille, dans le même groupe, a réuni de ces ports se sont inspirées del’utilité d'un sys les adhésions de Chambres de Commerce tème de communication, soit ferré, soit fluvial, suivantes :- Auxerre, Beaune, Belfort, Châlonsmieux approprié aux besoins d'échange entre sur-Marne, Dijon, Epinal, Lons-le-Saunicr, ce littoral de l'Atlantique, d'une part, l'Europe

Reims, Sens, Troyes. centrale et méridionale de l'autre. Leur pré La situation du col du Simplon est beaucoup férence en faveur d'une ligne de Lons-le

moins avantageuse pour l'Allemagne que celle Saunier à Genève se tire de l'impossibilité du St. Gothard, dit la Chambre de Commerce d'organiser pratiquement ces communications

de Châlons-sur-Marne. L'accès du Simplon par le plateau de Pontarlier alors que-tout au est tourné vers la France; c'est la vallée du contraire-la percée du Jura à proximité de

Rhône ; Bonaparte l'avait déjà compris, quand Chagny et de Châlon-sur-Saone, permet de

il en fit la principale et la plus courte voie de relier aisément le bassin de la Loire à la haute communication de Paris à Milan. On peut vallée du Rhône.

dire à cet égard, que Genève est la porte du

Simplon, et que l'Etat qui pourra arriver le plus 4*--Groupe du Centre Ouest.-Les Cham commodément et le plus rapidement, en aura, bres de Commerce de la région Centre-Ouest

pour ainsi dire, la clef. Mais il y a, entre qui ont adhéré au projet de la Faucille sont

Genève et nous, un obstacle, moins sérieux très nombreuses.

que celui des Alpes, mais qui, par sa configurEn voici la liste :-Alençon, Angers, Ang.

ation en lignes paralleles, n'en constitue pas oulême, Bergerac, Blois, Bourges, Château

moins un rempart assez difficile à percer, c'est roux, Chartres, Cholet, Elbeuf, Evreux, Guéret,

Guéret. | le Jura. Le Mans. Laval, Montluçon, Moulins, Nevers, 1 L'adhésion de la Chambre de Dijon a Poitiers, Rennes, Saumur, Saint-Brieuc.

d'autant plus de prix que Dijon se trouve placé Presque toutes les délibérations émises par au point d'intersection des lignes quelconques ces compagnies écartent expressément (Mont

qui, du côté français, permettent d'aboutir au luçon, Nevers, Poitiers, Tours), le tracé, Simplon. C'est cependant avec une extrême Frasnes-Vallorbes, comme n'ouvrant qu'une

énergie que le rapporteur se prononce en faveur porte restreinte, et dont la vallée de la Loire

de la Faucille. ne bénéficierait jamis vers la Suisse, l'Italie et

Voici quelques passages de ce document. l'Orient : -" Il n'est pas possible, dit la “Le projet du percement de la Faucille est réChambre de Montluçon, de raccorder utile clamé par la majorité en France. Il ne rencontre ment soit le réseau ferré du Centre, soit surtout d'adversaires que dans les régions qui se verraient le réseau navigable, à une ligne ne s'infléchis

délaissées et dont les intérêts seraients lésés par son sant pas au-dessous de Dijon. On peut donc

adoption. Ces intérêts, quelque respectables qu'ils

soient, ne sont toutefois que des intérêts particuliers, avancer, a priori que le plus mauvais tracé,

qui doivent fléchir devant les intérêts généraux de la au point de vue des intérêts du Centre, est

nation. celui qui consiste à utiliser la ligne actuelle Paris-Lausanne, même ramenée à un profil moins défectueux et abrégée de 17 klm., par

“Si nous considérons ce qui se passe autour de un raccourci entre Frasne et la gare suisse de

nous, si nous regardons, si nous estimons les énormes

sacrifices que s'imposent les nations voisines pour le Vallorbes-projet qui doit à son économie

développement, sur leur sol, des moyens de transport, apparente de rallier certaines adhésions."

qui constituent aujourd'hui une des principales La Chambre de Commerce de Nevers, parmi

questions vitales des nations; si nous examinons ce beaucoup d'autres, insiste sur le raccourcisse

qui se fait en Allemagne, en Suisse et même en ment des distances entre la bassin de la Loire Belgique, où l'Etat vient de décider la construction et la région du Léman, qui résulterait du perce d'une gare centrale à Bruxelles, pour laquelle il va ment de la Faucille.

consacrer une somme presque équivalente à ce que

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

coûtera la ligne de la Faucille, nous avons l'entière mais dont les divers éléments, mûs par le même conviction, arrêtée d'ailleurs depuis longtemps dans esprit de haine et de vengeance contre un ennemi de nos esprits que la France ne peut rester plus long. I plus d'un demi siècle, avaient réussi à se grouper temps en arrière, et qu'elle se doit à elle-même de dans un commun effort pour l'écrasement, qu'ils défendre par les moyens les plus énergiques ses escomptaient définitif, de notre beau pays de France. intérêts menacés.”

Le colosse germanique se dressait désormais à nos 6o.- Groupe du Midi.-Ce sont à l'évidence côtés, et nous payions bien cher la glorie de deux des considérations du même ordre, c'est-à

périodes d'Empire et les fautes de la Restauration. dire indemnes de tout esprit de particularisme

"La Jeune Allemagne, invulnérable grâce à sa régional, qui ont valu aux projet de la Faucille

puissante organisation militaire, ne rêva qu'une chose: le suffrage des Chambres de Commerce

devenir la nation la plus industrielle du monde.

L'œuvre était gigantesque et, nous devons bien suivantes :-Agen, Aubenas, Castres, Mont

l'avouer, les efforts sans cesse dirigés avec un remarauban, Nice, Perpignan, Tarbes, Toulouse.

quable ensemble de vues dans cet ordre d'idées, furent En rapprochant cette liste de précédentes,

couronnés d'un succès dépassant les plus magnifiques on est amené à conclure qu'il n'est, à cette espérances. heure, pas une région de la France, si éloignée “Pendant ce temps, la France, avec une vitalité soit-elle de la zone immédiatement intéressée | insoupçonnée se mit à la besogne, pansa sa large au percement du Jura, où ce projet n'ait blessure, réorganisa ses finances, son armée, sa marine, rencontré des partisans, en tant qu'expression etc., et stupéfia le monde par la rapidité avec laquelle de la vérité technique et économique. C'est

elle se trouva bientôt prête à faire de nouveau face là un succès moral dont il convient dès

aux événements. Mais, bélas ! il fallait compter avec aujourd'hui de prendre acte. D'autres

les conquêtes économiques de sa terrible voisine, et suivront.

notre pays se trouvait pour toujours en présence d'un

concurrent des plus redoubtables, à qui son magni. Nous ne pouvons passer sous silence égale

fique élan avait donnê dix annése d'avance. Il est ment l'opinion de M. Emile Perrot, Professeur

nécessare aussi d'ajouter que les méthodes scientifiques à l'Université de Paris, qui dans une confér.

commerciales prévalurent dès l'abord partout en ence récemment faite dans cette ville s'ex

Allemagne, tandis qu'actuellement l'intérêt de ces primait ainsi :

méthodes échappe encore à bon nombre de nos in“Les conditions générales de l'existence des peuples dustriels. sont, comme celles des individus, soumises à des “Grâce à l'extraordinaire développement de ces variations qui, pour être lentes, n'en sont pas moins roies navigables intérieures, et à l'extension énorme sensibles : l'évolution est la loi qui régit le monde de ses chemins de fer, convergeant vers la Baltique, vivant tout entier. La lutte pour la vie qui jadis se l'Allemagne imposa son influence prépondérante à manifesta entre les diverses races par des guerres toute l'Europe centrale et Hambourg devenait en homicides, semble devoir, de nos jours, prendre un peu d'années l'un des premiers ports commerciaux de tout autre caractère, du moins chez les nations civili. notre vieux monde. sées : les batailles se liveront désormais sur le terrain “ Il n'est pas jusqu'au percement du St. Gothard économique.

qui ne devait enlever annuellement à la France un “A l'abri du formidable attirail de guerre, qui res. trafic approchant 50 millions, soit près d'un milliard semble à quelque jouet terrible dont personne n'ose depuis l'ouverture du tunnel. Insister encore sur les se servir, les nations européennes cherchant non seule. | résultats acquis serait trop cruel pour notre amour ment à se devancer l'une l'autre dans la conquête propre national ! économique de régions nouvelles, mais bien encore, « Est-ce à dire nous sommes restés impassibles par l'emploi des méthodes les plus variées, à attirer devant cette evolution : Non, certes, mais il faut chez elles le mouvement commercial de leurs voisines avouer cependant que nous avons bien fait peu de moins favorisées par leur position géographique. chose, et que si de nombreux travaux furent entrepris

“Laissant à dessein de ce côté la question de l'ex pour mettre la France en état de résister, il 1 eur pansion coloniale, nous ne nous occuperons pour manqua cette remarquable unité de direction qui fait l'instant que du mouvement commercial et industriel la caractéristique de l'évolution commerciale de nos de l'Europe et plus particulierement de celui de notre voisins d'outre-Rhin. pays.

“Peut-être avons-nous trop sacrifié à l'expansion “ A la suite d'événements malheureux encore pré- coloniale, et il semble que la dernière législature l'ait sents à la mémoire de la plupart d'entre nous, la fort bien compris en donnant son approbation entière France vaincue, écrasée par la force et le nombre, à des projets de gigantesques travaux intérieurs, dont disparaissait momentanément comme puissance mili- il nous est permis d'espérer la prochaine réalisation. taire de l'échiquier européen. La conséquence “Notre réseau de canaux et de voies serrés va morale de cette chute fut le développement inouf, s'augmenter considérablement, et nous avons vu de sans précédent dans l'histoire, de la Confédération nouveau s'agiter sérieusement des questions qui in. germanique, groupement assez hétérogene dans doute, teressent au plus haut de ré le trafic commercial. Il

n'est aucun Français qui n'ait entendu parler de Paris. Vienne-Solonique (trafic d'Angleterre en Orient et Port-de-mer, de la navigation de la Loire, et même | services assurés par la Malle des Indes). des différents rapports traitant la question du canal "2°.-Nécessité d'étendre l'influence du Simplon des Deux-Mers.

à une zone française aussi large que possible, et non “Devant l'impossibilité d'une réalisation simultanée, pas seulemeut comme il résulterait du choix d'une il importe de prendre une décision et de se mettre voie d'accès par le plateau de Pontarlier- à Paris, à courageusement à l'æuvre pour la réalisation du projet nos ports du Nord et à la région Nord-Est." que doit nous apporter le plus rapidement possible

L'Italie qui a voté en Décembre 1901 une des résultats réellement pratiques.

somme de 46 millions de francs pour ses lignes "Inutile d'ajouter qui si le parcours français est rendu plus aisé, la malle des Indes n'hésitera pas à

d'accès du versant Sud du Simplon, voit avec se servir de la nouvelle voie où elle rencontrera des

grande sympathie le mouvement qui se dessine conditions d'établisement favorisant la rapidité et la

en France en faveur de la ligne de Lons-lefacilité d'accés et raccourcissant son parcours total.

Saulnier-Genève. Cette artère est seule susIl n'est pas jusqu'aux relations internationales qui ne ceptible en effet de lui amener un nouveau puissent gagner à l'amélioration de notre réseau du courant commercial digne des sacrifices auxJura. L'Angleterre ne doit-elle pas diminuer la quels elle vient de s'imposer. La dépense pour distance qui la sépare de Brindisi et de Suez, et créer la ligne qui aurait 7 petits tunnels de l'Italie intéressée à se rapprocher commercialement moins de 1,000 mètres, deux respectivement de la France n'escompte-t-elle pas avec une satisfac

de 1,100 et 6,400 mètres et enfin deux grands tion non dissimulée, les bénéfices que pourra lui pro

tunnels de 11,400 et 15,200 mètres a été estimée curer l'établissement de cette artère économique

par les ingénieurs à une somme ne pouvant nouvelle ?

dépasser 100 millions de francs. La partici"Aussi, à Londres comme à Rome, ces projets

pation financière de tous les intéressés n'a pas reçoivent, nous le savons, les plus hauts encourage.

encore été établie. ments."

Enfin toutes ces recherches et toutes ces conl'n tel mouvement général d'opinions en. | statations trouveront leur complément dans traina une enquête sérieuse faite par M. l'Enquête que M. le Ministre du Commerce Trouillot présentement Ministre du Commerce

de France a confiée dernièrement à M. Louis et de l'Industrie en France. Il en est résulté | Laffitte un spécialiste dont les travaux éconoque 81 Chambres de Commerce et 37 Départe miques font autorité. ments se sont raliés au projet. M. le Ministre Trouillot en a informé son collègue M. le

IV.-LA NOUVELLE LIGNE INTERNATIONMinistre des Travaux Publics par une lettre

ALE ANGLO-ITALIENNE POUR L'ORIENT. en date du 23 Octobre 1902 dans laquelle Il est certain que la route de Suez reste pour nous relevons les passages suivants :

toutes les grandes nations européennes un "L'analyse des dossiers transmis à mon Départment

point désigné pour la stratégie commerciale m'a fait connaitre que les motifs sur lesquels la très

et que Salonique en est le port du continent grande majorité des Assemblées départmentales ou

le plus rapproché. La politique de l'Autrichedes Compagnies consultées fondent leurs préférences Hongrie vise, dit-on, à l'englober dans le pour le tracé Lons-le-Saulnier à Genève peuvent se système économique de l'Europe Centrale. ramener à trois principales :

Quel en serait le résultat ? Uneconcurrence 1°. Nécessité d'établir vers la Suisse, l'Italie et entre Salonique tête d'une ligne transcontinenl'Orient, fut-ce au prix de sacrifices financiers, une tale des cotes de la mer du Nord à Suez, et artére irréprochable, non seulement la plus courte | Brindisi, tête d'une ligne Anglo-franco-itapossible, mais se dérobant, par ses qualités d'altitude

lienne. et de profil, aux inconvénients ordinaires des lignes

Si l'on examine la carte de la péninsule de montagne.

balkanique, il est aisé de constater, qu'entre "Presque toutes les Assemblées ou Compagnies

la voie ferrée qui remonte de Salonique à consultées considèrent que seule une ligne directe de Paris à Milan, par Lons-le-Saulnier, Genève et le

Mitrovitza par la vallée du Vardar et celles qui

descendent de Vienne sur Serajevo par la Simplon, ne dépassant pas la côte 559 et ne comportant que des rampes inférieures à 10 0/00, per

vallée de la Save, il existe une solution de mettra aux Compagnies françaises de faire une con

continuité. Le projet austro-hongrois consiste currence efficace.”

à relier ces deux points, Serajevo et Mitrovitza.

Quelle serait la portée de cette nouvelle ligne Soit à la ligne du Saint-Gothard (trafic au point de vue du trafic iaternationnl ? Elle anglo-italien et italo-belge):

constituera un instrument de pénétration de “Soit à l'artère en perspective avec Ostende. | l'influence austro-hongroise, sur cette partie

1,195

du territoire Ottoman. Le passage sur le | Le Simplon sera donc un nouveau passage territoire serbe étant évité et le seul fait que d'Occident en Orient et plus on réduira au l'Empire Ottoman consentira, ce qui est tout minimum la distance entre Calais et Brindisi, à fait probable au raccord par Mitrovitza, 1 plus vite sera créée la grande ligne de communiindiquera par avance sa soumission aux vues cations entre l'Angleterre et l'Orient asiatique. de l'Autriche. Derrière les intérêts de cette Sans vouloir anticiper sur les événements, il puissance, il y a aussi ceux de l'Allemagne. | est certain pour le moment, aussitôt le Tunnel Nul n'ignore avec quelle hardiesse cette du Simplon construit, que la ligne du Simplon dernière puissance a récemment affirmé les sera choisie par les grands express internatendances commerciales de sa politique en tionaux faisant tête à Brindisi, à Naples, à Orient. Ne mettrait-elle pas à profit ses Gênes, c'est-à-dire à de grands ports d'emrelations avec l'Autriche-Hongrie pour donner barquements pour l’Egypte, Suez, &c. un maximum d'efficacité à la ligne qui lui offre Entre le Gothard et le Simplon il n'y aura un débouché sur Salonique et pour concourir pour le commerce anglais de préférence que au besoin à faire de cette ligne l'équivalent pour la ligne de transit la plus courte au point pour l'Europe central, de ce qu'est l'artère de vue de la vitesse. italienne pour les pays occidentaux ? Emus de Les chiffres suivants permettent donc d'acla perspective d'une poussée austro-allemande corder large crédit au futur trafic anglo-italien vers les Balkans, les Etats balkaniques ont pour la ligne de la Faucille. une réponse toute prête sous la forme du ratta

Distances. chement direct du Danube á l'Adriatique, de

Réelles. Virtuelles. Kladovo par Nisch et Scutari à Antivari, qui Ostende-Milan (Gothard) ........ constituerait la ligne transbalkanique dite Calais- Milan (Faucille-Simplon).. 1,168 1,237 • voie du Sud.”

Ostende-Gênes (Gothard)........ 1,207 1,366* La distance actuelle de Londres à Nisch par | Calais-Gênes (Faucille-Simplon) .. 1,301 1,367* Ostende et l'Allemagne est de 2,507 kilomètres.

Les chiffres qui viennent d'être fournis déSi l'on réalise les projets de la Faucille et du Transbalkanique la distance s'établira par la

moignent dans quelle mesure les communi

cations rapides entre la France et l'Italie, voie du Sud comme suit :

l'Angleterre et Brindisi seraient améliorées, De Londres à Paris .. 456 kilomètres surtout si ce dernier port subit les change. „ Paris à Milan .. .. 870

ments qui sont à l'étude actuellement. „, Milan à Venise .

La traversée de la Manche étant de 78 kilo„, Venise à Antivari .. 750 »

mètres plus courte par Calais que par Ostende „ d'Antivari à Nisch .. 400

et ensuite l'altitude du Gothard (1,154 mètres) 2,741 kilomètres. ne pouvant assurer en hiver une exploitation

aussi rapide et aussi régulière que celle d'une Mais le parcours par eau devant être réduit

ligne passant à 700 mètres sous le Simplon et des deux tiers au point de vue de la tarification, cette distance par la seule utilisation de

à 559 sous le Jura, tout porte à désigner la

nouvelle voie projetée comme la grande porte l'Adriatique se ramènerait à 2,241 kilomètres.

future de circulation entre l'Angleterre et Si la voie navigable entre le Lac Majeur et Venise est établie, faisant partie du pro

l'Italie.

La, Chambre de Commerce français de gramme des grands travaux publics de l'Italie,

Londres a examiné très attentivement cette cette distance serait réduite encore à 2,000

question et par la plume de son dévoué secré. kilomètres environ.

taire M. Clerc elle s'est exprimée ainsi : Le mouvement commercial de l'Angleterre vers ces régions au lieu de passer par Cologne “Si donc la France veut reconquérir sa vraie des. et Vienne, emprunterait une des lignes

tination économique qui est de servir de trait d'union françaises de Calais ou du Hâvre à Genève,

entre l'Angleterre, la Suisse et l'Italie et même

l'Orient, qu'il nous soit permis d'espérer que dans le soit par Troyes et Dijon soit par Nancy Belfort et Lons-le-Saunier, soit par Paris. Les ex

débat qui aura lieu au Parlement français au sujet portations d'Angleterre sont importantes, pour

* Ces deux distances doivent virtuellement subir une l'Empire Ottoman elles s'élèvent à environ

majoration égale pour le passage des Apennins. 190 millions de francs, pour la Roumanie à 73, Londres-Ostende, 236 kilom. pour la Bulgarie à 18, pour la Serbie à 4, et à Londres-Calais, 158 kilom.

Londres-Gênes (Gothard), 1,366 + 236 = 1,602. présumer elles s'augmenteraient encore con

Londres-Gênes, 1,367 + 158 = 1,525 soit 77 kilom, en faveur si !erablement.

du Faucille-Simplon.

265

« ElőzőTovább »