Oldalképek
PDF
[graphic][merged small][merged small]

Cet ouvrage, par les corrections et les additions considérables qui y ont été opérées, est devenu la propriété de l'Editeur, qui se réserve tous ses droits. Toute contrefaçon ou imitation, quelle que soit la forme sous laquelle elle se présente, sera poursuivie rigoureusement, conformément aux lois. ŒUVRES COMPLÈTES

BOSSUET

PUBLIÉES

PAR DES PRÊTRES DE L'IMMACULEE CONCEPTION DE SAINT-DIZIER

(haute-mahnk)

GALLICANISME

GALLIA 0RTH0D0XA. — DEFENSIO DECLARATIONS. — MÉMOIRE SUR ROCCARERTI
POLITIQUE SACRÉE. — OUVRAGES DES ÉVÊQUES

[merged small][graphic][merged small]

AVERTISSEMENT.

EN QUOI CONSISTE LE GALLICANISME DE BOSSUET.

Le Gallicanisme comprend deux graves questions: la question du gouvernement spirituel de l'Église, et la question du gouvernement temporel de l'État. Dans l'Église, le souverain Pontife a-t-il reçu de Jésus-Christ un pouvoir si absolu et si infaillible, 'que jamais il ne puisse errer ni être rappelé par | personne? et le prince, dans l'État, est-il tellement i indépendant de l'Église et du Pape, que dans sa 1 conduite publique il ne doive prendre conseil que | de sa raison? Voilà, croyons-nous, la double question contenue dans ce qu'on est convenu d'appeler le Gallicanisme.

De toutes les matières controversées par l'esprit humain, il en est peu sur lesquelles on se soit au; tant passionné, de part et d'autre, qu'on l'a fait sur celle-ci. Le plus prudent, le plus réservé de tous les hommes, comme l'appelle le comte de Maistre, devait y apporter plus de calme. « 11 serait à désirer, dit le docte Libermann que tous ceux qui se I disent gallicans et qui sont fiers de marcher sous l'étendard de Bossuet, ne fussent pas si éloignés de la modération de ce grand homme, dont, au reste, ils interprètent les sentiments d'une manière qu'il n'aurait certainement pas approuvée. » Ce ; jugement est d'une irréprochable exactitude : seulement, pour exprimer toute la vérité, il faudrait ajouter que souvent les ultramontains n'ont été ni moins passionnés, ni moins portés à dénaturer la pensée du grand évéque. Il suffirait, pour s'en convaincre, de lire ce que le comte de Maistre et l'abbé Rorbarcher ont dit contre Bossuet au sujet de cette question. Ils ont égaré bien des esprits. Aussi, malgré notre respect, ou plutôt à cause de notre respect pour les services qu'ils ont rendus à la vérité, croyons-nous utile de résumer ici briève1 ment en quoi consiste le gallicanisme de Bossuet, « d'un évêque qui à tant de titres a si bien mérité « de la religion, » dit le grand pape Benoit XIV 'Notre intention n'est pas de faire prévaloir son opinion, mais de l'exposer.

DU GALLICANISME DE BOSSUET EN CE QUI CONCERNE LE GOUVERNEMENT DE L'ETAT.

Il enseigne, dans la Déclaration, et il s'efforce de

* htt. theol., lib. il, par. 2, cap. m, art iv, § 2.— * Inf., p. XV. TOMK VU.

démontrer, dans la France orthodoxe: » Que saint Pierre et ses successeurs, vicaires de Jésus-Christ, et que toute l'Eglise même n'ont reçu de puissance de Dieu que sur les choses spirituelles et qui concernent le salut, et non point sur les choses temporelles et civiles;... que les rois et les souverains ne sont soumis à aucune puissance ecclésiastique par l'ordre de Dieu, daris les choses temporelles; qu'ils ne peuvent être déposés ni directement, ni indirectement par Vautorité des clefs de l'Eglise; que leurs sujets ne peuvent être dispensés de la soumission et de l'obéissance qu'ils leur doivent, ou absous du serment de fidélité. »

On a tiré de cette doctrine les conséquences les plus manifestement fausses.

De ce que « saint Pierre et ses successeurs, vicaires de Jésus-Christ et toute l'Eglise môme n'ont reçu de puissance de Dieu que sur les choses spirituelles, et qui concernent le salut, et non point sur les choses temporelles et civiles, » quelquesuns ont voulu conclure que, d'après Bossuet, le Pape ne pouvait posséder aucune principauté temporelle; et que, conséquemment, il l'en fallait dépouiller comme d'une usurpation contraire au dessein de Dieu. Mais le texte de la Déclaration ne dit autre chose, sinon que le domaine temporel n'est pas, comme la mission de prêcher l'Evangile et la dispensation des grâces du salut, d'institution divine. Le vicaire de Jésus-Christ et l'Eglise peuventils recevoir de la société chrétienne les biens temporels nécessaires à l'exercice de leur ministère spirituel, ainsi que Jésus lui-môme recevait de ses pieux amis de quoi pourvoir à ses besoins, aux besoins de ses apôtres et des pauvres t Cette question, agitée de nos jours avec tant de bruit, n'en a jamais été une pour Bossuet, et l'on a pu voir, dans les notes du livre VIe de son histoire, commentilsc prononce sur ce sujet '.

De ce que « les rois et les souverains ne sont soumis à aucune puissance ecclésiastique par l'ordre de Dieu, dans les choses temporelles, » d'autres ont conclu que Y Eglise n'aurait donc aucune autorité pour régler les affaires de morale et de conscience qui concernent les choses temporelles, et que les puissances de

'JÏ«<.<ieBosi.,liT.vi,n. 14, pag. 154; Gall. or»A.,lib. i, inf. p. 73.

« ElőzőTovább »