Oldalképek
PDF

dements de la Science Liturgique, dans ce Livre de la HIÉRARCHIE ECCLÉSIASTIQUE, que l'Eglise Romaine appelle un Livre admirable et tout céleste.

J'ai voulu aussi rendre hommage à l'illustre Eglise de Paris, qui s'honore, MoNSEIGNEUR, de vous avoir pour Prélat ; elle, dont la gloire Liturgique fut si grande, aux siècles de Foi, que toutes les Eglises de l'Occident se faisaient un honneur de recevoir d'elle les suaves et pieuses mélodies dont elle semblait être la source.

Je me suis rappelé aussi avec joie que, dans cette importante Lettre Pastorale, dans laquelle vous avez, MoNSEIGNEUR, posé les bases de la régénération des Etudes Ecclésiastiques, vous avez restitué son rang à la Science Liturgique, et donné par là une impulsion qui ne saurait manquer de produire de grands résultats.

Enfin, MoNSEIGNEUR, le souvenir précieux de l'indulgente bonté avec laquelle vous avez toujours daigné m'accueillir, s'est uni à tous ces motifs, pour m'engager à vous offrir ce léger tribut des travaux du Cloître. Vous avez bien voulu l'agréer; daignez aussi bénir l'Auteur et son Livre.

C'est le vœu que forme, en vous présentant l'hommage dé son profond respect et de sa parfaite gratitude,

MONSEIGNEUR,
DE VOTRE GRANDEUR ,

Le très humble et très obéissant serviteur,

FR. PRosPER-LoUIS-PAsCHAL GUÉRANGER,

Abbé de Solesmes.

LITURGIQUE.

PRÉFACE GÉNÉRALE.

LA prière est pour l'homme le premier des biens. Elle est sa lumière, sa nourriture, sa vie même, puisqu'elle le met en rapport avec Dieu, qui est lumière (1), nourriture (2) et vie (5). Mais, de nous-mêmes, nous ne savons pas prier comme il faut (4); il est nécessaire que nous nous adressions à Jésus-Christ, et que nous lui disions comme les Apôtres : Seigneur, enseignez-nous à prier(5). Lui seul peut délier la langue des muets, rendre diserte la bouche des enfants, et il fait ce prodige en envoyant son Esprit de grâce et de prières (6), qui prend plaisir à

(1) Joan. VIII. 12 — (2) Ibid. VI. 55.— (5) Ibid. xIV. 6. , (4) Rom. VIII. 26. — (5) Luc. XI 1, — (6) Zach. XII. 10.

« ElőzőTovább »