Tartarie, Béloutchistan, Boutan et Népal, par m. Dubeux et V. Valmont. Afghanistan, par X. Raymond

Első borító
 

Mit mondanak mások - Írjon ismertetőt

Nem találtunk ismertetőket a szokott helyeken.

Kiválasztott oldalak

Gyakori szavak és kifejezések

Népszerű szakaszok

154. oldal - chevaux, les habits des soldats, les cordes des arcs, les courroies des cuirasses, tout ce qui était fait d'étoffe ou de fil avait été entièrement rongé et mis en pièces par les rats. Ainsi privés de tout moyen de défense, ils furent exposés aux coups de leurs ennemis. Leur général fut tué; l'armée entière
323. oldal - banc vis-àvis des dames. Ce lieu était tout tapissé de toiles d'or ; au milieu il y avait un réchaud plein de feu, fait d'épines et « de racines d'absinthe, qui croît là en, « abondance; ce feu était allumé avec « de la fiente de bœuf. Le grand khan « était assis sur un petit lit, vêtu d'une
303. oldal - Non ; la plus grande jouissance de l'homme, c'est de vaincre ses ennemis, de les chasser devant soi, de leur ravir ce qu'ils possèdent, de voir les personnes qui leur sont chères le visage baigné de larmes, de monter leurs chevaux, de presser dans ses bras leurs
323. oldal - me dit encore qu'il avait entendu que « Votre Majesté était sortie de son pays « avec une armée pour faire la guerre. « Je lui répondis qu'il était vrai ; mais « que c'était pour la faire aux Sarrasins, « qui occupaient la sainte cité de Jérusa
324. oldal - fourrée et fort lustrée corn« me la peau d'un veau marin. C'était « un homme de moyenne stature, d'un « nez un peu plat et rabattu, âgé d'en« virón quarante-cinq ans. Sa femme, « qui était jeune et assez belle, était assise « auprès de lui, avec une de ses
322. oldal - Miserere, et tous gardaient un grand « silence. Baatu (Batou) était assis sur « un haut siège ou trône, de la grandeur « d'un lit et tout doré, auquel on mon« tait par trois degrés ; près de lui il y « avait une de ses femmes ; les
303. oldal - ordonné de croire qu'il n'ya qu'un Dieu, créateur du ciel et de la terre, qui seul donne la vie et la mort, les biens et la pauvreté, qui accorde et refuse tout ce qui lui plaît, et qui a sur toutes choses un pouvoir absolu. II. Les chefs de secte, les prêtres , les
323. oldal - se moquer de nous. Après, silence « s'étant fait, je lui dis que j'étais venu « vers son fils, parce que nous avions « ouï dire qu'il était chrétien, et que je « lui avais apporté des lettres de la part •< du roi de France, mon souverain
303. oldal - C'est, répondit le général, d'aller à la chasse par un jour de printemps, monté sur un beau cheval, tenant sur le poing un épervier ou un faucon, et de voir l'oiseau abattre sa proie. > II adressa la même question à d'autres officiers, qui firent la même réponse. Il reprit alors
237. oldal - cime. Le printemps le plus frais n'a jamais offert, en France, des nuances d'un vert si vigoureux et si varié; et quoique nous n'eussions aperçu, depuis que nous prolongions la cote, ni une seule pirogue, ni un seul feu, nous ne pouvions croire qu'un pays qui paraissait aussi fertile,

Bibliográfiai információk